claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 août 2016

Lang: «la révolution dans la révolution»?

En novembre 2014, Jack Lang avait préconisé une « révolution éducative ». Son dernier livre (en librairie le 25 août) est un « Manifeste pour une révolution scolaire ». Quid ?

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains diront : que n'a-t-il fait cette « révolution » lorsqu'il a été ministre, et cela d'autant plus qu'il a été le seul à avoir été deux fois ministre de l'Education nationale durant la cinquième République (du 2 avril 1992 au 29 mars 1993 ; puis du 27 mars 2000 au 6 mai 2002). Deux occasions manquées ?

D'autres diront que ces périodes ont été trop courtes pour qu'il ait pu avoir le temps de faire « la révolution » ( ''éducative'' ou ''scolaire'') ou même des infléchissements pouvant marquer les esprits. Car que reste-t-il du passage de Jack Lang au ministère de l'Education nationale dans la ''mémoire collective'' ? Mystère (à la différence de son passage au ministère de la Culture).

Par ailleurs certains soutiendront à sa ''décharge'' qu'il avait été nommé à ce poste avant tout pour ''calmer le jeu'' ou ''les esprits'' (après le ministère tendu de Lionel Jospin, puis celui – fort contesté- de Claude Allègre) .

Mais d'autres ne manqueront pas de remarquer que certains ministres de l'Education nationale ont pourtant su '' frapper les esprits'' et rester dans la ''mémoire collective'' en des laps de temps aussi restreints et dans le même type de situation : par exemple Edgar Faure, après mai 68 (ministre de l'Education nationale du 12 juillet 1968 au 20 juin 1969) ou Jean-Pierre Chevènement, après la démission d'Alain Savary (ministre de l'Education nationale du 19 juillet 1984 au 20 mars 1986).

De toute façon, Jack Lang lui-même n'est pas de cet avis si l'on en juge par la quatrième de couverture de son livre paru le 25 septembre 2003 chez Gallimard :« Une Ecole élitaire pour tous ». . « À la tête du ministère de l'Éducation nationale pendant deux ans, Jack Lang a fortement contribué à la métamorphose [sic] de l'école. Ce livre propose une synthèse des réformes qui ont jalonné son mandat et qui font désormais corps avec la réalité vivante de celle-ci : de la refondation des programmes de l'école maternelle et de l'école élémentaire à la nouvelle architecture des diplômes universitaires, de la réforme du collège à la rénovation de la formation des maîtres. Elles s'appliquent à la rentrée 2003. Ce petit livre a également pour modeste ambition de redonner une boussole à une école depuis un an en perdition. On ne peut réformer l'école sans l'aimer. Et sans changer d'abord la société ».

Il ne faut pas longtemps – selon Jack Lang – pour que l'Ecole puisse être « en perdition » (« un an » - un an ! - sous le ministère de Luc Ferry), alors même qu'il vient de la « métamorphoser » en deux ans – deux ans ! Ce type d'histoire de l'Ecole (et des ''politiques scolaires'') donne le tournis...Mais n'oublions pas que Jack Lang a été partie prenante de la création d'une « Maison de la magie » en sa bonne ville de Blois.

Le 20 novembre 2014, Jack Lang donne une interview au vitriol dans « Sud Radio » au cours de laquelle il préconise (en pesant sans doute ses mots) « une révolution éducative » : « notre système d’éducation mériterait d’être profondément transformé, je rêve d’une révolution éducative ».

Avec son dernier livre (non moins au vitriol à bien des égards) « Pour une révolution scolaire » ( à vrai dire un « Manifeste pour une révolution scolaire », Editions Kero), Jack Lang vient de franchir un nouveau seuil: il ne s'agit plus de « rêver » mais de « manifester » pour une « révolution» (non plus « éducative », mais « scolaire »). La mobilisation n'est certes pas encore la guerre, mais...

PS: Durant la cinquième République, 9 des 28 ministres de l'Education nationale qui se sont succédé ont écrit un livre consacré aux ''affaires scolaires'' (durant leur présence au ministère de l'Education antionale ou juste après, sans doute afin de donner plus de sens à leur action). Edgar Faure ( "L'Education nationale et la participation'', Plon ,1969 ).Olivier Guichard (« L'Education nouvelle », Plon, 1970). René Haby (« Combat pour les jeunes Français », Julliard, 1981). Jean-Pierre Chevènement (« Apprendre pour entreprendre », Livre de poche, 1985). Claude Allègre (  Vive l'école libre », Fayard, 2000). Jack Lang (« Une école élitaire pour tous », Gallimard, 2003). Luc Ferry (« Lettres à tous ceux qui aiment l'école », Odile Jacob, 2003). Xavier Darcos (« L'Ecole de Jules Ferry », Hachette, 2005). Vincent Peillon(« Refondons l'école », Le Seuil, 2013).

Un seul livre a été écrit de longues années après : celui de Jack Lang qui vient de paraître : « Manifeste pour une révolution scolaire ». « Bizarre. Vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr