Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2021

Vaccin Covid-19 : principe du consentement de la personne protégée

Rappel des conditions dans lesquelles le consentement des personnes protégées doit être recueilli, s'agissant d'une vaccination non-obligatoire.

Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Principe : La personne protégée si elle est à même d’exprimer sa volonté, donne son consentement ou non à un soin.

Le consentement de la personne protégée doit être systématiquement recueilli dans la mesure où son état le permet et ce quel que soit le régime de protection.

En droit

Consentement au vaccin © Claudia Canini

Lorsque l'état de la personne protégée ne lui permet pas de prendre seule une décision personnelle éclairée, le juge ou le conseil de famille s'il a été constitué peut prévoir qu'elle bénéficiera, pour l'ensemble des actes relatifs à sa personne ou ceux d'entre eux qu'il énumère, de l'assistance de la personne chargée de sa protection. Au cas où cette assistance ne suffirait pas, il peut, le cas échéant après le prononcé d'une habilitation familiale ou l'ouverture d'une mesure de tutelle, autoriser la personne chargée de cette habilitation ou de cette mesure à représenter l'intéressé, y compris pour les actes ayant pour effet de porter gravement atteinte à son intégrité corporelle. Sauf urgence, en cas de désaccord entre le majeur protégé et la personne chargée de sa protection, le juge autorise l'un ou l'autre à prendre la décision, à leur demande ou d'office (C. civ. art. 459).

En pratique

C’est au médecin de déterminer si la personne protégée est apte à donner son consentement.

Dans la mesure où la personne protégée a exprimé un refus éclairé, ce refus s’impose (Article R 4127-35 du code de la santé publique).

Sur le plan de l’information médicale transmise, l’intérêt de la personne protégée à se faire vacciner s’analyse par rapport au bénéfice qu’elle peut en retirer et aux risques auxquels il s’expose à titre individuel (ex : ses pathologies) et à titre collectif (la vie de l’établissement, les autres usagers). Il s’agit de la Méthode « Bénéfices / Risques ».

Dans tous les cas :

▪ La décision de refus de l’acte vaccinal est couverte par le secret médical,

▪ De plus, le refus de soin étant un droit garanti par le Code de la Santé Publique (article L 1111-4 al 2).

Si l’état de la personne protégée ne permet de recueillir son consentement, le tueur est susceptible d’être mobilisé sur cette question du consentement, et son autorisation peut être sollicitée.

C’est bien la personne protégée qui consent ou pas à se faire vacciner ; en autorisant le vaccin lorsque cette dernière ne peut consentir, le tuteur qui a une mission de représentation à la personne, se fait le porte-voix de la personne protégée en tenant compte de l’avis qu’elle a pu exprimer (article L 1111-4 al 8 du CSP) et de l’utilité de l’acte projeté issue des recommandations du médecin.

Ce n’est que subsidiairement que le tuteur peut être amené à autoriser à la place de la personne protégée, s’il a un pouvoir de représentation en matière de décisions personnelles.

L’essentiel à retenir

Curatelle

La personne protégée en curatelle exprime seule son consentement ou son refus à la vaccination, sans que le curateur doive en aucune manière l’assister en la matière.

Celui-ci pourra cependant être destinataire des informations médicales si la personne le souhaite (Article L 1111-2 al 7 CSP).

▪ Lorsque la personne protégée n’est pas apte à donner son consentement, le curateur ne peut pas consentir à sa place :

- Soit le juge du contentieux de la protection se prononce afin de représenter la personne protégée dans le cadre d’une aggravation de sa mesure de protection,

- Soit le médecin agit en conscience après avoir recueilli l’avis de la personne de confiance le cas échéant et/ou de la famille.

Tutelle

▪ Lorsque la personne protégée en tutelle est apte à consentir, elle donne seule son consentement

▪ Lorsque la personne protégée en tutelle n’est pas apte à consentir, il faut se référer au jugement désignant le tuteur :

- Vérifier que la mission du tuteur porte bien sur la protection de la personne (et non seulement des biens),

- Vérifier que le jugement donne au tuteur un pouvoir de représentation en matière de protection de la personne au sens de l’article 459 al. 2 du Code Civil.

Si ces deux conditions ne sont pas réunies, le tuteur ne peut pas en principe représenter la personne protégée en matière de santé. En cas de doute, il convient de questionner le juge du contentieux de la protection pour connaitre sa position.


Sources :

Focus – Campagne de vaccination Covid-19 et personnes protégées – FNAT (Fédération Nationale des Associations Tutélaires) Janvier 2021


Claudia CANINI

Avocat à la Cour - Droit des majeurs protégés

www.canini-avocat.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.