Affaiblir la Justice, c’est affaiblir la Démocratie

Le Club Droits, Justice et Sécurités s’élève avec la plus grande vigueur contre les propos de Monsieur François Fillon et de Madame Marine Le Pen sur les magistrats et la justice dans notre pays.

Par leurs propos antirépublicains sur les magistrats et la justice, Monsieur François Fillon et Madame Marine Le Pen montrent qu’ils n’admettent pas l’existence d’une justice indépendante du pouvoir politique. Adeptes de la « tolérance zéro » quand d’autres qu’eux sont poursuivis, toute décision de la justice qui les concerne et leur déplait passe pour une usurpation ou une conspiration. Ils voudraient voir les magistrats aux ordres, aux ordres du pouvoir, rappelés à leur statut d’autorité, pour mieux faire ressortir les seuls pouvoirs légitimes, à leurs yeux, que confère l’élection.
Non, les magistrats n’inventent pas la loi, ils appliquent les textes votés par le législateur, et notamment ceux qui punissent l’abus de bien social et le détournement de fonds publics. Non, ils ne se substituent pas au Législateur ni à la loi. Ils poursuivent et jugent les infractions qu’elle a instituées par souci de l’intérêt général et du maintien de la démocratie. La loi est la même pour tous, soit qu’elle protège soit qu’elle punisse.
Ces irresponsables politiques, qui hurlent aujourd’hui à « l’assassinat politique », revendiquent des privilèges de caste en voulant se soustraire à la loi commune. Ils brandissent même des menaces contre les magistrats et fonctionnaires qui exercent leurs fonctions ! Le pouvoir semble pour eux rimer avec l’abus de pouvoir ! Or, les élections ne peuvent pas entraver le fonctionnement régulier de la justice. Une démocratie moderne a besoin des contre-pouvoirs des magistrats, des hautes autorités pour la transparence de la vie politique, d’une presse libre, d’une opinion informée, des lanceurs d’alerte protégés.
Ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis devrait inciter tous les responsables politiques français à respecter la justice et ceux qui la rendent. La justice fédérale américaine, en s’opposant aux actions illégales de Donald Trump le montre avec acuité : seule une justice et des magistrats respectés peuvent s’opposer à l’arbitraire de l’exécutif. Affaiblir la justice, c’est affaiblir la démocratie.
Les élections approchent. Tous ceux qui sont attachés à la séparation des pouvoirs, à l’indépendance de la justice et à une démocratie vivante sauront se rappeler, au moment du choix, que « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution. » (Article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.