CLAUDIO RUMOLINO
Géographe et énergéticien. Spécialisé dans le financement participatif des renouvelables
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2020

Traversée de l'Atlas. Acte 4

Magnifique route serpentant l'Atlas entre Marrakech et Aït Benadou

CLAUDIO RUMOLINO
Géographe et énergéticien. Spécialisé dans le financement participatif des renouvelables
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certes avec des nombreuses haltes, mais le voyage nous a pris plus de sept heures pour faire 160 km.

Nous découvrons enfin cette incroyable cité bâtie en terre au début du XVIIè siècle sur la rive d'un très large lit d'un cours d'eau de la même couleur que les bâtiments, un ocre très foncé, presque marron.

La lumière de cette fin d'après midi donne à ce paysage des teintes uniques par l'harmonie qui se dégage de cette parfaite intégration de la cité dans son environnement.

La Vieille ville, située rive gauche, semble inhabitée, mis à par quelques boutiques pour touristes situées le long du chemin qui monte jusqu'au point culminant.

Classée Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, elle fait l'objet de quelques aménagements de préservation ; apparemment efficaces.

Sur la rive opposée un village plus récent concentre les habitations et, surtout, l'offre de services touristiques puisque hôtels, gîtes et restaurants se succèdent le long de la route principale qui traverse le site en une ligne droite parallèle à l'oued sur moins d'un km.

Heureusement les bâtiments de ce côté-ci ne dépareillent pas trop du reste du site : toutes les façades sont faites dans les mêmes matériaux et couleurs (ce qui interpelle Rubén depuis le début).

Le lendemain nous découvrons Taroudant, ville chaotique à l'image de Marrakech. Fortifications tout aussi impressionnantes.

Fatigue accumulée qui s'ajoute aux sévères dérangements intestinaux. Marre de manger toujours la même chose : tajines et couscous. Nous attendons toujours de voir, de rencontrer la savoureuse cuisine marocaine dont on nous a tant parlé.

Les Marocains sont vraiment très gentils en général. Il est bien agréable de pouvoir les côtoyer de près, immergés dans leur quotidien, comme nous avons eu l'occasion de le faire ces derniers jours, sans que à aucun moment nous nous sentions importunés au-delà de leur conception très ancrée du commerce.

Si on arrive à dépasser notre idée très occidentale du rapport client/vendeur, et que l'on comprend que non seulement leur mode de fonctionnement est héritage ancestral de ces peuplades nomades qui faisaient du troc et du commerce un mode de se relationner ; mais si l'on comprend également que ces petits commerçants et artisans voient en nous Occidentaux ce que nous sommes en toute objectivité, c'est-à-dire des touristes issus des pays au pouvoir d'achat de 4 à 10 fois au moins supérieur au leur ; alors il nous sera possible d'apprécier un fait tout de même assez marquant, surtout dans le contexte mondial actuel d'expansion des fanatismes ; le fait que malgré l'omniprésence de la religion et malgré la rigueur avec laquelle la quasi totalité de la population observe ses préceptes, à aucun moment jamais personne ne nous a fait sentir notre décalage vestimentaire ou notre comportement - comme marcher dans la rue en couple l'un dans les bras de l'autre -  telle que cela se produirait sans doute dans tout autre pays musulman.

Rien que ce signe de tolérance mérite d'être salué comme une vraie réussite de cette société marocaine, victime pourtant d'un joug certain et en proie pour une large part de la population rurale à une pauvreté frôlant la misère. Cela se voit au nombre d'estropiés qui parcourent les rues, ou de mendiants, ou de vendeurs ambulants aux étales n'offrant qu'une marchandise unique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal — Discriminations
Le cimetière oublié des enfants de Saint-Maurice
Entre 1962 et 1964, trente et un enfants de harkis ont été enterrés à même le sol sur un terrain militaire situé non loin du camp de Saint-Maurice, dans le Gard. Avant d’y être volontairement oubliés… Pour l’heure, les fouilles menées officiellement sont restées vaines.
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871