Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

83 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 févr. 2017

Le devoir de respect, secours et assistance entre époux, trop souvent méconnu !

Le mariage est un contrat entre époux faisant naître des droits, mais aussi des devoirs et des obligations encadrées par le Code civil. Ainsi, outre le devoir de fidélité et de respect de son conjoint, le mariage impose à chacun des époux le devoir de secourir et d’assister l'autre.

Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quels sont les devoirs et droits respectifs des époux ?

Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance (C. civ. art. 212).

Ils assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l'éducation des enfants et préparent leur avenir (C. civ. art. 213).

Les époux s'obligent mutuellement à une communauté de vie (C. civ. art. 215).

Le mariage repose donc aussi sur la solidarité morale et matérielle entre les époux.

La sanction civile du non-respect des devoirs nés du mariage est le divorce : jurisprudence

  • Les griefs d'adultère de la femme et d'attitude injurieuse ultérieure envers son conjoint, sont incompatibles avec le respect que se doivent mutuellement les époux (CA Nîmes, 11 mars 2015).
  • Le mari a adopté un comportement insultant et méprisant envers son épouse, y compris en public, ce qui constitue une violation du devoir de respect dû au conjoint (CA Angers, 5 oct. 2015).
  • L'alcoolisme du mari constitue un manquement grave et renouvelé au devoir de respect qui s'impose aux époux (CA Paris, 24 sept. 2015).
  • Le mari a manqué à son devoir de respect et d'assistance en laissant son épouse isolée dans sa chambre alors qu'elle souffrait d'une dépression (CA Douai, 3 sept. 2015).
  • La quasi dépendance du mari vis-à-vis de son ordinateur et d'Internet. Ce comportement et le temps passé par ce dernier devant son ordinateur démontrent, à tout le moins, son désintérêt et son manque de respect pour son épouse (CA Bourges, 9 juill. 2015).
  • La femme a manqué à son devoir de respect vis-à-vis de son époux et à son obligation de direction morale de la famille. La femme, sous l'emprise d'une addiction à l'alcool, se montrait agressive envers ses enfants et son mari, qu'elle insultait et auxquels elle tenait des propos dégradants (CA Douai, 18 juin 2015).
  • L'attitude agressive et humiliante adoptée par l'épouse pendant la vie commune, de même que les manifestations harcelantes sur le lieu de travail de son époux constituent un comportement portant une atteinte grave et renouvelée à l'obligation de respect imposée aux époux (CA Paris, 5 mars 2015).
  • Le caractère excessivement vénal de la femme ne s'intéressant qu'à la fortune du mari constitue un manquement grave à l'obligation de respect entre époux (CA Caen, 26 févr. 2015).

Maintien des devoirs jusqu’au prononcé du divorce

Les devoirs entre époux persistent tant que le lien matrimonial n'est pas dissous et même en cas de séparation.

  • Un manquement commis durant l'instance en divorce peut ainsi constituer une faute cause de divorce.
  • La séparation des époux laisse subsister jusqu’au prononcé du divorce le devoir de secours entre époux (Cour d’appel, PARIS 29 mars 2016).

Enfin, l'introduction de la demande en divorce ne confère aucune immunité aux époux ; il est donc possible d'alléguer des griefs postérieurs à l'ordonnance de non conciliation ou à l'assignation (Cass. 2ème civ., 23 sept. 1999).

Il en va ainsi de tout comportement outrageant ou injurieux à l'égard du conjoint, même postérieur à l'introduction de la procédure de divorce :

  • Comportement méprisant (Cass. 1ère civ., 20 sept. 2006),
  • Condamnation pénale du mari (Cass. 1ère civ., 5 mars 2008).

 L'essentiel à retenir : réfléchissez avant de vous engager...

 Claudia CANINI

Avocat à la Cour

www.canini-avocat.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl