Manifester sans cagoule, maintenir l'ordre sans casque

Plantu a tout mis dans un dessin sur les dérapages de Strasbourg. On y voit un petit manifestant pacifiste coincé entre deux androïdes masqués à gaz, l’un cagoulé Black blocks, l’autre casqué CRS. Et le petit manifestant de demander au petit secouriste présent sur les lieux « Ce serait bien que vous leur greffiez le visage de la démocratie ».

Plantu a tout mis dans un dessin sur les dérapages de Strasbourg. On y voit un petit manifestant pacifiste coincé entre deux androïdes masqués à gaz, l’un cagoulé Black blocks, l’autre casqué CRS. Et le petit manifestant de demander au petit secouriste présent sur les lieux « Ce serait bien que vous leur greffiez le visage de la démocratie ».

Il y avait pourtant une autre façon de se préparer à ces manifestations. Je l’ai vue à la télé allemande : des policiers en uniforme, mais sans casque ni bouclier, étaient au contact des manifestants. Leur chef se présentait au mégaphone et informait du déroulement de la manif, signalant immédiatement les interpellations de trublions.

Je ne sais pas si tout s’est déroulé comme prévu outre-Rhin, mais en tout cas il n’y a pas eu là-bas de souricière à manifestants, ni de saccage de quartiers pauvres « parce qu’on ne peut pas être partout et qu’il faut bien laisser aux casseurs quelque chose à casser » -dixit un responsable policier. Alors « Black blocks, CRS, même combat ? »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.