claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

740 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 nov. 2011

Le Conseil d'Etat et la formation des enseignants

Le Conseil d’Etat vient d’annuler en partie l’arrêté du 12 mai 2010 fixant les compétences à acquérir par les enseignants et CPE stagiaires.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Conseil d’Etat vient d’annuler en partie l’arrêté du 12 mai 2010 fixant les compétences à acquérir par les enseignants et CPE stagiaires.Par une décision rendue le 28 novembre, le Conseil d’Etat a annulé les articles 3 et 6 de l’arrêté du 12 mai 2010 fixant les compétences des nouveaux enseignants, CPE et professeurs documentalistes et les modalités d’évaluation des agrégés. Le Conseil a en effet estimé que le ministre de l’Education nationale ne pouvait seul supprimer les textes antérieurs…
Compte tenu des effets ‘’éventuels’’ considérables d’une telle décision, le Conseil d’Etat invite les différentes parties prenantes à débattre avant application de la décision: « Il est sursis à statuer sur la date des effets de ces annulations jusqu’à ce que les parties prenantes aient débattu de la question de savoir s’il y a lieu, en l’espèce, de limiter dans le temps les effets des annulations prononcées aux articles 1 et 2 de la présente décision ».
Le SNES ( qui avait déposé le recours auprès du Conseil d’Etat avec d’autres organisations) vient de se prononcer publiquement pour que la décision du Conseil s’applique immédiatement : « les conditions de service et de formation des stagiaires doivent revenir dès à présent à la situation antérieure à 2010 » en estimant que cette décision « conduit à faire revivre l’arrêté du 19 décembre 2006 fixant en particulier le temps de service en responsabilité des stagiaires à 8 heures par semaine et imposant une formation dans le cadre des IUFM ».
Serait-ce un retour vers le statu quo ante ? On prendra en tous cas avec intérêt connaissance ( heureux hasard ? ) du projet de la Conférence des directeurs d'IUFM et de ses 22 propositions, plus particulière­ment des­ti­nées à ali­men­ter la réflexion des can­di­dats à la pro­chaine élec­tion pré­si­den­tielle. Les direc­teurs d'IUFM partent d'un double constat : « Si les deux mis­sions clas­siques de l'École fran­çaise, ins­truc­tion et éduca­tion, ne sont pas for­mel­le­ment remises en cause, force est de consta­ter que ces mis­sions ne sont pas réa­li­sées par­tout de façon satis­fai­sante . En outre, le rôle de l'enseignant a changé. Il est devenu « un acteur social, [...] un concep­teur des orga­ni­sa­tions sco­laires adap­tées aux situa­tions locales ».
Pour la CDIUFM, cette évolu­tion rend néces­saire une for­ma­tion uni­ver­si­taire pro­fes­sion­nelle, qui assure l'acquisition et la maî­trise de trois types de connais­sances : rela­tives aux dis­ci­plines aca­dé­miques, à l'enseignement de ces dis­ci­plines et à la pro­fes­sion ensei­gnante. Le docu­ment pré­co­nise donc d'abord un chan­ge­ment de logique, pour « dis­so­cier le recru­te­ment et la for­ma­tion uni­ver­si­taire des ensei­gnants » et « construire un dis­po­si­tif piloté par la for­ma­tion et non par le concours ». Il sug­gère égale­ment de « diver­si­fier les condi­tions et moda­li­tés d'entrée en for­ma­tion et favo­ri­ser les pas­se­relles » entre les « par­cours d'enseignement », qui seraient mis en place à par­tir de la deuxième année de licence, et les autres.
La CDIUFM sou­haite mettre en œuvre une véri­table for­ma­tion en alter­nance et « inté­grer des stages en établis­se­ment de façon pro­gres­sive tout au long du cur­sus ». Pour assu­rer l'homogénéité des for­ma­tions, la Conférence plaide pour la créa­tion d'un réfé­ren­tiel natio­nal et d'une com­mis­sion péda­go­gique natio­nale. Parallèlement, elle milite aussi pour une « contrac­tua­li­sa­tion entre uni­ver­si­tés, Éduca­tion natio­nale et col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales dans chaque aca­dé­mie, pré­ci­sant de manière plu­ri­an­nuelle les besoins à cou­vrir, les objec­tifs à atteindre et les moyens com­plé­men­taires alloués ». Elle plaide enfin pour un accom­pa­gne­ment social des étudiants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes