Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

83 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2021

Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

Vaccin Covid-19 : principe du consentement de la personne protégée

Rappel des conditions dans lesquelles le consentement des personnes protégées doit être recueilli, s'agissant d'une vaccination non-obligatoire.

Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Principe : La personne protégée si elle est à même d’exprimer sa volonté, donne son consentement ou non à un soin.

Le consentement de la personne protégée doit être systématiquement recueilli dans la mesure où son état le permet et ce quel que soit le régime de protection.

En droit

Consentement au vaccin © Claudia Canini

Lorsque l'état de la personne protégée ne lui permet pas de prendre seule une décision personnelle éclairée, le juge ou le conseil de famille s'il a été constitué peut prévoir qu'elle bénéficiera, pour l'ensemble des actes relatifs à sa personne ou ceux d'entre eux qu'il énumère, de l'assistance de la personne chargée de sa protection. Au cas où cette assistance ne suffirait pas, il peut, le cas échéant après le prononcé d'une habilitation familiale ou l'ouverture d'une mesure de tutelle, autoriser la personne chargée de cette habilitation ou de cette mesure à représenter l'intéressé, y compris pour les actes ayant pour effet de porter gravement atteinte à son intégrité corporelle. Sauf urgence, en cas de désaccord entre le majeur protégé et la personne chargée de sa protection, le juge autorise l'un ou l'autre à prendre la décision, à leur demande ou d'office (C. civ. art. 459).

En pratique

C’est au médecin de déterminer si la personne protégée est apte à donner son consentement.

Dans la mesure où la personne protégée a exprimé un refus éclairé, ce refus s’impose (Article R 4127-35 du code de la santé publique).

Sur le plan de l’information médicale transmise, l’intérêt de la personne protégée à se faire vacciner s’analyse par rapport au bénéfice qu’elle peut en retirer et aux risques auxquels il s’expose à titre individuel (ex : ses pathologies) et à titre collectif (la vie de l’établissement, les autres usagers). Il s’agit de la Méthode « Bénéfices / Risques ».

Dans tous les cas :

▪ La décision de refus de l’acte vaccinal est couverte par le secret médical,

▪ De plus, le refus de soin étant un droit garanti par le Code de la Santé Publique (article L 1111-4 al 2).

Si l’état de la personne protégée ne permet de recueillir son consentement, le tueur est susceptible d’être mobilisé sur cette question du consentement, et son autorisation peut être sollicitée.

C’est bien la personne protégée qui consent ou pas à se faire vacciner ; en autorisant le vaccin lorsque cette dernière ne peut consentir, le tuteur qui a une mission de représentation à la personne, se fait le porte-voix de la personne protégée en tenant compte de l’avis qu’elle a pu exprimer (article L 1111-4 al 8 du CSP) et de l’utilité de l’acte projeté issue des recommandations du médecin.

Ce n’est que subsidiairement que le tuteur peut être amené à autoriser à la place de la personne protégée, s’il a un pouvoir de représentation en matière de décisions personnelles.

L’essentiel à retenir

Curatelle

La personne protégée en curatelle exprime seule son consentement ou son refus à la vaccination, sans que le curateur doive en aucune manière l’assister en la matière.

Celui-ci pourra cependant être destinataire des informations médicales si la personne le souhaite (Article L 1111-2 al 7 CSP).

▪ Lorsque la personne protégée n’est pas apte à donner son consentement, le curateur ne peut pas consentir à sa place :

- Soit le juge du contentieux de la protection se prononce afin de représenter la personne protégée dans le cadre d’une aggravation de sa mesure de protection,

- Soit le médecin agit en conscience après avoir recueilli l’avis de la personne de confiance le cas échéant et/ou de la famille.

Tutelle

▪ Lorsque la personne protégée en tutelle est apte à consentir, elle donne seule son consentement

▪ Lorsque la personne protégée en tutelle n’est pas apte à consentir, il faut se référer au jugement désignant le tuteur :

- Vérifier que la mission du tuteur porte bien sur la protection de la personne (et non seulement des biens),

- Vérifier que le jugement donne au tuteur un pouvoir de représentation en matière de protection de la personne au sens de l’article 459 al. 2 du Code Civil.

Si ces deux conditions ne sont pas réunies, le tuteur ne peut pas en principe représenter la personne protégée en matière de santé. En cas de doute, il convient de questionner le juge du contentieux de la protection pour connaitre sa position.


Sources :

Focus – Campagne de vaccination Covid-19 et personnes protégées – FNAT (Fédération Nationale des Associations Tutélaires) Janvier 2021


Claudia CANINI

Avocat à la Cour - Droit des majeurs protégés

www.canini-avocat.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes