Mesures sanitaires déjà prises pour le retour dans les établissements scolaires

En avant-première et pour comparaison, les mesures sanitaires déjà envisagées pour les retours dans les établissements scolaires sous les auspices de trois ministères: ceux de l'Intérieur, de la Santé et de l'Education nationale.

I) "Il est de première importance de sensibiliser la communauté éducative (enfants, parents, enseignants, personnel administratif et technique, ATSEM, personnels d'éducation) à l'apprentissage de mesures de protection individuelles et collectives dès les premiers jours de la rentrée (éviter les contacts rapprochés, se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique, s'essuyer les mains avec du papier jetable, tousser dans le pli du coude et non dans sa main, utiliser des mouchoirs en papier jetables, nettoyer avec soin les poignées de porte et les rampes d'escalier).

La réouverture des écoles et des établissements s'effectue dans les conditions suivantes:

- les élèves et les adultes qui ne présentent aucun symptôme ou qui, ayant été atteints par la maladie, sont à la fin de la période de contagiosité, peuvent réintégrer l'établissement scolaire (il est rappelé que cette réintégration n'est pas soumise à la production d'un certificat médical attestant de l'absence de symptômes ou de la fin de la période de contagiosité)

- l'aération et le ménage complet des locaux de l'établissement scolaire, avec notamment nettoyage des surfaces et des objets collectifs (tables de classe, poignées de porte, chasses d'eau, télécommandes...), doivent avoir été assurés avant la réouverture''

II) "Le rôle des personnels de l'éducation nationale"

1. Les « gestes barrières »

Dans l'exercice de leur métier, les agents de l'éducation nationale ont une responsabilité partagée, tant à titre personnel que dans la diffusion vers les élèves, de « gestes barrières « simples mais d'une grande efficacité contre la propagation du virus :

- se laver les mains plusieurs fois par jour avec du savon ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;

- se couvrir la bouche et le nez avec sa manche ou un mouchoir à usage unique en cas d'éternuement ou de toux ;

- appeler son médecin traitant en cas de symptômes.

Il est essentiel à cet égard que les élèves et les personnels des établissements et écoles aient accès à des installations propres et pourvues en produits hygiéniques adaptés (savon liquide, essuie-mains jetables)

2. La responsabilité des personnels

Chacun des agents de l'éducation nationale est invité à signaler toute insuffisance dans le domaine de l'hygiène à l'agent chargé de la mise en oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité (ACMO), ainsi qu'au chef de service, au chef d'établissement ou au directeur d'école, afin que des mesures correctrices soient prises rapidement. Le registre de sécurité sera renseigné à cet effet, et l'instance compétente saisie le cas échéant. La procédure d'alerte pourra être activée dans le cadre de la réglementation relative à l'hygiène et la sécurité.

Il est rappelé qu'une personne ayant des symptômes ne doit pas se rendre sur son lieu de travail sans avoir préalablement consulté son médecin traitant qui le cas échéant prescrira un arrêt de travail.

3. La protection et la santé des personnels

Suivant les recommandations des autorités sanitaires, l'usage de masques pour l'ensemble des personnels n'est pas nécessaire. En revanche, le personnel de santé de l'éducation nationale appelé à être en contact étroit et rapproché avec un élève ou un adulte présentant des symptômes pourra être pourvu d'un masque F.F.P.2 destiné à se protéger tant lui-même qu'autrui

Outre la consultation de leur médecin traitant, les personnes souffrant de pathologies à risque, ainsi que les femmes enceintes, sont invitées à se signaler aux services de médecine de prévention. Ceux-ci pourront dispenser les conseils et les recommandations utiles aux personnes concernées. Ils pourront également suggérer, à l'autorité compétente, un aménagement de leurs conditions d'exercice. Leur situation sera prise en considération avec la plus grande attention dans le souci d'une meilleure protection contre le risque de contamination''

PS1: le premier extrait I (d'un texte paru au BO le 27 août 2009) est signé conjointement par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot et le ministre de l'Education nationale Luc Chatel; le deuxième extrait II (d'un texte paru au BO le 3 septembre 2009) est signé par le secrétaire général du MEN Pierre Yves Duvoye et par le directeur général de l'enseignement scolaire Jean-Louis Nembrini (par délégation du ministre de l'Education nationale Luc Chatel). Il s'agit de certaines des mesures arrêtées afin de faire face à la pandémie H1N1 en 2009.

PS2: on aimerait savoir (très vite) quel est le différentiel précis des mesures sanitaires envisagées pour les retours dans les établissements scolaires à partir du 11 mai 2020, en ne perdant pas de vue que la pandémie H1N1 de 2009 est apparue bien moins dangereuse que la pandémie dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.