Lang: «la révolution dans la révolution»?

En novembre 2014, Jack Lang avait préconisé une « révolution éducative ». Son dernier livre (en librairie le 25 août) est un « Manifeste pour une révolution scolaire ». Quid ?

Certains diront : que n'a-t-il fait cette « révolution » lorsqu'il a été ministre, et cela d'autant plus qu'il a été le seul à avoir été deux fois ministre de l'Education nationale durant la cinquième République (du 2 avril 1992 au 29 mars 1993 ; puis du 27 mars 2000 au 6 mai 2002). Deux occasions manquées ?

D'autres diront que ces périodes ont été trop courtes pour qu'il ait pu avoir le temps de faire « la révolution » ( ''éducative'' ou ''scolaire'') ou même des infléchissements pouvant marquer les esprits. Car que reste-t-il du passage de Jack Lang au ministère de l'Education nationale dans la ''mémoire collective'' ? Mystère (à la différence de son passage au ministère de la Culture).

Par ailleurs certains soutiendront à sa ''décharge'' qu'il avait été nommé à ce poste avant tout pour ''calmer le jeu'' ou ''les esprits'' (après le ministère tendu de Lionel Jospin, puis celui – fort contesté- de Claude Allègre) .

Mais d'autres ne manqueront pas de remarquer que certains ministres de l'Education nationale ont pourtant su '' frapper les esprits'' et rester dans la ''mémoire collective'' en des laps de temps aussi restreints et dans le même type de situation : par exemple Edgar Faure, après mai 68 (ministre de l'Education nationale du 12 juillet 1968 au 20 juin 1969) ou Jean-Pierre Chevènement, après la démission d'Alain Savary (ministre de l'Education nationale du 19 juillet 1984 au 20 mars 1986).

De toute façon, Jack Lang lui-même n'est pas de cet avis si l'on en juge par la quatrième de couverture de son livre paru le 25 septembre 2003 chez Gallimard :« Une Ecole élitaire pour tous ». . « À la tête du ministère de l'Éducation nationale pendant deux ans, Jack Lang a fortement contribué à la métamorphose [sic] de l'école. Ce livre propose une synthèse des réformes qui ont jalonné son mandat et qui font désormais corps avec la réalité vivante de celle-ci : de la refondation des programmes de l'école maternelle et de l'école élémentaire à la nouvelle architecture des diplômes universitaires, de la réforme du collège à la rénovation de la formation des maîtres. Elles s'appliquent à la rentrée 2003. Ce petit livre a également pour modeste ambition de redonner une boussole à une école depuis un an en perdition. On ne peut réformer l'école sans l'aimer. Et sans changer d'abord la société ».

Il ne faut pas longtemps – selon Jack Lang – pour que l'Ecole puisse être « en perdition » (« un an » - un an ! - sous le ministère de Luc Ferry), alors même qu'il vient de la « métamorphoser » en deux ans – deux ans ! Ce type d'histoire de l'Ecole (et des ''politiques scolaires'') donne le tournis...Mais n'oublions pas que Jack Lang a été partie prenante de la création d'une « Maison de la magie » en sa bonne ville de Blois.

Le 20 novembre 2014, Jack Lang donne une interview au vitriol dans « Sud Radio » au cours de laquelle il préconise (en pesant sans doute ses mots) « une révolution éducative » : « notre système d’éducation mériterait d’être profondément transformé, je rêve d’une révolution éducative ».

Avec son dernier livre (non moins au vitriol à bien des égards) « Pour une révolution scolaire » ( à vrai dire un « Manifeste pour une révolution scolaire », Editions Kero), Jack Lang vient de franchir un nouveau seuil: il ne s'agit plus de « rêver » mais de « manifester » pour une « révolution» (non plus « éducative », mais « scolaire »). La mobilisation n'est certes pas encore la guerre, mais...

PS: Durant la cinquième République, 9 des 28 ministres de l'Education nationale qui se sont succédé ont écrit un livre consacré aux ''affaires scolaires'' (durant leur présence au ministère de l'Education antionale ou juste après, sans doute afin de donner plus de sens à leur action). Edgar Faure ( "L'Education nationale et la participation'', Plon ,1969 ).Olivier Guichard (« L'Education nouvelle », Plon, 1970). René Haby (« Combat pour les jeunes Français », Julliard, 1981). Jean-Pierre Chevènement (« Apprendre pour entreprendre », Livre de poche, 1985). Claude Allègre (  Vive l'école libre », Fayard, 2000). Jack Lang (« Une école élitaire pour tous », Gallimard, 2003). Luc Ferry (« Lettres à tous ceux qui aiment l'école », Odile Jacob, 2003). Xavier Darcos (« L'Ecole de Jules Ferry », Hachette, 2005). Vincent Peillon(« Refondons l'école », Le Seuil, 2013).

Un seul livre a été écrit de longues années après : celui de Jack Lang qui vient de paraître : « Manifeste pour une révolution scolaire ». « Bizarre. Vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre »

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.