claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2014

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Le politique et les «méthodes de lecture»

Samedi dernier, Najat Vallaud Belkacem a déclaré ne pas vouloir «d'une méthode officielle». Et la ministre de l'Education nationale a annoncé « un effort conséquent en 2015 pour la formation continue ».

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi dernier, Najat Vallaud Belkacem a déclaré ne pas vouloir «d'une méthode officielle». Et la ministre de l'Education nationale a annoncé « un effort conséquent en 2015 pour la formation continue ».

Dans « Le Monde » de jeudi dernier, Maryline Baumard avait rappelé l'épisode de 2005-2007 (où le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien s'était mêlé malencontreusement de « méthodes de lecture ») pour mettre en garde contre l'intervention du politique dans certains domaines (« l'évaluation » en l'occurrence ; même si, comme j'ai pu le soutenir dans un billet posté vendredi dernier sur « Educpros », « l'évaluation » est une question qui a – elle - des dimensions directement  politiques incontournables).

Il n'en reste pas moins que cet épisode historique vaut le détour et le rappel. Alain Gest, un député UMP de la Somme (département où Gilles de Robien était député-maire d'Amiens avant d'être ministre) pose le 23 novembre 2005 à l'Assemblée nationale une question au gouvernement sur les méthodes d'apprentissage de la lecture qui donne l'occasion au ministre de faire ses premières déclarations publiques sur le sujet : « l'apprentissage de la lecture doit commencer par la reconnaissance des sons qui forment une syllabe pour ensuite former un mot et, enfin, donner l'accès au plaisir de lire ».

Le 7 décembre 2005, dans une nouvelle intervention à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien invoque le secours des neurosciences  à l'appui de sa position : « les spécialistes des neurosciences expliquent que le cerveau est constitué de telle façon que c'est avec les méthodes syllabiques que l'on apprend le mieux à lire ».

Hélas, trois fois hélas, le cognitiviste Franck Ramus fait publier dans « Le Monde de l'éducation » de mars 2006 un texte approuvé par la plupart des scientifiques qui ont été évoqués par Gilles de Robien pour le soutien de sa cause : « Dans le débat sur ''les méthodes de lecture'', la science a bon dos. Invoquée à la fois par le ministre de l'Education nationale et par ses opposants, elle semble se plier aux différents points de vue ». Suit une clarification qui met en cause nettement certaines affirmations du ministre et la simplification (voire le simplisme) de certains discours (''politiques'' ou non) en la matière.

Dans le camp de la droite, le climat n'est pas non plus au soutien sans faille du ministre de l'Education nationale Gilles de Robien sur cette question, loin s'en faut. Dès décembre 2005, Xavier Darcos formule de sérieux doutes sur l'immixtion du ministre dans la pratique pédagogique des enseignants. Le 13 février 2006, dans « Libération », François Fillon est catégorique : « outre que cette querelle est tranchée depuis longtemps, c'est selon moi contraire à la liberté pédagogique ». Le nouveau programme de l'UMP, dont l'élaboration a été suivie de très près par Nicolas Sarkozy, est lui aussi très net : « Nous refusons d'entrer dans la question de savoir si c'est par des méthodes répétitives, participatives, ludiques ou autres que les enfants apprennent le mieux. Nous pensons que chaque enfant est différent et que les personnes les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour lui sont ses enseignants et sa famille. Les programmes seront bien sûrs nationaux. Mais les enseignants auront le choix des méthodes car aucune circulaire administrative ne remplace l'expérience de 10 ou 20 ans d'enseignement. Nous évaluerons les enseignants sur les progès de leurs élèves et non pas sur les méthodes utilisées ».

In fine (beaucoup de bruit et de troubles pour rien?), la circulaire ministérielle publiée le 3 janvier 2007 ( sous le ministère de Gilles de Robien) ne change pas grand chose à ce qui était préconisé jusque là...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère