Des sénateurs pédagogues?

Consultée par le ministre de l’Education nationale sur les nouveaux programmes du primaire, la Commission des affaires culturelles du Sénat a rendu son verdict le 16 avril en n’hésitant pas à statuer sur la question des méthodes. Mais les sénateurs peuvent-ils être compétents et légitimes en la matière ?

 

 

La Commission a entendu l’avis de l’Académie des sciences en demandant que les programmes de sciences soient étoffés et en soulignant que cela suppose une refonte de la grille horaire : " la grille horaire des enseignements, bien que non encore publique, risque de consacrer bien peu de temps aux autres matières que le français et les mathématiques ".

Dans une démocratie représentative, il n’apparaît pas illégitime – bien au contraire – que le pouvoir politique ait à juger de la place et de l’importance respectives des diverses disciplines, notamment pour ce qui concerne la scolarité obligatoire ( qui n’est pas de l’ordre de spécialités professionnelles, mais qui doit décider de ce qui doit être acquis par tous les élèves ). La Commission était donc là indéniablement dans son rôle – en définitive politique au sens large du terme ( quel élève, quel homme former ? ).

 

Il n’en va pas de même lorsqu’elle s’aventure dans des considérations pédagogique, et a fortiori dans les problème de méthodes: " Les nouveaux programmes opèrent une nette rupture de méthodes […]. Ils rappellent cette évidence de bon sens : la maîtrise de la langue passe par des automatismes et ceux-ci se constituent d’abord par l’entraînement et la répétition ".

 

A propos de bon sens, Jules Ferry lui-même ( si fréquemment invoqué en ces temps rétro ), n’arrêtait pas de s’en prendre – lui – à la pédagogie de " la discipline mécanique de l’esprit ". Et il n’hésitait pas à prendre pour cela en exemple l’enseignement ‘’basique’’ par excellence, l’apprentissage de la lecture : " Les hommes d’ancien régime dans l’enseignement primaire sont un peu surpris de ce que nous entreprenons ; ils sont même un peu choqués ! Mais, disent-ils, est-ce que, autrefois, avec les anciennes méthodes, avec le programme restreint à lire, à écrire et à compter, on ne faisait pas des élèves sachant bien lire, écrivant correctement, comptant à merveille, comptant et écrivant peut-être mieux que ceux d’aujourd’hui, au bout d’un an ou deux d’école ? Cela est possible ; il se peut que l’éducation que nous voulons donner dès la petite classe nuise un peu à ce que j’appelais tout à l’heure la discipline mécanique de l’esprit. Oui, il est possible qu’au bout d’un an ou deux, nos petits enfants soient un peu moins familiers avec certaines difficultés de lecture ; seulement, entre eux et les autres, il y a cette différence : c’est que ceux qui sont plus forts sur le mécanisme ne comprennent rien à ce qu’ils lisent, tandis que les nôtres comprennent. Voilà l’esprit de nos réformes " ( Discours de Jules Ferry au congrès pédagogique desinstituteurs du 19 avril 1881 ).

 

Par ailleurs on peut être pour le moins surpris des prises de position sans complexe des sénateurs ( en majorité de droite ) en matière de méthodes alors que le programme législatif de l’UMP a garanti " la liberté pédagogique " des enseignants. Sur 30 propositions concernant les enseignements scolaires, la " liberté pédagogique " apparaît en effet en deuxième position du programme législatif de l’UMP, signe de l’importance qui lui est en principe accordée : " Garantir la liberté pédagogique des enseignants en les évaluant sur les progrès des élèves et non pas sur les méthodes utilisées ".

Et, au cours de la campagne pour les présidentielles, Nicolas Sarkozy a commenté cette position de principe on ne peut plus clairement : " Nous refusons d’entrer dans la question de savoir si c’est par des méthodes répétitives, participatives, ludiques ou autres que les enfants apprennent le mieux. Nous pensons que chaque enfant est différent et que les personnes les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour lui sont ses enseignants et sa famille. C’est pourquoi nous garantirons la liberté pédagogique des enseignants. Nous évaluerons les enseignants sur les progrès de leurs élèves et non pas sur les méthodes utilisées ".

 

Quand s’arrêtera cette confusion des genres et des rôles ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.