claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 févr. 2017

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Une histoire singulière

Ecrite à la première personne, cette histoire est celle de la première femme nommée ministre de l'Education nationale, une fille d'ouvrier, de famille marocaine musulmane.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans ce livre, Najat Vallaud-Belkacem ne dit pas grand chose de son expérience personnelle d'un certain sexisme ambiant, préférant parler de son ministère aux Droits des femmes, prélude à sa nomination à la tête du ministère de l'Education nationale. Une première.

En revanche, elle est nettement plus prolixe sur sa trajectoire sociale qui fait d'elle – et de loin – le ( la?) ministre de l'Education nationale à l'origine sociale la plus modeste Extraits

« Parfois, il m'est arrivé de ne me sentir à ma place nulle part. Parfois, il y a eu des repas de famille où mon opinion a été celle de l'élite, des puissants. Des repas au cours desquels les miens m'ont dit : ''On ne te comprend plus. Tu es une parisienne maintenant''. Et inversement , il m'est arrivé de me sentir en profond décalage auprès de mes camarades de Sciences Po […]. Parce que je travaillais jusqu'à plus soif, trop convaincue que je devais redoubler d'efforts pour prouver que j'étais bien à ma place. Oui, parfois, vous enragez de sentir votre parcours vous rattraper à coups de lacunes dans une culture et des codes qui ne sont pas exclusivement scolaires [… ]. De voir à quel point certains estiment, au contraire, être toujours à ''leur'' place [....]. Quoi qu'il arrive, ne vous excusez jamais ! Ne vous excusez jamais d'être là où vous êtes arrivés. Ne vous excusez jamais de vouloir aller plus loin et toujours plus haut. L'ambition est la richesse des pauvres. Et restez fidèles à ce que vous êtes  » (pages 105-106).

Najat Vallaud-Belkacem ajoute et conclut : « Longtemps je me suis trompée en cherchant à me fondre dans le moule, à me cacher le mieux possible, à être presque sans histoire personnelle. Maintenant je sais : si la diversité fait silence et ne se raconte jamais, comment y croire encore ? Comment se comprendre, regarder dans la même direction, construire un avenir commun, rêver ensemble ? » (« La vie a beaucoup plus d'imagination que toi », éditions Grasset,. page 107)

Najat Vallaud-Belkacem (et les éditions Grasset) comprendront sans doute que je livre ici un troisième (et encore plus long) extrait de ce livre, en avant-première, dans un journal tel que « Médiapart » (qui s'est honoré en soutenant fermement une laïcité non dévoyée et non instrumentalisée).

« Je n'ai pu m'empêcher d'interroger l'islam. Comment pourrait-il en être autrement ? Comment ne pas défaillir d'une douleur redoublée, ce matin du 7 janvier 2015, en entendant ces mots empoisonnés des assassins de ''Charlie'' : ''On a vengé Mahomet '' ? Comment ne pas se sentir salie, ravagée, trahie, honteuse malgré soi, quand on a grandi dans cette foi ? Comment ne pas sentir aussi la morsure des regards soudain suspicieux, inquisiteurs, parfois réels, parfois fantasmés, et les imaginer plus pesants encore sur les anonymes musulmans, véritables ou supposés, dans la rue, dans le bus, au travail...Bien sûr qu'on interroge l'islam . Même si j'ai rappelé ce que pouvait être la pratique pieuse, rurale, de mes parents, oui, je partage les préoccupations de ceux qui s'inquiètent à la fois de le ''sainte ignorance'' qui entoure souvent cette religion et en même temps, du développement d'un islam rigoriste, fondamentaliste qui rejette, qui fracture. Oui, il y a une nécessité que l'islam et ses responsables combattent en leur sein le cancer obscurantiste.

Mais cela n'a rien à voir avec l'injonction qui a pu être faite aux musulmans de se désolidariser des terroristes. Cette injonction est scandaleuse. Parce qu'elle suppose une complaisance généralisée. Alors que c'est l'inverse : la révulsion des musulmans pour les attentats doit être un levier, non pas de stigmatisation, mais de mobilisation du pays, de tout le pays soudé autour de ces valeurs que les terroristes abhorrent, comme ils abhorrent les ''nouveaux Français'' que nous sommes, parce que nous en sommes les premiers promoteurs, nous qui les avons choisies. Les lieux ciblés par les terroristes, vivants, animés, fraternels, brassant juifs, chrétiens, musulmans, athées, d'ici et d'ailleurs, joyeusement mélangés sur les terrasses des cafés comme sur la promenade des Anglais, ne laissent pas place au doute sur ce sujet .

Je sais bien que les questions sont là. Je sais bien que l'anxiété, les déchirures, les deuils et les peurs ne sont pas propices à la réflexion distanciée. Je sais bien qu'il flotte comme un air vaguement empoisonné, alimenté par des discours toxiques. Après l'attentat de Nice, et ses 86 morts, j'ai été stupéfaite de regarder cette vidéo de Marion Maréchal-Le Pen, qui parle de guerre mondiale, explique que ''tout ça'' c'est ''le regroupement familial'' et le fait des ''Français de papier''. Expression affreuse : je serais Française de papier ? D'une pure catégorie administrative, provisoire et qu'on puisse froisser ? Mon visage serait celui d'une Marocaine, et je n'aurais de français ''que les papiers'' ? A quand les lois de dénaturalisation ? » (pages 86 et 87).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial