On a marché pour le climat des deux côtés des Alpes !

Alors que la mobilisation pour le climat s’internationalise, revenons par un regard croisé sur la mobilisation entre la France et l’Italie, à Lyon et à Trente.

A Lyon, le 15 mars, le ciel gris n’a pas arrêté les jeunes étudiants qui ont commencé à se réunir à 12h, place Bellecour pour un pique nique climatique avant le départ du cortège à 14h. L’ambiance était survoltée, ce qui montre bien la détermination des manifestants pour le climat et contre l’inaction des gouvernements. Plus de 12 000 manifestants, lycéens pour la plupart ce qui témoigne de l’important défi social qui les attend, ont parcourus les rues de Lyon jusqu’aux locaux de la Métropole. Un joyeux cortège, fleuri de pancartes au verbe incisif : « Macron la planète va mourir avant Brigitte », ou encore « 1000°C juste en soirée !».

La même détermination, la même conscience de l’urgence climatique est aussi présente de l’autre coté des Alpes. 1 million de jeunes auraient battu le pavé dans toute la péninsule aujourd'hui. Ils étaient notamment 5000 à Trente, dans le nord du pays. Des slogans similaires en grande partie, orientés contre l'inaction des gouvernements en général. 

Loin de la légèreté que l’on prête souvent à « la Jeunesse », il faut y voir l’humour noir d’une génération qui a grandi avec le refrain « vous vivrez moins bien que vos parents », qui s'inquiète pour son futur et qui décide de se prendre en main face à la passivité et à la lâcheté des dirigeants. Ils ont battu le pavé aux cris de « on est plus chauds que le climat » ou encore « et un et deux et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité ». Leur énergie débordante a su faire raisonner ses mots d’ordre dans de nombreuses villes, reste à espérer qu’elle arrive à toucher les oreilles des dirigeants politiques.

15/03 GRÈVE MONDIALE DES JEUNES POUR LE CLIMAT // LYON (F) // TRENTO (I) © Clément Luy, Théo Pansanel

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.