claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

729 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2012

Une morale «laïque»?

Jules Ferry, lui, a institué en son temps un enseignement « laïque » de « la » morale, d’une morale « sans épithète ». Devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale, le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé la mise en place d’une  mission sur « la  morale laïque » et son enseignement dès la rentrée prochaine.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jules Ferry, lui, a institué en son temps un enseignement « laïque » de « la » morale, d’une morale « sans épithète ». Devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale, le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé la mise en place d’une  mission sur « la  morale laïque » et son enseignement dès la rentrée prochaine.
Contrairement à ce qu’on dit nombre de commentateurs, le rapprochement avec Jules Ferry et sa célèbre « Lettre aux instituteurs » du 17 novembre 1883 est loin d’être de l’ordre de l’évidence.
En bon disciple du positivisme, Jules Ferry prend la morale à enseigner comme « un fait » ( sans que l’on ait à se préoccuper de ses fondements métaphysiques et/ou religieux ) : « c’est la bonne et antique morale que nous avons reçue de nos pères et mères, et que nous nous honorons de tous suivre dans les relations de la vie, sans nous mettre en peine d’en discuter les bases philosophiques ». Il s’agit de la « morale commune » ( qui « nous » est « commune », « sans épithète » ).
Jules Ferry insiste d’ailleurs  longuement là-dessus dans sa « Lettre » : « Vous n’avez à enseigner, à proprement parler, rien de nouveau, rien qui ne vous soit familier comme à tous les honnêtes gens. Et quand on vous parle de mission et d’apostolat, vous n’allez pas vous y méprendre : vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel Evangile : le législateur n’a voulu faire de vous ni un philosophe ni un théologien improvisé […]. Parlez donc  à chaque enfant comme vous voudriez que l’on parlât au vôtre : avec force et autorité, toutes les fois qu’il s’agit d’une vérité incontestée, d’un précepte de la morale commune ; avec la plus grande réserve, dès que vous risquez d’effleurer un sentiment religieux dont vous n’êtes pas juge ».
Et Jules Ferry conclut sur les formules qui sont restées dans les mémoires ( et qui n’ont aucun rapport avec la question de la « neutralité scolaire » ou de la « neutralité politique » comme on le croit souvent, mais seulement avec la question de l’enseignement de la « morale commune » ) : « Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire ; sinon, parlez hardiment ».
 « Parlez hardiment » : pour Jules Ferry , l’enseignement de la morale appartient à l’Ecole ( non par ‘’défaut’’, parce que les familles seraient défaillantes, comme on l’entend souvent aujourd’hui ) mais parce que c’est son rôle éminent et un honneur pour les enseignants : « L’instruction religieuse appartient à la famille et à l’Eglise, l’instruction morale à l’Ecole […]. La loi du 28 mars 1882 [ sur la laïcité et l’obligation scolaire ] affirme la volonté de fonder chez nous une éducation nationale, et de la fonder sur les notions du devoir et du droit que le législateur n’hésite pas à inscrire au nombre des vérités premières que nul ne peut ignorer. Pour cette partie capitale de l’éducation , c’est sur vous que les pouvoirs publics ont compté. En vous dispensant de l’enseignement religieux, on n’a pas songé à vous décharger de l’enseignement moral : c’eut été vous enlever ce qui fait la dignité de votre profession. Au contraire, il a paru tout naturel que l’instituteur, en même temps qu’il apprend aux enfants à lire et à écrire, leur enseigne aussi ces règles élémentaires de la vie morale qui ne sont pas moins universellement acceptées que celles du langage et du calcul ».
« Universellement  acceptées ». Là aussi, Jules Ferry précise dans sa « Lettre » comment on peut - selon lui ( et en son temps ) - en venir à cette conclusion : « Car ce que vous allez communiquer à l’enfant, ce n’est pas votre propre sagesse ; c’est la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité ».
Mais après ( entre autres ) les remises en cause qui ont accompagné la « décolonisation » et celles qui se sont précipitées au moment de mai-68 et des années qui ont suivi, peut-on encore sans problème se lover dans ce type de discours fondateur ? Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon s’offre en tout cas un fameux défi en mettant en place une mission sur la « morale laïque » et son enseignement, un défi qu’il faut comprendre sans doute par l’ambition qu’il a pour l’Ecole : non seulement la « refonder », mais la « refonder » pour « refonder la République ».
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel