claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2008

Un ministre de l'éducation bon démocrate?

Au moment où les syndicats d’enseignants du primaire comme du secondaire appellent à la grève pour ce jeudi 20 novembre, Xavier Darcos se pose en bon démocrate plutôt même qu’en bon ministre pour justifier les réformes contestées.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au moment où les syndicats d’enseignants du primaire comme du secondaire appellent à la grève pour ce jeudi 20 novembre, Xavier Darcos se pose en bon démocrate plutôt même qu’en bon ministre pour justifier les réformes contestées.

" Bien sûr, certains écrivent, protestent, défilent…Mais nous savons que, petit à petit, les réformes se mettent en place […] Je ne cogère pas, voilà. Ma fonction est d’accomplir le projet sur lequel nous avons été élus. Si je ne le faisais pas, je serais pire qu’un mauvais ministre : un mauvais démocrate " ( Xavier Darcos dans " Le Monde " du 8 novembre 2008 ).

On peut en effet soutenir que, dans une démocratie de type représentatif, le respect de la démocratie exige que l’on accomplisse autant que faire se peut le projet sur lequel on a été élu. " Le projet sur lequel nous avons été élus " dit Xavier Darcos. C’est à dire ( puisqu’il appartient à l’UMP et qu’il a été nommé par Nicolas Sarkozy ) foncièrement le projet législatif adopté par l’UMP en 2007 ( pour la législature de 2007-2012 ) dont l’élaboration avait été suivie de près par Nicolas Sarkozy d’une part ( alors qu’il en était le président très actif ) et par Xavier Darcos d’autre part pour la partie spécifiquement consacrée aux enseignements scolaires ( consignée in extenso en annexe de ce billet ).

Or on peut constater ( par des comparaison dûment menées ) que n’y figurent pas la plupart des réformes entreprises ( dont certaines avec beaucoup de précipitation ) par Xavier Darcos depuis son arrivée au ministère de l’Education nationale et contestées par la plupart des syndicats enseignants :

  • pas de réforme dite des nouveaux programmes du primaire ( le fameux ‘’retour aux fondamentaux’’ )
  • pas de suppression de la classe du samedi matin à l’Ecole primaire
  • pas de rapatriement de 3000 ‘’RASED’’ dans les classes des écoles primaires
  • pas de projets concernant l’accueil ou non des tout petits de 2-3 ans à l’école maternelle
  • pas de ‘’mastérisation ‘’ de la formation des enseignants et pas de modification de la nature des épreuves des concours pour devenir enseignants
  • pas de réforme ( modulaire ou non, semestrielle ou pas ) du lycée

Excusez du peu…Pour le reste, chacun appréciera où l’on en est dans la réalisation des 28 points qui étaient – eux – prévus ( en tenant compte, certes, que l’on n’en est qu’au premier tiers de la législature ).

Projet législatif adopté par l’UMP en 2007

(pour la législature de 2007-2012)

Éducation: le devoir de réussite

1) Affirmer que l’exigence pour tous dans les savoirs et la culture est la condition

de l’égalité des chances et la mettre en oeuvre.

2) Garantir la liberté pédagogique des enseignants en les évaluant sur les progrès

des élèves et non pas sur les méthodes utilisées.

3) Conforter l’autorité des enseignants.

4) Assurer la sécurité des établissements.

5) Donner de l’autonomie aux établissements scolaires pour leur permettre de

mettre en place de vrais projets d’établissement.

6) Donner plus de poids aux chefs d’établissements scolaires et revaloriser leur

statut.

7) Prévoir des règlements intérieurs plus rigoureux dans les établissements scolaires

et assurer la solennité de leur adoption.

8) Proposer aux enseignants de nouvelles missions et les rémunérer en conséquence

: études dirigées, présence dans les établissements, soutien individualisé…

9) Adapter la scolarité aux besoins de chaque enfant au collège par l’individualisation

des parcours.

10) Organiser des études dirigées dans tous les établissements après 16h30 pour

les familles qui le souhaitent.

11) Évaluer chaque établissement par un organisme indépendant et rendre

public cette évaluation. Aider les établissements qui ont de mauvais résultats à

améliorer leurs performances.

12) Faire évaluer le système éducatif lui-même par une instance indépendante.

13) Permettre aux parents de choisir l’établissement scolaire de leurs enfants en

assouplissant, puis en supprimant, lorsque les conditions en seront réunies, la

carte scolaire.

14) Exiger en contrepartie de tous les établissements scolaires le respect d’un

équilibre dans la composition sociale et géographique des effectifs.

15) Permettre à tous les parents qui le souhaitent de choisir pour leurs enfants

un établissement réservant l’après-midi aux activités sportives, culturelles ou

associatives.

16) Desserrer les contraintes qui pèsent sur la répartition des effectifs entre le

public et le privé, afin de permettre à tous les parents qui le souhaitent d’inscrire

leurs enfants dans une école sous contrat.

17) Donner plus de droits aux parents dans leurs relations avec l’école.

18) Garantir le doit de tout enfant handicapé à être accueilli dans une école de

droit commun.

19) Multiplier par deux la place du sport à l’école.

20) Permettre à tous les enfants d’être bilingues, et à ceux qui le peuvent d’être

trilingues.

21) Faire de l’école le levier de la démocratisation culturelle par une éducation

culturelle et artistique plus soutenue, plus exigeante et par la réaffirmation culturelle

des enseignements fondamentaux (lettres, histoire, philosophie,

sciences…).

22) Faire intervenir des artistes dans les classes pour renforcer l’éducation culturelle

et artistique.

23) Créer un vrai service d’orientation, en phase avec les besoins du monde du

travail et de la société.

24) Diversifier les stages qui constituent actuellement un puissant facteur de

reproduction sociale.

25) Renforcer le temps consacré à l’enseignement général dans les filières technologiques

et professionnelles et dans l’apprentissage, afin que ces élèves

conservent la possibilité de revenir dans l’enseignement général.

26) Créer des universités des métiers, parce que les élèves qui suivent l’apprentissage,

l’enseignement technologique et l’enseignement professionnel ont également

droit à des " grandes écoles " dans leurs domaines.

27) Expérimenter, avec des communes et des enseignants volontaires, une répartition

des compétences entre, d’un côté, l’Éducation nationale chargée de

" l’école du savoir ", de l’autre côté, la commune chargée de " l’école de la

vie " (citoyenneté, culture, sport, activités d’éveil, découverte des métiers…).

28) Transférer aux départements la compétence actuellement exercée par les

régions en ce qui concerne les lycées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des Etats-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra