mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 26 août 2016 26/8/2016 Dernière édition

L'apprentissage: un éternel retour qui avance?

Cela fait plus de vingt ans que l'objectif de 500000 apprentis a été posé. Avec François Hollande à la manœuvre, on va y arriver, c'est sûr. Et on va voir ce qu'on va voir vendredi prochain à l'Elysée, où sont conviés pour ce seul sujet les partenaires sociaux et pas moins de trois ministres (dont Najat Vallaud-Belkacem).

Un document préparatoire gouvernemental écrit en février 1992 sous la houlette d'Edith Cresson (alors Premier ministre d'un gouvernement socialiste) prévoyait déjà que, dans les cinq ans à venir (on aime les déclarations à horizon quinquennal en France...), le nombre d’apprentis soit plus que doublé (et passe de 220000 à 500000).

Mais la droite gagne les législatives. Et Edouard Balladur, devenu Premier ministre, fait voter dès octobre 1993 “ une loi quinquennale sur l’emploi ” qui prévoit des dispositifs pour un fort développement de l’apprentissage. Si l’on en juge par les statistiques, cette loi a eu indéniablement des effets sensibles. Le nombre des apprentis, qui était de 220000 en 1993, un nombre à peu près constant depuis le début des années 1980, passe à 360000 en cinq ans. Certes, leur nombre n’a pas été doublé, mais il y a eu une progression appréciable, de l’ordre des deux tiers.

Il faut cependant bien voir que la progression a été très différenciée selon les niveaux de qualification. Le niveau le plus faible, le niveau V, qui correspond au CAP et au BEP, celui que l’on a généralement en tête lorsque l’on parle d’ « apprentissage », ne progresse pas en effectifs. Ce sont les autres niveaux de qualification qui ont emprunté bien davantage la voie de l’apprentissage ; ou, pour être plus clair, la voie de l’ « alternance ». En effet, le taux de progression en effectif a été d’autant plus grand que les qualifications visées étaient plus élevées.

Il y a eu un certain nombre de ''piqûres de rappel'' ces vingt dernières années. On se contentera d'évoquer les dernières. Le 24 mars 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé vouloir doubler (à nouveau) les effectifs des formations en alternance. Et, à la mi-décembre 2009, il a même précisé que 500 millions d’euros du ''Grand emprunt'' devraient être consacrés à l’apprentissage.

 Il y a un peu plus de dix mois, début novembre 2013, un séminaire gouvernemental a pris plusieurs ''décisions'' en vue d’« offrir aux jeunes et aux salariés des formations tournées versl’emploi et l’avenir » dans le cadre du « pacte national pour la croissance, la compétition etl’emploi ».
Décision n° 20 : Assurer une évaluation permanente de l’adaptation de l’offre des formations aux besoins de compétences des employeurs et amorcer dès 2013 la mise en place d’un nouveau service public de l’orientation, du secondaire au supérieur, fondé sur une approche “MétiersQualifications”, pour éviter qu’au sein d’une même classe de qualifications, les taux de chômage varient de plus de 10 points.
Décision n° 22 : Renforcer la place des entreprises au sein de l’enseignement technique et professionnel, en systématisant leur présence au sein des instances de gouvernance de ces structures.
Décision n° 23 : Favoriser l’embauche de jeunes en apprentissage dans les PME avec l’objectif de 500 000 apprentis en 2017.
Décision n° 25 : Engager la “Mobilité internationale 2020” (doubler le nombre d’étudiants français à l’étranger en ciblant les filières professionnelles et technologiques).


Ces ''décisions'' faisaient suite au rapport ‘’Gallois’’ qui estime que « l’éducation est  à la base de la compétitivité d’un pays et mérite une priorité absolue » tout en mettant en exergue que l’enseignement technique et professionnel « ne bénéficie toujours pas en France de la priorité qu’il mérite » et qu’il convient de « rapprocher le système éducatif et les entreprises ».
Selon le rapport ''Gallois'' « de nombreux industriels se plaignent de ne pas trouver les personnels dont ils ont besoin » en raison « d’une inadéquation entre l’offre de l’Education nationale et les besoins des entreprises », le rapport estimant que l’orientation des jeunes  est faite « en fonction des places disponibles en apprentissage et non des besoins ».
Et le rapport préconise notamment d’associer les entreprises « à la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements […], des Régions […], et au niveau national », et de les encourager à « développer leurs actions d’apprentissage et de professionnalisation »  afin de doubler, sur la durée du quinquennat, le nombre de formation en alternance.

Selon « Repères et références statistiques. 2014 » on en était déjà pour l'année scolaire 2012-2013 à 438000 apprentis (pas loin des 500000...), leur nombre ayant presque doublé en vingt ans. Cette évolution étant très différente selon les niveaux de qualification : on est passé de 232 000 apprentis de niveau 5 en 1995 à 185000 en 2013; de 41000 apprentis de niveau 4 à 116000; de 15000 apprentis de niveau 3 (''BTS'', etc) à 75000; et de 5000 apprentis de niveaux 2 et 1 (licence, masters, etc) en 1995 à 60000 en 2013.

En définitive, le diagnostic et le pronostic ne sauraient être les mêmes pour''l’apprentissage'' à un niveau de qualification élevée ( un apprentissage que l’on peut sans doute appeler, pour être plus clair, ''l’alternance'') celui qui relève des enseignements supérieurs ( dont les effectifs sont passés de 20000 en 1995 à 135000 en 2013), et celui que l’on appelle plus communément ''les apprentis'' , (l’apprentissage ''proprement dit'', au niveau V) qui, lui, a régressé de 20% dans le même temps. En réalité, il ne s’agit pas vraiment des mêmes enjeux sociaux et économiques. Il serait sage, pour être à la hauteur de la situation et des enjeux, de ne pas les confondre (et de le dire clairement).

 





 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Il faut changer le regard des enseignants sur l'apprentissage. A quand polytechnique et l'ena en apprentissage?

a quand l'ouverture de la fonction publique aux apprentis?

il y a des symboles qu'il convient de travailler pour les faire changer.....

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 553 abonnés

Histoire et politiques scolaires

Dans le club