claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 nov. 2020

Blanquer: vers un autoritarisme pédagogique ante-républicain

Faiza Zerouala annonce que « Blanquer teste un manuel de lecture officiel » et interroge à juste titre: « Vers une caporalisation des enseignants ? ». Une mise en perspective s'impose pour mieux saisir jusqu'où irait historiquement cette régression de type autoritariste.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'article de Faiza Zérouala paru hier dans Médiapart développe de façon circonstanciée et multivariée son intitulé de départ: « L'’Education nationale expérimente dans dix départements son propre manuel de lecture. Des chercheurs et éditeurs craignent une atteinte à la liberté pédagogique et s’alarment de l’interventionnisme de Jean-Michel Blanquer »

Le ministre de l'Education nationale actuel raffole de l'adjectif ''républicain'' et invoque à tout propos (voire hors de propos) la « République ». Mais il se peut que, au moins dans ce domaine, il soit plus proche de l'époque de la « Monarchie constitutionnelle (celle de Louis-Philippe) que de la période fondatrice de l'Ecole républicaine.

Contrairement à ce que l'on croit souvent, les fondateurs de l'Ecole de la Troisième République - Jules Ferry et Ferdinand Buisson – se sont prononcés sans ambages dans le sens de la ''liberté pédagogique'' pour les enseignants (contrairement à leurs prédécesseurs royalistes ou impériaux). Il y va d'ailleurs d'une certaine logique s'il s'agit d'aller dans le sens du « gouvernement de soi' », du « pouvoir de se diriger soi-même' » et d'une grande importance accordée à la pédagogie et à l'innovation.
Le 6 novembre 1879, le Directeur de l’Enseignement primaire Ferdinand Buisson (dans une note adressée au nouveau ministre de l’Instruction publique Jules Ferry) indique qu’ « il y aurait de graves inconvénients à imposer aux maîtres leurs instruments d’enseignement » et qu’ « il n’y en a aucun à leur laisser librement indiquer ce qu’ils préfèrent ».
En conséquence, le ministre de l’Instruction publique Jules Ferry signe le 16 juin 1880 un arrêté qui fait largement appel au concours des enseignants. « Art 2 : Les instituteurs et institutrices titulaires de chaque canton réunis en conférence spéciale, établissent une liste des livres qu’ils jugent propres à être mis en usage dans les écoles primaires publiques »
Dans sa circulaire du 7 octobre suivant, Jules Ferry ne fait pas mystère de ce qu’il a en vue en indiquant que « cet examen en commun deviendra un des moyens les plus efficaces pour former l’esprit pédagogique des enseignants, pour développer leur jugement, pour les façonner à la discussion sérieuse, pour les accoutumer, surtout, à prendre eux-mêmes l’initiative, la responsabilité et la direction des réformes dont leur enseignement est susceptible »

L'Ecole républicaine instituée sous la Troisième République se distingue nettement de ce qui l'a précédé dans le domaine de la ''liberté pédagogique". On peut en prendre pour exemple ce qu'il s'est passé lorsque François Guizot a fait de l'Ecole primaire une ''affaire d'Etat'' durant la période de la Monarchie constitutionnelle . Il a mis en oeuvre ce qui avait été préconisé par Victor Cousin en faisant composer et éditer des manuels officiels pour l'enseignement primaire. « L'instruction peut et doit être unie [...] Cette unité demande surtout un certain nombre d'ouvrages spéciaux sur chacun des objets de l'instruction primaire [...] qui soient répandus sous les auspices du gouvernement dans toutes les écoles publique » (Victor Cousin, ''Archives parlementaires", deuxième série, tome 84, p.57). Cinq manuels officiels paraissent donc sous le ministère de Guizot: « L'alphabet et premier livre de lecture », le « Livre d'Instruction morale et religieuse » (rédigé par Victor Cousin lui-même), une « Petite Arithmétique raisonnée », une « Petite Grammaire », et enfin « Premières leçons de Géographie, de Chronologie et d'Histoire »
.
Cette idée de ''manuels officiels'' qui date d'avant l'institution de l'Ecole républicaine a été reprise dès le début du ministère de Jean-Michel Blanquer où il a été envisagé à nouveau de composer et d'éditer des manuels officiels. Cela n'a pas abouti. Mais le ministre de l'Education nationale a publié des "Guides"". Et certains vont parfois fort loin dans le ''guidage''. In fine, il apparaît qu'un tropisme ante-républicain taraude toujours Jean-Michel Blanquer...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA