claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 mars 2012

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Les devoirs, un impératif catégorique?

On pourrait le croire à voir la pratique des ‘’devoirs’’ à la maison perdurer dans l’enseignement primaire, alors que des décisions ministérielles l’ont en principe interdit, et depuis longtemps. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels:

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On pourrait le croire à voir la pratique des ‘’devoirs’’ à la maison perdurer dans l’enseignement primaire, alors que des décisions ministérielles l’ont en principe interdit, et depuis longtemps. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels: « Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail ne peut qu’apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l’équilibre nerveux des enfants. Enfin, le travail écrit, fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu’un intérêt éducatif limité. En conséquence, aucun devoir écrit ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif ».

Bien qu’’’impérative’’, cette circulaire restera pour l’essentiel lettre morte… Et c’est en invoquant précisément cela que Jean-Pierre Chevènement a justifié son choix de tenter de les ‘’rétablir’’ officiellement en février 1985 ( afin, disait-il, de régulariser  cet état de fait pour mieux l’encadrer…).En vain, car la circulaire de 1956 ne sera pas rapportée, le Premier ministre Laurent Fabius s’y étant opposé.
 En septembre 1995, en plein débat sur les rythmes scolaires, François Bayrou ( alors ministre de l’Education nationale ) décide que « pour lutter contre les inégalités des situations familiales » des études dirigées en classe se substitueront désormais aux « devoirs écrits » à la maison, « les élèves n’ayant plus que du travail oral à faire ou des leçons à apprendre ». En réalité, la pratique des « devoirs à la maison » n’a pas cessé, on le sait.
Il est vrai que dans le seul pays au monde qui organise des championnats d’orthographe ( et où les erreurs de graphie sont des ‘’fautes’’ ), on ne saurait être autrement surpris que le terme même de ‘’devoir’’ s’impose, et que le ‘’travail’’ ( en accord profond avec son étymologie ) ne puisse être considéré comme ‘’sérieux’’ que si l’on est ‘’à la peine’’.
Selon une étude récente menée par la DEPP au niveau du collège ( où les devoirs à la maison ne sont officiellement ni interdits ni prescrits ), le terme de ‘’devoir’’ tend à être remplacé par celui de ‘’travail à faire’’. Soit. Selon les auteurs de l’étude, les enseignants sont quasiment unanimes à juger cela ’’indispensable’’, les parents le réclament, et les élèves l’ exécutent avec plus ou moins de zèle. Ce consensus serait-il l’hommage du vice à la vertu, dans l’obscur conscience que l’un des moments privilégiés où les élèves sont effectivement en situation d’apprentissage pourrait être ce moment là ( compte tenu des dispositifs pédagogiques dominants en place ) ?
Il reste que l’étude montre aussi que l’adhésion des élèves au « devoir », au « travail à faire » diminue avec l’âge, et qu’une partie des plus âgés d’entre eux s’interrogent sur les inégalités qui peuvent apparaître en raison des différences de milieux familiaux. Bonne question, posée par les élèves eux-mêmes…

La principale fédération de parents délèves ( la  FCPE ) et l'ICEM-Pédagogie viennent d'engager une "quinzaine de jours sans devoirs à la maison" ( http://cesoirpasdedevoirs.blogspot.com/ ).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère