claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 mars 2022

Les élèves et leurs études : travailler plus et/ou autrement ?

Le candidat du PCF Fabien Roussel a proposé comme principale mesure pour l'Ecole l'allongement du temps passé en classe, étant entendu que les élèves quitteraient l'école tous devoirs faits. Une mesure qui serait effectivement plutôt bouleversifiante et qui appelle une mise en perspective historique pour être pleinement saisie. .

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Deux mesures viennent en tête des 14 propositions faites pour l'Ecole : « 1) Augmentation du temps scolaire : 27 heures en primaire, 32 heures en collège et au lycée, avec la possibilité de passer à 36 heures pour les lycéens ayant des options. L'augmentation du temps scolaire doit se faire sans augmenter le temps de travail des enseignants, déjà surchargés : plus de maîtres que de classes en primaire ; temps de concertation et de travail en équipe inclus dans le service de l'ensemble des personnels . 2) En finir avec les devoirs ou les cours particuliers qui envahissent le temps libre et la vie familiale : tout le travail scolaire doit se faire en classe » 

Sébastien Laborde (membre de l'équipe de campagne de Fabien Roussel pour les questions d'éducation) a précisé nettement « l'objectif » : « ramener l'école à l'école. En allongeant le temps scolaire pour tous les élèves, et en recrutant massivement des enseignants, nous aurons la possibilité de mettre fin aux devoirs à la maison et de faire revenir la responsabilité de la réussite de l'élève à l'école. Aujourd'hui beaucoup trop de choses reposent sur les familles dont beaucoup sont en difficulté » ( in « Le Petit Journal » -Tarn et Garonne- du 4 février 2022).

Et de fait, un simple coup de projecteur dans le passé permet de prendre conscience d’un paradoxe qui devrait nous interpeller : la « massification » du secondaire s’est accompagnée de la quasi-disparition des études dirigées. Celles-ci constituaient pourtant un dispositif essentiel de l’enseignement secondaire sous les IIIe et IVe Républiques.

Bien que l’enseignement secondaire ne s’adressât alors pour l’essentiel qu’à une petite élite socioculturelle (moins de 5 % d’un classe d’âge sous la IIIe République, moins de 10 % sous la IVe), celui-ci comportait pourtant un fort dispositif d’études dirigées. Ces études étaient assurées par un corps de « maîtres-répétiteurs » en direction non seulement des élèves internes, mais aussi des demi-pensionnaires et des externes. Et ce corps a disparu (ainsi que la quasi-totalité du dispositif d’études dirigées) lors de la première vague de la « massification » de l’école, qui a d’abord concerné le collège au début de la Ve République.
Le moins que l’on pourrait faire pour l’avenir, ce serait de s’interroger sur le paradoxe de cette évolution, et reconsidérer les temps respectifs des cours et des aides aux apprentissages ou aux « devoirs » pour tous. Peut-être faudrait-il aussi s’interroger sur l’étonnante disparité qui perdure entre classes et entre élèves sur le temps consacré à ces lectures, exercices, rédactions, exposés ou révisions.
Il y a déjà une vingtaine d’années, l’inspecteur général Roger-François Gauthier dans son introduction au très intéressant numéro d’avril 2002 de la ''Revue internationale de Sèvres'' au titre significatif : Le travail des élèves au cœur des tensions de l’école le soulignait déjà : « Comment ne pas s’étonner de constater qu’alors que les horaires d’enseignement des différentes disciplines sont réglés au quart d’heure près au plan national à la suite d’infinis marchandages, le flou le plus complet règne en ce qui concerne le temps prescrit par les professeurs de ces mêmes disciplines pour le travail des élèves en dehors du cadre de la classe ? 

Quel que soit le destin qui sera réservé dans l'avenir aux propositions de Fabien Roussel en la matière, elles ont au moins le mérite d'attirer l'attention sur un point quasi aveugle de notre système éducatif  qui  ne se préoccupe guère de penser le cadre et l'organisation du travail  personnel de chaque élève et laisse pour l'essentiel l'encadrement de ce travail personnel aux aléas de familles socio-culturellement hétérogènes..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat