Il ne faut pas se voiler la face, les accompagnatrices sont impayables! Arrêtez!

Et pourtant des sénateurs de droite voudraient leur conférer (en principe ou de fait?) un statut de «collaborateurs du service public» afin de leur interdire le voile tout en s'interdisant de les payer. Après l'attentat de Bayonne, la décence exige l'arrêt immédiat de cette mascarade

Comme l'a dit le sénateur PS Jacques-Bernard Magner lors de la discussion en commission le 23 octobre dernier : " cette proposition de loi tend à considérer que les parents accompagnateurs sont des collaborateurs de l'éducation nationale, et que les femmes voilées ne peuvent plus participer à des sorties scolaires [...]. Nous vivons depuis quelques semaines dans un monde complètement fou, où l'on ressort des débats que l'on croyait être du passé [...] La loi règle déjà suffisamment les situations visées par cette proposition de loi. Si l'on considère que les accompagnants deviennent des collaborateurs des enseignants, qu'ils assument une mission de service public, il va falloir leur donner un statut et, éventuellement, les rémunérer.. Quid des écoles privées ? Elles remplissent une mission de service public qui leur est confiée par l'État ; 2 millions d'élèves sont concernés''

Le sénateur ''Union centriste'' Laurent Lafon, met en en évidence que '''s'agissant du statut de l'accompagnant, on ne peut pas mettre sur le même plan la personne qui participe activement à la sortie par la parole et l'animation, l'intervenant, et celui qui permet l'organisation de la sortie, l'accompagnant [...] Il faut préciser que cette tâche d'accompagnement est effectuée pour répondre à un appel de l'enseignant. Elle n'est pas une fonction en tant que telle. Le caractère bénévole et occasionnel permet-il d'assimiler les parents accompagnateurs à des collaborateurs occasionnels du service public ou à des usagers ? Le Conseil d'État a apporté en partie une réponse dans son étude de 2013. Si l'on veut aller plus loin, il faut définir le statut de l'accompagnateur, ce qui n'est pas suffisamment le cas de la proposition de loi''

Aucune réponse n'a été apportée à ces considérations lors de la discussion en Commission du 23 octobre dernier.

Quant à la rémunération évoquée des ''collaborateurs du service public'', le sénateur LR Stéphane Piednoir  botte en touche sans aucune argumentation développée: "sur l'argument selon lequel il faudrait payer les accompagnants puisqu'ils participent à une tâche éducative, je rappelle que de nombreux accompagnants sportifs développent des activités à l'intérieur de l'école sans être rémunérés".

On baigne dans une atmosphère de pure idéologie ou de manoeuvres et d'instrumentalisations politiciennes sans aucun égard pour quelque argument de fait ou rationnel que ce soit. Et c'est dangereux...

On retiendra cependant in fine les états d'âme (très particuliers voire ''symptomatiques'') exprimés par le sénateur LR Jacques Grosperrin (le seul dans son groupe à avoir une connaissance effective de système éducatif et de s'en soucier) :"Je suis un fervent défenseur de la laïcité, comme vous tous, mes chers collègues. J'ai voté l'amendement présenté par Bruno Retailleau et d'autres collègues sur le projet de loi pour une école de la confiance. Pourquoi ne demanderait-on pas à une femme qui accompagne une sortie scolaire d'ôter son voile, alors qu'on exige du chauffeur de bus une stricte laïcité ? Oui, il faut réaffirmer le principe de laïcité à l'école. Toutefois, la présente proposition de loi me dérange un peu. Quand des femmes font l'effort d'accompagner leurs enfants en sortie, elles vont plutôt, me semble-t-il, dans le sens de la République et de la laïcité. J'ai vécu en direct la provocation de l'élu du Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. J'ai été très choqué de sa réaction, choqué aussi de voir cette femme toute de noir vêtue. Nous aurions peut-être dû lui demander d'avoir une tenue moins ostentatoire...Le Premier ministre se défile en parlant de lutte contre la radicalisation. J'ai aussi été très choqué par l'affiche de la FCPE .Je suis partagé entre ma fidélité au groupe LR et mon honnêteté intellectuelle. J'aurais préféré que l'on débatte de ce sujet dans un moment plus serein''.

Peut-on dire que ça balance en temps de gros temps? Où en sont les parlementaires ''macroniens''? Mardi est un autre jour: discussion prévue au Sénat de la ''proposition de loi tendant à assurer la neutralité religieuse des personnes concourant au service public de l'éducation''...Une loi pour cela??? .Y verra-t-on plus clair dans ''cette obscure clarté qui tombe des étoiles''? Dans cette pénombre propice aux coups les plus bas... Arrêtez!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.