PZE : un feuilleton franco-français

L'idée de créer, à côté du Parlement européen, un Parlement de la Zone Euro, composé de représentants des parlements nationaux a été (re)lancée en Février 2017 par Thomas Piketty, soutien de Benoit Hamon . La réponse sur Mediapart de son collègue Liem-hoang-ngoc, soutien de J.L.Melenchon ne s'est pas fait attendre. Ce qui pourrait laisser présager un débat intéressant sur l'Europe.

A Piketty, qui développe:
Il faut donc remplacer le conseil des ministres des finances par une véritable Assemblée parlementaire de la zone euro, dans laquelle chaque pays serait représenté par un certain nombre de députés issus de son parlement national, en proportion de la population de son pays et des différents groupes politiques. On aurait par exemple 30 députés venant du Bundestag allemand et 25 de l’Assemblée nationale française, issus de tous les partis. On se rendrait vite compte que les opinions sur la dette grecque ou l’impôt sur les sociétés varient beaucoup à l’intérieur de chaque pays, y compris en Allemagne, et il deviendrait possible de prendre des décisions majoritaires qui permettent d’aller au-delà des oppositions nationales. On se rappellerait aussi au passage que l’Allemagne représente 27 % de la population de la zone, contre 50 % pour la France, l’Italie et l’Espagne et 23 % pour la Belgique, la Grèce, le Portugal et les autres pays.

Liem-hoang-ngoc réplique

Cette proposition, qui nécessite un changement de traité, permettra-t-elle de sortir la zone euro du piège de l’austérité ? Rien n’est moins sûr…….La logique des arrangements nationaux, favorables à l’Etat le plus puissant, n’en serait qu’exacerbée dès lors que cette chambre est exclusivement composée de représentants des parlements nationaux, venant relayer les intérêts bien compris de gouvernements qu’ils ont contribué à mettre au pouvoir. Le poids de l’Allemagne, déjà encline à coloniser les institutions européennes, n’en serait qu’accru, en raison de la pondération favorable à ses représentants.

En fait, l'idée n'est pas nouvelle, puisqu'en Septembre 2015 le ministre de l'économie de l'époque, un certain Emmanuel Macron déclarait à Strasbourg
Je suis convaincu que Strasbourg a une carte utile à jouer parce que la vitalité démocratique passera par ce Parlement de la zone euro.Il y a un vrai débat en Allemagne sur la pertinence d'un Parlement de la zone euro, je m'en réjouis. Je vais continuer avec (le ministre allemand de l'Economie) Sigmar Gabriel à faire des propositions précises à ce sujet.
Macron a d'ailleurs repris l'idée du PZE dans son catalogue de propositions cette semaine.

En l'absence de prise de position de Marine Le Pen sur le sujet, on peut quand même raisonnablement supposer qu'elle n'y  est pas favorable. Si les candidats à la Présidentielle trouvent le temps de débattre sur l'avenir de l'Europe, on pourrait ainsi assister à un match en double Hamon-Macron vs Melenchon-LePen
Interessant, n'est-il pas?

Je continue: Avec tant de parents putatifs, le PZE a quelques chances de voir le jour ... un jour.  Il y aura alors fort à parier que les élus nationaux FI et FN surmonteront leur aversion pour réclamer de siéger au PZE avec leurs homologues d'Outre-Rhin, Die Linke et Alternative fuer Deutschland, comme leurs chefs de clan au Parlement des 27.

Mais ceci est une autre histoire, comme disait Kipling 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.