claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

730 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 sept. 2017

Violences à l'école: du nouveau?

« Le Parisien » vient de relayer (et même d'amplifier) une étude de l' «Association de la Fondation étudiante pour la ville» sur les violences entre élèves de collèges ''ZEP'', en reposant la question générale des violences à l'école.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'étude de l'AFEV qui a été rendue publique ce matin révèle que près de la moitié des 447 élèves de collèges ''ZEP'' interrogés déclarent avoir été témoins au moins une fois d' « actes de cruauté ou d'humiliation » entre élèves dans la cour ( plus de la moité n'en parlant jamais). Un de ces élèves sur cinq déclare avoir subi des violences physiques, et près de la moitié des moqueries ou des insultes.

Cette étude (et ces ''révélations'') s'inscrivent dans la nouvelle thématique qui s'est imposée au début du quinquennat précédent au sujet de la problématique des violences à l'Ecole : celle du ''harcèlement'' entre élèves.

C'est une autre thématique, beaucoup plus globale et tendant à privilégier les violences faites aux personnels des établissements scolaires (par plutôt les élèves dans l'enseignement secondaire, et par plutôt les parents d'élèves dans l'enseignement primaire) qui s'était imposée au tout début des années 1990 et qui a duré jusqu'en 2011 (avec comme point d'orgue la tenue d' « Etats généraux sur la sécurité à l'Ecole » en avril 2010 à la Sorbonne, avec conclusions du ministre de l'Education nationale Luc Chatel ).

La ''transition'' a été assurée en avril 2011 par la tenue d' « Assises nationales sur le harcèlement à l'Ecole » préparée par Eric Debarbieux (qui avait été  le président du conseil scientifique des « Etats généraux sur la sécurité à l'Ecole »).

Aussi étrange que cela puisse paraître, la thématique des violences à l'Ecole (voire des ''violences scolaires'') a fait irruption dans la sphère politico-médiatique à un moment que l'on peut dater précisément; et elle n'a pas quitté ensuite la scène pendant une bonne vingtaine d'années (alors qu'elle n'existait pas auparavant en tant que telle).

Cette irruption soudaine date d’octobre 1990. C’est en effet à ce moment-là que la presse se saisit des violences à l’Ecole comme thème de réflexion et d’inquiétude, ne relevant plus simplement de l’ordre des faits divers (ce qui avait toujours été le cas jusque là)

Le journal « Le Monde » est d’ailleurs un bon exemple de cette mutation soudaine. Une série d’articles paraissent à la mi-octobre 1990 sur ce thème jusqu’alors inédit : « La violence dans les lycées de la banlieue parisienne. Les enseignants rompent la loi du silence » (15 octobre) ; « Incendie, agression…nouveaux incidents dans des établissements scolaires de la banlieue parisienne » (17 octobre) ; « L’insécurité dans les établissements… Plusieurs centaines de lycéens venus de la banlieue parisienne ont à nouveau manifesté aux abords de l’inspection académique de la Seine-Saint-Denis. A Paris, les élèves du lycée d’Argenteuil ont réclamé des postes de surveillants et d’agents d’entretien supplémentaires, dénonçant la saleté et l’insécurité qui règnent dans leur établissement » (18 octobre ).

Le ministre alors en charge de l’Education nationale – Lionel Jospin – se saisit immédiatement du problème, qui devient dès lors une question politique qui ne quittera plus la scène publique. A l’occasion des questions orales à l’Assemblée nationale du mercredi 17 octobre 1990, Lionel Jospin évoque les événements survenus dans plusieurs lycées de la région parisienne. « Nous souhaitons, dit-il, que les écoles demeurent à l’abri, qu’elles soient des lieux d’éducation et de savoir, où les jeunes soient le plus possible préservés des convulsions du monde extérieur […]. Au total, conclut-il, il ne faut ni sous-estimer les problèmes de violence ni les généraliser ».

En définitive, cette irruption soudaine en 1990 de la thématique de la violence scolaire sur la scène publique peut s’expliquer par le caractère inédit des manifestations des lycéens de banlieue contre «  l’insécurité » de leurs établissements scolaires, et par l’ampleur extraordinaire du mouvement lycéen de l’automne 1990 – parti de la ‘’périphérie’’ - qui va marquer les esprits.

Les mouvements étudiants ou lycéens s’étaient jusque là développés à partir des centres villes et des établissements les plus huppés comme la Sorbonne, l’ENS d’Ulm, ou les grands lycées parisiens (avec le plus souvent des mots d’ordre, dans les années post-soixante-huitardes, contre les différentes figures de la ‘’répression’’ ). C’est dire si cette inversion ( la ‘’périphérie’’ à l’initiative ) et sur un thème inédit (pour la sécurité et l’ordre dans les établissements scolaires) fait sensation, en particulier dans le monde des médias. La thématique des violences à l’Ecole développée dans la sphère politico-médiatique en restera très marquée, dans une équivalence : violence scolaire = établissements de la périphérie. Et la problématique publique des violences scolaires s’enkystera là-dessus (alors qu’il se peut fort bien que ce ne soit pourtant là que la partie émergée de l’iceberg ).

Et c’est de novembre 1990 que l’on peut dater la première intervention ministérielle qui s’apparente aux «  plans contre la violence à l’Ecole » qui vont dès lors se succéder jusqu'en 2011

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra