claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 mai 2008

La mixité en question? Un ballon d'essai ou un pas de clerc?

Au nom d’une prétendue directive européenne, le gouvernement français vient de faire adopter par le Parlement, dans un texte de loi destiné en principe à lutter contre les discriminations, un article qui permet d’organiser «des enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe».

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au nom d’une prétendue directive européenne, le gouvernement français vient de faire adopter par le Parlement, dans un texte de loi destiné en principe à lutter contre les discriminations, un article qui permet d’organiser «des enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe».

Le contexte parlementaire dans lequel cela s’est fait vaut déjà de s’y arrêter. Alors qu’aucune des directives européennes qui étaient à transposer dans ce texte de loi ne touchait au champ de l’enseignement (qui reste une compétence foncièrement nationale), le gouvernement a prétendu que cet article était une exigence de la Commission européenne et qu’on ne pouvait donc s’y soustraire. L’artifice ayant été éventé, tous les groupes parlementaires du Sénat ainsi que la délégation aux droits des femmes furent d’accord pour supprimer cette disposition du projet de loi. Mais contre toute attente, lors de la discussion du texte en séance publique, le gouvernement maintint sa position et exigea de sa majorité de s’y plier. Ce qui fut fait, séance tenante…

Le contexte général, récurrent, est encore plus préoccupant. Cela débute il y a quelques années, par la décision d’un président – George Bush – qui fascine le nôtre – Nicolas Sarkozy. En mai 2002, le président des Etats-Unis lève l’obligation de mixité dans l’enseignement public qui avait été établie par la loi en 1972 ( dans la foulée et la mouvance des luttes contre la ségrégation raciale ). Les districts peuvent désormais ouvrir des écoles non mixtes ( les ‘’same sex schools’’ ), et les écoles publiques ont la faculté de définir pour leurs élèves des programmes non mixtes. Plus de trois millions d’euros, dans un gouvernement limitant pourtant les dépenses publiques dévolues à l’éducation, sont débloqués pour ce programme ‘’expérimental’’ qui apparaît dès lors comme une véritable politique scolaire délibérée.

Au printemps 2003, le secrétaire général de l’enseignement catholique de l’époque - Paul Malartre - s’interroge publiquement sur l’intérêt et les aménagements possibles de la mixité. Et, à la rentrée de l’année scolaire 2003-2004, les mises en cause du bien-fondé de la mixité par le sociologue Michel Fize dans son ouvrage sur " Les pièges de la mixité scolaire " sont relayées par une partie de la presse, dont de grands médias audio-visuels tels que ‘’France Info’’ ou ‘’France II’’ dans la seule semaine de septembre. Cela se calme finalement.

Mais bis repetita en ce mois de mai 2008, à la suite du vote de l’article de loi permettant d’organiser " des enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe " (sans autres précisions ou délimitations) ; et Michel Fize réapparaît dans un imposant dossier de " L’Express " : " La mixité à l’école divise à nouveau ".

Le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos peut bien faire valoir que de fait, cela existe déjà pour partie en éducation physique ou en éducation sexuelle ; il n’en reste pas moins qu’un article de loi ( qui plus est dans une loi édictant des principes contre les discriminations ) est un fait nouveau, qui relance un débat que l’on croyait tranché, et avec une détermination gouvernementale on ne peut plus évidente et préoccupante.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l'Algérie : le mythe colonial au mépris de l'histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle
Journal — Amérique Latine
L’Amérique latine prend un nouveau virage à gauche
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana