Communications et Médias, une si longue histoire

Communications & médias, histoire sans début ni fin, qui a vu son déroulement troublé ces dernières décennies par l'arrivée d'internet et ses nouveaux métiers : Community Manager, Seo, E référenceur, etc. Oubliés télégraphe, et téléphone filaire, le micro-ordinateur personnel, a chamboulé la vision et la production de la communication, et nous n'en sommes qu'à l'aube de l'ère dite numérique

 Communications et Médias, une si longue histoire

Depuis la nuit des temps, les hommes ont cherché à communiquer, et à échanger entre eux, sans ordre aucun, nous avons eu la parole, les gestes, les alphabets, les signes avec les mains et les doigts, les signaux de fumée, et y inclus la musique des tam-tam, dans certaines contrées d’Afrique et d’Amérique du Sud.

Et juste avant la communication, par les signaux électriques (1832), un peu avant les années 1800 Claude Chappe proposa la tour visuelle, ou  le télégraphe optique, il s’agissait de tours avec des mécanismes articulés, qui imitaient les lettres de l’alphabet. Mais ce système ne rencontra que peu de succès, car ils ne permettaient pas de communiquer très loin, pire les aléas du temps (vents, neiges, pluies), abimaient les mécanismes, et l’idée termina par être rapidement abandonnée.

Puis Samuel Morse (1837), après divers essais des uns et des autres inventa le premier télégraphe, suivi quelques années après par la découverte du téléphone Graham Bell (1876), il déposa un brevet, mais personne à l’époque ne comprenait à quoi cela pourrait servir. Les images à l’époque ne pouvaient pas être transmises, du moins pas encore.

 Il fallut attendre encore quelques années(1904), pour qu’Edison invente les tubes électroniques et la radio qui suivit cette invention. Un peu plus tard en 1930, la BBC fut créée en Angleterre et en France, la première expérience de télévision vit le jour,  en 1931 dans la ville du Havre.

Depuis la communication a pris de l’ampleur, avec l’invention de la carte à puce, l’invention de la télécopie et des premiers ordinateurs, qui furent le préambule du lancement d’internet grand public  en 1990 (Word, Wilde, Web), même si pour les puristes le réseau mondial existait déjà par le prédécesseur réseau en étoile (1975),  Armée Américaine (Pentagone).

De nos jours la communication explose, le contexte social y participe (téléphones portables, réseaux sociaux à la pelle) , et accès à internet partout, mais qui n’est pas le seul responsable, et nous sommes très loin, des premiers travaux de l’un des créateurs de la communication moderne (le cybernéticien Norbert Wiener (1940-1950) , les journaux par internet, la télévision en continu, la création de médias spécialisés, l’invention des annuaires de publication, l’importance qu’ont pris les moteurs de recherche sur internet (Google, Quant, Mozilla, etc etc). Tous ces faits sont les responsables de la communication telle qu’elle est diffusée aujourd’hui.

Et  Mediapart vit le jour.

En 2008, fut créé Médiapart, journal en ligne, ou site d’actualités, avec à sa tête l’un des plus talentueux des journalistes actuels Edwy Plenel, et il est lu quotidiennement par environ 175.000 lecteurs, il appartient à un fond de presse et ces dernières années, ils ont mis en avant un certain nombre de problèmes qui méritaient d’être portés à la connaissance de ses lecteurs. Son slogan en dit long « seuls nos lecteurs peuvent nous acheter », mais il est clair qu’Edwy Plenel a su s’entourer d’une grande équipe, qui analyse,  fouille et trouve des informations à nulles autres pareilles, et comme il est accessible par internet, il est lisible par tous.

Si Mediapart n’existait pas il faudrait l’inventer.

Petite histoire des annuaires.

Inspirés par l’almanach, les premiers annuaires ont vu le jour en Europe au  moyen Age, et Louis XIV, publia son fameux annuaire royal, qui reprenait les professeurs d’universités et les grands ou hauts fonctionnaires, il eut un tel succès qu’il fut publié durant plusieurs décennies, il cessa de paraître en 1919.

Et comme beaucoup de choses, internet est passé par là, et notre fameux annuaire (1983) des pages jaunes ou des pages blanches a cessé de paraitre fin 2019, car même les anciens ne le lisaient plus, préférant et de loin, aller chercher l’information sur le réseau internet.

Internet a aussi créé les annuaires de publication de sites web, une multitude de possibilités existent, tous ne sont pas de la même qualité, et je vous déconseille la quantité pour privilégier la qualité (Google sait en tenir compte) et il faut en tester plusieurs avant de faire son choix, car il y a beaucoup de déchet.

  Nouveaux métiers, qui voient le jour, la presse écrite en danger.

L’avènement d’internet a aussi poussé de nouveaux métiers qui n’existaient pas par le passé, nous pourrions en citer des dizaines, mais nous nous en contenterons seulement de quelques-uns : Community Manager, Référenceur, SEO, Spécialiste de la E-réputation.

Sans internet, ces métiers n’auraient pas d’existence, on sait que la valeur d’un site n’est conséquente que si elle apparait dans les premiers éléments de recherche (on estime qu’à partir de la présence en page 3, un site internet n’a plus d’intérêt, les places qui comptent sont les 3 premières dans la première page), concluons que tous ces jeunes métiers ont encore du travail à faire.

A contrario, la presse écrite décline, et sont légions les titres qui ont mis les clés sous la porte, faute d’avoir su prendre le virage du numérique-internet. Et c’est pour cela que pratiquement tout le monde aujourd’hui tend à proposer en plus, de la presse écrite, une version numérique, au format adapté. Vive le numérique, dont la suite reste à inventer.

 

Article écrit le 26/08/2020, par Rodriguez Antonio, Directeur Clever

Https://www.clever-technologies.paris

 

 

 

 

 

 

New mailCopy

 

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.