Blanquer champion du monde de la simplification du bac?

On avait prévenu que cette simplification annoncée n'en serait pas une, mais le ministre de l'Education nationale a surpassé toutes les attentes. C'est un vrai défi au «bon sens» si souvent évoqué ces temps-ci par le ministère comme «élément de langage».

 Un décret et sept arrêtés définissant les horaires des classes de lycée à partir de la rentrée 2019 et l'organisation des baccalauréats généraux et technologiques à compter des épreuves anticipées de 2020 viennent d'être publiés au Journal Officiel ce 17 juillet  (en tout début de ces vacances d'été, comme par hasard).

Comme il est très bien dit sur l'excellent site « Le Café pédagogique » : « on nous avait promis un bac plus simple. La réalité est toute autre. La réforme construit un bac général et technologique comprenant pas moins de 28 épreuves (!) avec un bachotage étalé sur deux années au lieu d'une. Le nouveau bac comprend en effet pas moins de 18 épreuves de contrôle continu qui comptent pour 40% du total des points du bac. Mais attention ! Compliquons encore un peu les choses ! Ces 40% se décomposent en "des notes obtenues aux épreuves communes de contrôle continu, pour une part de trente pour cent (30 %) ; la prise en compte, pour une part de dix pour cent (10 %), de l'évaluation chiffrée annuelle des résultats de l'élève au cours du cycle terminal, attribuée par les professeurs et renseignée dans le livret scolaire'' [...]

Les candidats seront évalués pour le bac dès le second trimestre de première. Finie donc la longue préparation aux épreuves du bac qui se construisaient en 2 ou 3 ans avec une acquisition lente des méthodes propres à chaque discipline. Très probablement, les épreuves vont se recadrer sur des connaissances brutes aux dépens des compétences qui ne pourront plus être construites.

Si les épreuves finales sont allégées, il faut bien dire que le nouveau bac comporte davantage d'épreuves et étalées sur deux longues années de bachotage effréné aux dépens des acquisitions de compétences » 

Fermez le ban ! Ah oui, il ne s'agissait pas seulement de « simplifier'' les baccalauréats généraux et technologiques, mais de les « remuscler » (autre élément de langage ministériel). Eh bien, on voit... On aurait envie de rire si c'était moins grave pour les futurs candidats (et leurs évaluateurs). La coupe est pleine, et l'illusioniste renvoyé en son miroirob_866f1a_surestime.jpg



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.