Et voilà pourquoi votre Parisot est muette

N-iéme débat sur les retraites à C dans l'air. Question SMS. Pourquoi le MEDEF est-il muet sur la question? Réponse lapidaire et percutante de la syndicaliste présente sur le plateau :Parce que le gouvernement fait la politique du MEDEF.Un ange passe…

N-iéme débat sur les retraites à C dans l'air. Question SMS. Pourquoi le MEDEF est-il muet sur la question? Réponse lapidaire et percutante de la syndicaliste présente sur le plateau :Parce que le gouvernement fait la politique du MEDEF.

Un ange passe…

Comme les médecins de Molière, les communicants du pouvoir préconisent invariablement de purger et de saigner les plus défavorisés. A chaque hausse des tarifs ou des cotisations, à chaque restriction des prestations son argumentaire. Par exemple, l'augmentation d'une prime d'assurance sera justifiée par les pertes dues au comportement à risque de certains assurés.

Le raisonnement s'applique à l'assurance maladie et à l'assurance chômage.Employeurs et salariés y cotisent à part plus ou moins égales (que les spécialistes me corrigent s'il le faut) L'évolution de la démographie et de l'économie rendent une réforme de ces régimes inévitable pour garantir leur équilibre budgétaire à long terme, principalement en augmentant le volume des cotisations.

Le jeu du MEDEF dans cette affaire est simple et génial : Dans son vocabulaire, les cotisations de l'employeur entrent au passif dans la rubrique des intouchables « charges sociales ».N'en parlons pas, il serait dangereux d'en faire état dans le débat en tant que « cotisations patronales ».

Cotisant comme le salarié une assurance pour couvrir les mêmes risques, l'employeur est cependant celui dont le comportement à risque n'est jamais sanctionné par un malus. Par exemple, l'employeur qui impose un travail pénible à ses salariés ne cotise pas plus qu'un autre à l'assurance maladie.De même le recours systématique à l'intérim ou aux CDD est source de précarité, donc de déficit pour l’assurance-chômage. Le verra-t-on un jour sanctionné par un malus sur la cotisation patronale?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.