claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

725 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2012

Une morale «laïque»?

Jules Ferry, lui, a institué en son temps un enseignement « laïque » de « la » morale, d’une morale « sans épithète ». Devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale, le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé la mise en place d’une  mission sur « la  morale laïque » et son enseignement dès la rentrée prochaine.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jules Ferry, lui, a institué en son temps un enseignement « laïque » de « la » morale, d’une morale « sans épithète ». Devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale, le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé la mise en place d’une  mission sur « la  morale laïque » et son enseignement dès la rentrée prochaine.
Contrairement à ce qu’on dit nombre de commentateurs, le rapprochement avec Jules Ferry et sa célèbre « Lettre aux instituteurs » du 17 novembre 1883 est loin d’être de l’ordre de l’évidence.
En bon disciple du positivisme, Jules Ferry prend la morale à enseigner comme « un fait » ( sans que l’on ait à se préoccuper de ses fondements métaphysiques et/ou religieux ) : « c’est la bonne et antique morale que nous avons reçue de nos pères et mères, et que nous nous honorons de tous suivre dans les relations de la vie, sans nous mettre en peine d’en discuter les bases philosophiques ». Il s’agit de la « morale commune » ( qui « nous » est « commune », « sans épithète » ).
Jules Ferry insiste d’ailleurs  longuement là-dessus dans sa « Lettre » : « Vous n’avez à enseigner, à proprement parler, rien de nouveau, rien qui ne vous soit familier comme à tous les honnêtes gens. Et quand on vous parle de mission et d’apostolat, vous n’allez pas vous y méprendre : vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel Evangile : le législateur n’a voulu faire de vous ni un philosophe ni un théologien improvisé […]. Parlez donc  à chaque enfant comme vous voudriez que l’on parlât au vôtre : avec force et autorité, toutes les fois qu’il s’agit d’une vérité incontestée, d’un précepte de la morale commune ; avec la plus grande réserve, dès que vous risquez d’effleurer un sentiment religieux dont vous n’êtes pas juge ».
Et Jules Ferry conclut sur les formules qui sont restées dans les mémoires ( et qui n’ont aucun rapport avec la question de la « neutralité scolaire » ou de la « neutralité politique » comme on le croit souvent, mais seulement avec la question de l’enseignement de la « morale commune » ) : « Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire ; sinon, parlez hardiment ».
 « Parlez hardiment » : pour Jules Ferry , l’enseignement de la morale appartient à l’Ecole ( non par ‘’défaut’’, parce que les familles seraient défaillantes, comme on l’entend souvent aujourd’hui ) mais parce que c’est son rôle éminent et un honneur pour les enseignants : « L’instruction religieuse appartient à la famille et à l’Eglise, l’instruction morale à l’Ecole […]. La loi du 28 mars 1882 [ sur la laïcité et l’obligation scolaire ] affirme la volonté de fonder chez nous une éducation nationale, et de la fonder sur les notions du devoir et du droit que le législateur n’hésite pas à inscrire au nombre des vérités premières que nul ne peut ignorer. Pour cette partie capitale de l’éducation , c’est sur vous que les pouvoirs publics ont compté. En vous dispensant de l’enseignement religieux, on n’a pas songé à vous décharger de l’enseignement moral : c’eut été vous enlever ce qui fait la dignité de votre profession. Au contraire, il a paru tout naturel que l’instituteur, en même temps qu’il apprend aux enfants à lire et à écrire, leur enseigne aussi ces règles élémentaires de la vie morale qui ne sont pas moins universellement acceptées que celles du langage et du calcul ».
« Universellement  acceptées ». Là aussi, Jules Ferry précise dans sa « Lettre » comment on peut - selon lui ( et en son temps ) - en venir à cette conclusion : « Car ce que vous allez communiquer à l’enfant, ce n’est pas votre propre sagesse ; c’est la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité ».
Mais après ( entre autres ) les remises en cause qui ont accompagné la « décolonisation » et celles qui se sont précipitées au moment de mai-68 et des années qui ont suivi, peut-on encore sans problème se lover dans ce type de discours fondateur ? Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon s’offre en tout cas un fameux défi en mettant en place une mission sur la « morale laïque » et son enseignement, un défi qu’il faut comprendre sans doute par l’ambition qu’il a pour l’Ecole : non seulement la « refonder », mais la « refonder » pour « refonder la République ».
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod