La République des professeurs?

Près d’un tiers des membres du  gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont enseigné. Et on est loin de la composition du dernier gouvernement socialiste, celui formé par Lionel Jospin en 1997, qui était composé pour moitié d’énarques.

Près d’un tiers des membres du  gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont enseigné. Et on est loin de la composition du dernier gouvernement socialiste, celui formé par Lionel Jospin en 1997, qui était composé pour moitié d’énarques.

La parution en 1927 du livre d’Albert Thibaudet « La République des professeurs » à propos du ‘’Cartel des gauches’’ de 1924  qui réunissait trois grands dirigeants de l’époque tous sortis de l’ENS d’Ulm ( Blum, Herriot, Painlevé ) a frappé en son temps les esprits. Quatre ministres du nouveau gouvernement sont passés eux aussi par l’ENS ( Aurélie Filippetti ; Marisol Touraine,  Laurent Fabius et Michel Sapin ).

Laurent Fabius et Michel Sapin sont aussi passés par l’ENA, ainsi que Pierre Moscovici. Sans compter deux autres énarques qui  ( signe des temps ? ) sont d’abord passés par une école de commerce prestigieuse : l’Essec pour Fleur Pellerin ( nommée aux PME et à l’économie numérique ) et…François Hollande passé par HEC ( si l’on compte le président de la République ). On aura remarqué que quatre de ces cinq énarques occupent des postes parmi les plus éminents ( la présidence de la République, les Affaires Etrangères, l’Economie, les finances et le commerce extérieur ; le Travail, l’emploi et le dialogue social ).

Mais certains des « professeurs » sont loin d’avoir des responsabilités secondaires, à commencer par le premier ministre Jean-Marc Ayrault ( agrégé d’allemand ), le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon ( agrégé de philosophie, et docteur en philosophie ), la ministre de la Justice Christiane Taubira ( docteur en économie, et qui a été professeur de sciences économiques ),  le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ( agrégé d’histoire ), la ministre de Affaires sociales et de la santé Marisol Touraine ( agrégée de sciences économiques et sociales ), la ministre de la Culture et de la communication Aurélie Filippetti ( agrégée de lettres classiques ). On ne saurait oublier le ministre des Transports Frédéric Cuviller ( docteur en sciences politique, maître de conférence ) et la ministre déléguée à la famille Dominique Bertinotti ( agrégée d’histoire ).
Trois autres  ministres ont aussi enseigné : le ministre délégué à la Ville François Lamy ( qui a été élève de l’Ecole normale d’Etiolles, puis instituteur de 1981 à 1985 ), le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll ( qui, avec un DEA d’économie, a été professeur d’économie au lycée agricole de Rouillon ), la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fioraso  ( titulaire d’une maîtrise d’économie et d’une maîtrise d’anglais, qui a été enseignante vacataire en ZEP et dans un Greta à Amiens de 1975 à 1979 ).

On l’aura remarqué, ce sont les professeurs ‘’agrégés’’ qui se taillent la place du lion ainsi que certaines disciplines : celles de la culture ‘’humaniste ‘’ ( lettres, histoire, philosophie ) augmentées des sciences économiques ou politiques.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.