claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 déc. 2009

L'absentéisme scolaire: quelle(s) sanction(s)?

L’UMP a lancé une pétition pour une meilleure application du titre III de la loi du 31 mars 2006. Mais l’antécédent anglais, pourtant plus répressif, apparaît au total peu convaincant .

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’UMP a lancé une pétition pour une meilleure application du titre III de la loi du 31 mars 2006. Mais l’antécédent anglais, pourtant plus répressif, apparaît au total peu convaincant .

" La loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances prévoit, en son titre III, la création d’un contrat de responsabilité parentale et la faculté de suspendre tout ou partie des prestations familiales afférentes à l’enfant dans le cas d’un manquement de ce dernier à l’obligation d’assiduité. Si vous êtes pour une meilleure application de la loi du 31 mars 2006, signez la pétition du Mouvement populaire " ( http://www.u-m-p.org/petitions/allocation-parents )

L’Angleterre s’est déjà engagée, depuis le début de ce troisième millénaire, dans une politique résolument répressive envers les parents jugés responsables de l’absentéisme de leurs enfants. On se souvient peut-être du cas de Patricia Amos, qui a été la première mère jetée en prison en 2002 à cause de l’absentéisme de sa fille. Entre 2005 et 2007, pas moins de 133 parents ont été emprisonnés pour cette seule raison ; ce qui n’a pas empêché par ailleurs la distribution de plus de 8000 amendes à d’autres parents ( pour le même motif ) dans la seule année 2008 ( alors que la prison infligée aux autres était sensée les faire réfléchir et ramener leurs enfants à l’école ).

Dans le même temps, le taux d’absentéisme est passé de 0,7% à 1%, alors même que le nombre de parents emprisonnés passait – lui - de 51 par an en 2002-2004, à 82 en 2005-2007.

Lorsque l’obligation scolaire a été instaurée en France, en 1882, toute une procédure a été, bien sûr, prévue pour vérifier que les enfants vont régulièrement à l'école. Cela passe par une commission présidée par le maire de chaque commune ( et comprenant de droit l’inspecteur d’académie ou son représentant, l’inspecteur primaire ) et dont le conseil municipal désigne les membres.

L’article 12 de la loi de 1882 précise que lorsqu’un enfant " se sera absenté quatre fois , pendant au moins une demi-journée, sans justification admise par la commission municipale scolaire, le père, le tuteur ou la personne responsable sera invité à comparaître dans la salle de la mairie, devant ladite commission, qui lui rappellera le texte de la loi et lui expliquera son devoir ".

En cas de récidive dans les douze mois, il est prévu que la personne responsable de l’enfant ait son nom et qualité exposés pendant quinze jours à la porte de la mairie. Si elle persiste, l’infraction devient une contravention portée devant le juge de paix. Les peines prévues peuvent aller jusqu’à 15 francs-or d’amende ( soit environ 15% du salaire mensuel d’un instituteur ) ou cinq jours d’emprisonnement.

Le débat qui a eu lieu alors a été très significatif, et ne manque pas d’intérêt aujourd’hui encore. Les adversaires de la loi du 8 mars 1882 ( qui instituait d’un même mouvement l’obligation scolaire et la laïcité de l’école publique ) se prononcent contre ces mesures. C’est ainsi que, lors du débat préparatoire du 14 juin 1881 au Sénat, Hervé de Saisy - leader de la droite cléricale - s’écrie : " c’est la pauvreté que vous mettez en prison ! ".

Mais, pour Jules Ferry lui-même, l’efficacité ne saurait être là : " on ne passera pas notre temps à des poursuites, à des procès, à des condamnations ; ce n’est pas le gendarme qui sera le grand ressort de cette loi ; la condamnation judiciaire est nécessaire comme réserve ; mais notre loi, si vous voulez la lire, est toute faite de contrainte morale ".

Vous avez dit moral ? Il est vrai qu’au XIX° siècle cela avait quelque sens. En ce début du XXI°, c’est l’argent ( ou son retrait ) qui vient le premier à l’esprit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement