claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mai 2012

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

La République des professeurs?

Près d’un tiers des membres du  gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont enseigné. Et on est loin de la composition du dernier gouvernement socialiste, celui formé par Lionel Jospin en 1997, qui était composé pour moitié d’énarques.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Près d’un tiers des membres du  gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont enseigné. Et on est loin de la composition du dernier gouvernement socialiste, celui formé par Lionel Jospin en 1997, qui était composé pour moitié d’énarques.
La parution en 1927 du livre d’Albert Thibaudet « La République des professeurs » à propos du ‘’Cartel des gauches’’ de 1924  qui réunissait trois grands dirigeants de l’époque tous sortis de l’ENS d’Ulm ( Blum, Herriot, Painlevé ) a frappé en son temps les esprits. Quatre ministres du nouveau gouvernement sont passés eux aussi par l’ENS ( Aurélie Filippetti ; Marisol Touraine,  Laurent Fabius et Michel Sapin ).
Laurent Fabius et Michel Sapin sont aussi passés par l’ENA, ainsi que Pierre Moscovici. Sans compter deux autres énarques qui  ( signe des temps ? ) sont d’abord passés par une école de commerce prestigieuse : l’Essec pour Fleur Pellerin ( nommée aux PME et à l’économie numérique ) et…François Hollande passé par HEC ( si l’on compte le président de la République ). On aura remarqué que quatre de ces cinq énarques occupent des postes parmi les plus éminents ( la présidence de la République, les Affaires Etrangères, l’Economie, les finances et le commerce extérieur ; le Travail, l’emploi et le dialogue social ).
Mais certains des « professeurs » sont loin d’avoir des responsabilités secondaires, à commencer par le premier ministre Jean-Marc Ayrault ( agrégé d’allemand ), le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon ( agrégé de philosophie, et docteur en philosophie ), la ministre de la Justice Christiane Taubira ( docteur en économie, et qui a été professeur de sciences économiques ),  le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ( agrégé d’histoire ), la ministre de Affaires sociales et de la santé Marisol Touraine ( agrégée de sciences économiques et sociales ), la ministre de la Culture et de la communication Aurélie Filippetti ( agrégée de lettres classiques ). On ne saurait oublier le ministre des Transports Frédéric Cuviller ( docteur en sciences politique, maître de conférence ) et la ministre déléguée à la famille Dominique Bertinotti ( agrégée d’histoire ).
Trois autres  ministres ont aussi enseigné : le ministre délégué à la Ville François Lamy ( qui a été élève de l’Ecole normale d’Etiolles, puis instituteur de 1981 à 1985 ), le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll ( qui, avec un DEA d’économie, a été professeur d’économie au lycée agricole de Rouillon ), la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fioraso  ( titulaire d’une maîtrise d’économie et d’une maîtrise d’anglais, qui a été enseignante vacataire en ZEP et dans un Greta à Amiens de 1975 à 1979 ).
On l’aura remarqué, ce sont les professeurs ‘’agrégés’’ qui se taillent la place du lion ainsi que certaines disciplines : celles de la culture ‘’humaniste ‘’ ( lettres, histoire, philosophie ) augmentées des sciences économiques ou politiques.  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre