claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

750 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 déc. 2010

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Du nom des écoles

Les noms des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) nous en disent plus long qu’on pourrait le croire, si on les prend dans leurs agrégations statistiques et qu’on les compare.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les noms des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) nous en disent plus long qu’on pourrait le croire, si on les prend dans leurs agrégations statistiques et qu’on les compare.

Parmi les noms d’hommes politiques qui sont restés dans l’histoire pour leurs interventions dans le domaine scolaire, Jules Ferry arrive très nettement en tête avec 604 mentions, suivi de Paul Bert ( 185 mentions ), Condorcet et Jean Zay ( 110 ), Ferdinand Buisson ( 98 ) et, très loin derrière, Emile Combes ( 14 mentions ).

Il est à noter que, à l’exception d’une école primaire privée pour Condorcet, aucun des 9191 établissements privés sous contrat n’a pris pour nom l’un de ces hommes politiques qui, il est vrai, appartiennent tous à la geste de l’Ecole publique.

Il faut dire aussi que les choix de ces établissement privés sous contrat se portent avant tout sur des noms de saints ou de saintes. Saint Joseph vient largement en tête ( 973 mentions ), suivi de loin par Saint Charles ( 84 ), Saint Jean Baptiste ( 57 ), Saint Vincent de Paul ( 47 ), Saint Thomas ( 36 ), Saint Etienne ( 29 ), Saint Eloi ( 10 ). Pour les filles, Sainte Marie domine nettement ( 458 mentions ), suivie de Sainte Anne ( 348 ), Sainte Thérèse ( 242), Sainte Bernadette ( 40), Sainte Elisabeth ( 28 ), Sainte Catherine ( 21 ) et Sainte Madeleine ( 20 ).

Reste deux cas un peu particuliers : ceux de Jeanne d’Arc et Saint Louis  ( qui ont respectivement 398 et 184 mentions dans les établissements privés sous contrat ), mais dont les noms ne sont pas tout à fait absents dans les établissements de l’Education nationale ( respectivement 26 et 22 mentions ) ; cependant, on doit aussi prendre en considération que l’enseignement privé sous contrat ne compte que 9191 établissements alors que l’enseignement public rassemble 49639 établissements ( soit sommairement un rapport de un à cinq ). Le nom de La Salle a été choisi par 86 établissements du privé et par 11 écoles du public. Deux papes sont inégalement choisis: Jean XXIII ( 22 mentions) et Jean-Paul II ( 8 ).

Les noms d’hommes politiques sont donnés quasi exclusivement à des établissements de l’Education nationale, qu’il s’agisse des trois présidents de la cinquième République décédés ( Charles de Gaulle, 51 mentions ; Georges Pompidou, 32 ; et François Mitterrand, 31 ), ou des quelques républicains emblématiques choisis ( Gambetta, 76 mentions, Blum, 50, Briand, 47, Clemenceau, 38 ; Robespierre, 36 ; Danton, 11 ; Mirabeau et Hoche 8 ). Sans oublier le champion, nettement détaché : Jean Jaurès ( 413 mentions dans le public, une dans le privé ). A peine deux exceptions : Henri IV et Charlemagne ( respectivement 20 et 27 mentions dans le public, et 3 et 1 dans le privé ). Plus une autre exception de taille ( si on a bien à l’esprit le rapport de un à cinq qui existe entre le nombre des établissements du privé et celui du public ) : Robert Schuman ( 31 mentions dans le public, et 7 dans le privé ).

En revanche, la partition est plus complexe ( et plus balancée ) pour quelques personnages célèbres, et d’abord pour un certain nombre d’écrivains ‘’catholiques’’. Bossuet l’emporte dans le privé ( 11 mentions contre 5 dans le public) ; et, proportionnellement ( si l’on tient compte du rapport de un à cinq ) Péguy ( 17 mentions dans le privé, contre 58 dans le public ). Les noms de Pascal, Lamartine et Claudel sont choisis par quelques établissements du privé ( à hauteurs respectives de 9, 7 et 3 mentions ( contre 70, 88 et 84 dans le public ). Les noms de Mauriac ( 16 mentions ) et Bernanos ( 2 ) n’existent que dans le public. De même pour Chateaubriand ( 25 mentions ).

Quelques autres personnages célèbres donnent également leur nom à des établissements privés sous contrat, mais beaucoup moins ( y compris proportionnellement ) que pour les établissements de l’Education nationale. On peut citer en particulier Saint-Exupéry, Pasteur et La Fontaine ( qui ont respectivement 12, 11 et 7 mentions dans le privé, contre 377, 360 et 379 dans le public ).

Si l’on aborde les mentions de noms de femmes, on peut constater qu’elles sont réduites à la portion congrue dans l’enseignement privé sous contrat ( à part les saintes, omniprésentes ). Deux noms l’emportent cependant dans le privé : Madame de Maintenon ( 9 mentions contre 4 dans le public ) et, proportionnellement, Madame de Sévigné ( 23 mentions contre 54 dans le public ). Françoise Dolto a 3 petites mentions dans le privé ( contre 159 dans le public ).

Par ailleurs, dix autres femmes donnent leur nom exclusivement à des établissements de l’enseignement public : Marie Curie ( 305 mentions ), Louise Michel ( 168 ), Pauline Kergomard ( 113 ), Elsa Triolet ( 66 ), Hélène Boucher, Marie Laurencin et Sonia Delaunay ( 21 ), Olympe de Gouges( 12 ), Simone de Beauvoir et George Sand ( respectivement 8 et 7 mentions ). En définitive, par rapport aux hommes, les noms de femmes sont très nettement sous représentés dans les établissements de l’Education nationale.

Les établissements du privé ne mentionnent pas de figures qui appartiennent peu prou au domaine pédagogique (à l’exception de Madame de Maintenon ). Il en va sensiblement de façon différente pour les établissements du public, même s’il est non moins significatif que cela reste au total relativement restreint. On peut citer en particulier Langevin ( 289 mentions ), Wallon ( 160 ), Kergomard ( 113 ), Rousseau ( 106 ), Buisson ( 98 ), Rabelais ( 55 ), Montaigne ( 51 ), Freinet ( 40 ), Montessori ( 13 ), Piaget et Makarenko ( 8 mentions ).

En définitive, dans l’Education nationale, ce sont plutôt les noms d’écrivains qui sont en bonne place. Outre ceux qui ont déjà été cités auparavant, on peut signaler Hugo ( 337 mentions ), Jules Verne ( 200 ),Rostand ( 169 ), Camus ( 163 ), Eluard ( 120 ), Malraux ( 88 ), Voltaire ( 80 ), Aragon et Mistral ( 75 ), Diderot ( 64 ), Desnos ( 61 ) Molière ( 46 ), Rimbaud ( 43 ), Genevoix ( 42 ) , Balzac et Giono ( 41 ), Verlaine ( 40 ), Ronsard ( 38 ), Racine ( 30 ), Dumas ( 28 ), Maupassant ( 26 ), Flaubert et Valéry ( 22 ), Corneille ( 20 ), Du Bellay et Vigny ( 18 ), Musset ( 17 ), Baudelaire ( 15 ), Proust ( 12 ), Queneau ( 11 ), Char ( 10 ), Gide et Boileau ( 9 ), Barrès ( 8 ), Beaumarchais ( 6 ), Mallarmé et Mérimée ( 5 ). Sans oublier ( loin s’en faut, car c’est significatif ) les auteurs consacrés du primaire voire du début du collège : Prévert ( 407 mentions ), Pagnol ( 223 ), Perrault (144 ), Pergaud ( 131 ), Daudet ( 108 ). Ces noms d’écrivains ( à quelques exceptions – à l’unité – près ) ne figurent pas dans les 9191 établissements privés sous contrat et sont dévolus ( pour la quasi totalité d’entre eux ) exclusivement aux établissements de l’enseignement public.

Les peintres sont moins à l’honneur que les écrivains. On peut citer dans l’ordre : Picasso ( 80 mentions ), Matisse ( 67 ), Renoir ( 43 ), Monet ( 37 ), Van Gogh ( 26 ), Gauguin ( 18 ), Delacroix ( 15 ), Braque et Chagall ( 10 ) Léger, Manet, Utrillo ( 6 mentions ), Watteau ( 5 ). A l’exception de trois établissements privés pour Matisse et d’une école privée pour Renoir, ces noms de peintres ont été attribués à des établissements de l’Education nationale.

Les noms de musiciens sont encore moins choisis ; et ils sont , eux aussi, quasi exclusivement attribués à des établissements de l’enseignement public ( à l’exception de Bizet pour un lycée privé et de Berlioz pour un collège privé ). On citera Debussy ( 33 mentions ), Ravel ( 28 ), Berlioz ( 19 mentions ), Saint-Saens ( 11 ), Rameau et Fauré ( 10 ), Satie ( 7 ), Charpentier ( 6 ), Bizet et Milhaud ( 5 mentions ). Tout en n’oubliant pas le grand succès relatif de deux chanteurs : Georges Brassens ( 147 mentions ), suivi de Jacques Brel ( 73 ).

Les noms de scientifiques sont, eux aussi, relativement peu mentionnés. Berthelot vient en tête avec 48 mentions, suivi de Lavoisier ( 41 ), Calmette ( 33 ), Eiffel ( 27 ), Buffon ( 26), Branly ( 24 ), Blériot ( 17 ), Cavaillès, Lesseps et Gay-Lussac ( 6 mentions ), Cuvier ( 5 ), Niepce, Papin et Fresnel ( 4 ). Aucun nom de scientifiques pour les établissements privés sous contrat.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige