claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 août 2021

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Blanquer : un champion des affichages pour l'Ecole

Après la décision de principe dans la loi de février 2019 de l'affichage dans chaque classe des drapeaux tricolore et européen, de la devise de la République et des paroles de la Marseillaise, une autre campagne d'affichage doit s'ouvrir en cette rentrée dans les établissements scolaires : huit affiches censées promouvoir la laïcité à déployer.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme il est écrit dans « L'Humeur du jour » du 28 août de Télérama, « la campagne de communication sur la laïcité, lancée dès la rentrée par le ministre de l'Education nationale, témoigne d'une dangereuse confusion abondamment moquée sur les réseaux sociaux. Huit affiches, déployées dans les établissements scolaires et sur Internet montrent des élèves de tous âges dans diverses situations (piscine, salle de classe, récréation...) avec un slogan : ''c'est ça la laïcité'', repris et accolé à des prénoms soulignant la diversité des visages montrés- des enfants blancs avec d'autres qui ne le sont pas. D'abord on ne voit pas bien en quoi la laïcité ''permet'' à Milhan et Aliyah de ''rire des mêmes histoires'' ou à Inès, Lenny, Simon et Ava ''d'être ensemble''. Ensuite l'assignation de religions supposées à des prénoms (car la laïcité concerne bien la religion et non les origines!) pose un sérieux problème. Enfin cette campagne n'évoque pas explicitement la neutralité de l'Etat et de ses agents, la liberté de croyance et de pratique, le respect des convictions, pourtant principes fondamentaux de la laïcité »

En réalité, cette campagne d'affichage ne s'adresse pas  vraiment aux élèves (car ils ne pourront pas y comprendre grand chose)  mais aux adultes, plus précisément aux électeurs.
C'est une campagne foncièrement politicienne, à l'instar de celle qui a déjà eu lieu au moment du vote de la loi « Pour une école de la confiance »

Le 11 février 2019, le député ''LR'' Eric Ciotti défend un amendement qu'il a déposé avec quelques autres parlementaires lors de la discussion à l'Assemblée nationale du projet de loi: ''cet amendement tend à faire en sorte que le drapeau français soit installé dans chaque classe de  chaque école de la République. Nous avons déjà évoqué la Marseillaise

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer répond dans un premier temps de façon évasive : ''Que les enfants connaissent la Déclaration des droits de l’homme, qu’ils chantent La Marseillaise et que le drapeau soit présent dans l’école est un objectif fondamental. Comme vous le savez, le code de l’éducation prévoit déjà chacun de ces éléments à l’échelle de l’école. Vous proposez qu’ils soient dorénavant présents à l’échelle de la classe. Je ne dis pas que c’est une proposition absurde, mais je ne pense pas qu’il soit souhaitable de multiplier les affichages en classe pour des raisons pratiques assez évidentes »

Mais quelques heures après, il y a une suspension de séance au cours de laquelle est négocié un accord.  Finalement , la loi publiée au BO du 26 juillet indique en son article 4 que « l’emblème national de la République française, le drapeau tricolore bleu blanc rouge, le drapeau européen, la devise de la République et les paroles de l’hymne national sont affichés dans chacune des salles de classe des établissements du premier et du second degrés publics et privés sous contrat ».

Ces affiches ont-elles été installées dans la plupart des classes ? Ont-elles été simplement offertes au regard des élèves et censées agir en quelque sorte par magie ? Ou bien y a-t-il eu des explications sur le sens de leurs éléments (avec replacement dans leurs contextes) ? Sur quels aspects ? Dans quel ordre ? Décidé par qui (dans la succession des classes) aussi bien pour le secondaire que le primaire, et selon quelles responsabilités des différents professeurs au collège et au lycée ? 
On ne voit pas qui s'en est préoccupé, et surtout  pas ses deux promoteurs principaux : le député Eric Ciotti et le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Cela peut se comprendre si – comme on peut s'en douter – il ne s'agissait là également que d'une opération foncièrement politicienne.

Le compère Eric Ciotti  (un soi-disant ''grand républicain laïque'' autoproclamé) vient de se distinguer en vue d'une primaire éventuelle pour les présidentielles en rappelant qu'il veut faire inscrire dans la Constitution « les racines chrétiennes de la France » . Dieu merci, il s'agit de LR mais pas de LREM. Ainsi va le monde....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme