claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

730 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2013

Vers un nouveau profil d'enseignant?

Les décrets qui viennent de paraître sur « les emplois d’avenir professeurs » ont pour finalité d’ouvrir les carrières de l’enseignement à des jeunes issus de familles populaires alors que la mastérisation va mécaniquement dans l’autre sens.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les décrets qui viennent de paraître sur « les emplois d’avenir professeurs » ont pour finalité d’ouvrir les carrières de l’enseignement à des jeunes issus de familles populaires alors que la mastérisation va mécaniquement dans l’autre sens.
L’un des décrets stipule que « pour bénéficier de la priorité de recrutement, les étudiants doivent avoir résidé au moins deux ans dans l'une des zones mentionnées (zones sensibles) ou avoir effectué au moins deux années d'études secondaires dans un établissement situé dans l'une de ces zones ou dans un établissement relevant de l'éducation prioritaire ».
François Jarraud, sur le site du ‘’Café Pédagogique’’, juge que « le nouveau dispositif va ‘’populariser’’ le métier enseignant. La mastérisation était accusée, par exemple dans le rapport de la sénatrice B. Gonthier-Maurin, d’avoir ‘’embourgeoisé’’ la fonction enseignante, du fait de l’allongement de la durée des études. L’arrivée massive de jeunes issus des quartiers aura-t-elle aussi un effet pédagogique positif ? La longue fréquentation des futurs enseignants et des élèves durant les années d’EAP, leur origine sociale pourrait faciliter l’entrée dans le métier. Le regard porté sur l’Ecole pourrait aussi s’améliorer dans les quartiers puisque celle-ci redeviendrait l'ascenseur social qu'elle était au 20ème siècle ».
On retrouve une analyse et des accents voisins sur cette question très importante dans un ouvrage qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan, celui de Jean-Michel Wavelet  intitulé « Libérons l’avenir de l’école ». L’auteur identifie dix obstacles et fait dix propositions qui valent le détour et qu’on lise le livre. Mais il fait aussi et surtout un sort tout à fait particulier à la question du « profil » des enseignants. Quelques extraits suggestifs.
«  L’élévation du niveau de recrutement écarte les candidats d’origine modeste […] Naguère fille ou fils de petits paysans, d’ouvriers ou d’employés, les professeurs sont aujourd’hui enfants de cadres et en ont les manières d’être et de vivre des classes plus aisées. L’univers des loisirs, le langage, les valeurs dont ils sont porteurs les rendent étrangers à une fraction importante de leur public. De nombreux jeunes enseignants ignorent tout des métiers les plus modestes et des formations professionnelles vers lesquelles ils orientent pourtant certains de leurs élèves qui, comme par un heureux hasard, sont issus des milieux les plus méconnus de leurs professeurs. Ils ne savent pas grand chose des quelques cinq cents CAP qui régissent le monde des métiers de faible qualification. Mais ils ont une certaine idée de ce qui est noble pour les meilleurs et plus ‘’ignoble’’ pour ceux qui décrochent. Ce n’est pas l’habileté manuelle ou le goût de la fabrication qui déterminent le parcours de chacun, c’est le degré de maîtrise du français ou des mathématiques . Le défaut conceptuel et langagier conditionne fort curieusement l’orientation en lycée professionnel » ( p. 110 ).
Et Jean-Michel Wavelet de conclure dans son livre « Libérons l’avenir de l’Ecole » : « Recruter les enseignants très précocement parmi les couches sociales les plus diversifiées est devenue une absolue nécessité. La piste des ‘’emplois d’avenir professeur’’ est pour le moins judicieuse. Mais le mode de recrutement doit pouvoir garantir cette richesse en introduisant des épreuves au concours qui privilégient les compétences sociales, le sens de l’intérêt général et de la solidarité. Quant à leur formation, elle doit être conçue avec le souci d'enrichir leurs expériences sociales et la connaissance pratique des publics. On imagine assez bien l’influence décisive que peut avoir un stage organisé dans le cadre de l’humanitaire social ou dans un service charge du suivi des familles en difficulté. La connaissance des conditions d’apprentissage est essentielle à celui qui prétend instruire les autres » ( p. 112).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre