claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 nov. 2019

Le voile de la soeur interdite dévoile la confusion venue de soi-disant laïques

Dans le cadre de la confusion entretenue par certains à propos de la laïcité (visant essentiellement les musulmans) cela devait arriver comme un boomerang: une religieuse a été sommée d'enlever son voile pour être acceptée dans un appartement aux Résidences Autonomies à Vesoul

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le'' Centre communal d'action sociale'' qui gère cette résidence lui a signifié par courrier que "dans le respect de la laïcité, tout signe ostentatoire d'appartenance à une communauté religieuse ne peut être accepté en vue d'assurer la sérénité de toutes et de tous. En effet la religion est une affaire privée et doit le rester"

On en est là! De grands acteurs de la "séparation de l'Ecole et des Eglises" (en 1882) comme Jules Ferry, ou de la ''séparation de l'Etat et des Eglises'' (en 1905) comme Jean Jaurès ou Aristide Briand en resteraient bouche bée! Et pourtant on ne peut les soupçonner d'être des ''islamo-gauchistes'' ( mais il est vrai que Jean-Jaurès a pu être traité de ''socialo-papiste'' en son temps par certains...)

On ne saurait trop rappeler le discours de Jules Ferry au Sénat le 10 juin 1881  , pour tenter de dissiper l'ombre de la confusion en la matière: « J'ai toujours pensé que l'oeuvre du gouvernement de la République n'est point une oeuvre de sectaires, que nous n'avons ni le devoir ni le droit de faire la chasse aux consciences et qu'en agissant ainsi , nous manquerions à notre premier devoir. Nous sommes institués pour défendre les droits de l'Etat contre un certain catholicisme, bien différent du catholicisme religieux, et que j'appellerai le catholicisme politique. Quant au catholicisme religieux, qui est une manifestation de la conscience d'une si grande partie de la population française, il a droit à notre protection […]. Oui , nous sommes entrés résolument dans la lutte anticléricale ; je l'ai dit et la majorité républicaine m'a acclamé quand j'ai tenu ce langage. Oui nous avons voulu la lutte anticléricale, mais la lutte antireligieuse, jamais, jamais »

Il ne s'agit d'aucune façon pour Jules Ferry de refouler l'expression religieuse en tant que telle: on "manquerait alors à notre premier devoir". Jules Ferry indique même que "le catholicisme religieux a droit à notre protection"

La "séparation de l'Etat et des Eglises'' se situe dans ce droit fil. Le premier article de la loi indique que la liberté de conscience est au fondement de la loi: "La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public" C'est même la première loi française qui fait de la liberté religieuse un droit, rompant ainsi avec le régime d'autorisation qui a prévalu tout au long du XIXe siècle concordataire

On rappellera aussi in fine que l'amendement présenté lors du débat en vue de permettre l'interdiction aux prêtres de porter  la soutane ( une ''robe'' constituant une atteinte à la dignité masculine, le signe d'une ''soumission'' envers la hiérarchie, ''un acte permanent de prosélytisme") a été repoussé alors par 391 voix contre 184, le rapporteur de projet de loi , Aristide Briand, arguant qu'on ne pouvait pas "par une loi qui se donne pour but un régime de liberté" interdire une façon de se vêtir.

Qu'on se le dise...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Société
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra