claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 avr. 2022

Fondamentaux lepénistes : lire, écrire, compter ou français et Histoire de France ?

Pour Marine Le Pen, ce n'est pas « lire, écrire, compter » qui constituent les matières dites fondamentales, mais « le français, les mathématiques et l'histoire de France » . Cela marque qu'elle ne se situe pas dans « la restauration » d' une certaine tradition, mais dans autre chose : l'extrême droite nationaliste assimilatrice et xénophobe.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et ce n'est pas un détail, comme dirait son père ; mais un libellé qui prend d'autant plus sens qu'on le rapproche des libellés de certains de ses 144 engagements lors de l'élection présidentielle de 2017.

Sous le titre « Une France qui transmet et qui se transmet », on avait « assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux ( français, histoire, calcul). A l'école primaire, réserver la moitié du temps d'enseignement au français, à l'écrit comme à l'oral. Supprimer l'enseignement des langues et cultures d'origine( ELCO)

Sous le titre « Défendre l'unité de la France et son identité nationale », on avait « renforcer l'unité nationale par la promotion du roman national et le refus des repentances d'Etat qui divisent » ; « pavoiser en permanence tous les bâtiments publics du drapeau français et en retirer le drapeau européen » ; « promouvoir l'assimilation républicaine, principe plus exigeant que celui d'intégration »

Et pour cette élection présidentielle de 2022, on est en pleine continuité. Comme on peut le lire sur le site dédié au programme : « L'enseignement dans le primaire donnera une priorité absolue au français, aux mathématiques et à l'histoire de France […] ; il est crucial de consacrer un temps d'enseignement suffisant aux matières fondamentales » ; « suppression des enseignements de langue et de culture d'origine (ELCO) » : « restaurer l'efficacité du système éducatif en organisant une remise à plat des méthodes pédagogiques et des contenus, et en restaurant l'école comme vecteur de transmission de l'Histoire de France  ».

Avec en prime cette fois-ci, l'annonce d'une procédure et d'un dispositif totalement inédits à mettre en place dans une nouvelle Assemblée nationale qui serait toute acquise à cette nouvelle orientation politique d'extrême droite

En effet, plutôt que de rétablir ce qui aurait existé, Marine Le Pen prévoit une mesure radicalement nouvelle, totalement inédite dans l’histoire de l’école en France : elle veut «reprendre en main le contenu et les modalités des enseignements » et que « le Parlement fixe de façon concise et limitative ce qui est attendu des élèves à la fin de chaque cycle ». Confier cette tâche considérée comme première, à une institution par nature politique  n’a jamais été mis en œuvre, ni de près, ni de loin.

Les enseignants devraient donc désormais être les fidèles exécutants de programmes politiques définis foncièrement par le Parlement, et dont « le détail (...)  et les labels validant les manuels scolaires relèveront du ministre de l’Education nationale ». Sont ainsi prévus un « renforcement de l’exigence de neutralité absolue du corps enseignant en matière politique, idéologique et religieuse vis-à-vis des élèves qui leur sont confiés », un « accroissement du pouvoir de contrôle des corps d’inspection en la matière », et une « obligation du signalement des cas problématiques sous peine de sanctions à l’encontre des encadrants ».

Cette mise sous tutelle directement politique des enseignements serait sans précédent, et cette mise sous surveillance fort inquiétante. Marine Le Pen a indiqué clairement ses objectifs et pris ses responsabilités. A chacune et chacun de prendre les siennes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com