Club Droits, Justice et Sécurités
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2017

Conférence-débat "Pas de sécurité sans libertés", 17 janvier 2017, 19h30, Paris

Le Club Droits, Justice et Sécurités, en partenariat avec Mediapart, propose une conférence-débat sur ces thèmes le mardi 17 janvier 2017 à 19h30 au théâtre DEJAZET, avec Edwy Plenel, Paul Cassia,William Bourdon, Damien Carême, Vanessa Codaccioni, Pierre Joxe, Geneviève Jacques, Patrick Weil, Christine Lazerges, Jean-Louis Bianco... Entrée libre et gratuite

Club Droits, Justice et Sécurités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Pas de sécurité sans libertés »
Conférence-débat organisée par le club DJS
en partenariat avec MEDIAPART

Mardi 17 janvier 2017 à 19h30
Théâtre DEJAZET (41, boulevard du Temple 75003 Paris)
Entrée libre et gratuite

« Pas de sécurité sans libertés », nous en sommes persuadés même si nous sommes à contrecourant de l’échiquier politique. 

« La sécurité est la première des libertés », ainsi s’exprimait le Premier ministre le 19 novembre 2015 à l’occasion du vote de la loi prorogeant l’état d’urgence pour la première fois. En décembre 2016, nous en étions à la cinquième prolongation.

Entre ces deux dates,  majorité et opposition parlementaire confondues auront voté les lois du 22 mars 2016 sur la prévention et la lutte contre les actes terroristes dans les transports en commun, la loi du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, la loi du 21 juillet 2016 prorogeant l’état d’urgence et renforçant la lutte antiterroriste, la loi de décembre 2016 prorogeant une nouvelle fois l’état d’urgence, et elles s’apprêtent à adopter un projet de loi de réforme de la sécurité publique adopté en Conseil des ministres le 21 décembre 2016. 

A droite, à gauche, au centre, les postures martiales sont comparables sinon identiques. Il n’y a plus de place pour le débat : la sécurité collective justifie toutes les restrictions aux libertés individuelles.

Or, loin de s’opposer, sécurité et libertés marchent ensemble: il n’y a pas de sécurité sans libertés et il n’y a pas de libertés sans sécurité.

Si l’Etat d’urgence a un sens, il ne doit pas devenir l’Etat normal. Tout le monde comprend qu’il y a des mesures urgentes à prendre contre la Terreur mais seulement pour rétablir aussitôt l’Etat de droit. Rappelons-nous Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finit par perdre les deux ». 

Un Etat démocratique doit assurer la sécurité de son territoire mais cela ne se fait pas au prix de l’oubli de ce qui le fonde : la diversité de sa population, l’accueil, la liberté de circulation en Europe, la dignité de l’étranger, les devoirs que l’on doit à la simple humanité. Considérer les migrants et les réfugiés en France seulement comme une menace pour notre sécurité publique et économique c’est abdiquer notre responsabilité de peuple libre engagé par les conventions internationales.

Si la laïcité constitutive de notre histoire démocratique mérite d’être défendue et assurée, elle ne peut servir de voile à l’exclusion. Elle est l’outil de la liberté de conscience, de la liberté de vivre ensemble dans le respect de nos différences. La laïcité est l’ouverture d’un peuple libre sûr de ce qu’il est et de ce qu’il porte et non le repli et la fermeture sur des « valeurs » d’intolérance.

Le Club Droits, Justice et Sécurités, en partenariat avec Mediapart, propose une conférence-débat sur ces thèmes le mardi 17 janvier 2017 à 19h30 au théâtre DEJAZET.

Accueil, par Matthieu Boissavy, président de DJS, avocat au Barreau de Paris

Tables rondes

Edwy Plenel, modérateur

1/ Etat d’urgence

  • Paul Cassia, professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne (Université Paris 1)
  • Vanessa Codaccioni, maître de conférences en science politique (Université Paris 8)
  • William Bourdon, avocat au Barreau de Paris

2/ Immigration et citoyenneté

  • Damien Carême, maire de Grande Synthe
  • Geneviève Jacques, présidente de la Cimade (Comité inter mouvements auprès des évacués)
  • Patrick Weil, directeur de recherches au CNRS
  • Pierre Joxe, avocat au Barreau de Paris

3/ Laïcité

  • Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité
  • Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH)
  • Valentine Zuber, directrice d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, titulaire de la chaire « Religions et relations internationales »

Pour tout renseignement : matthieu.boissavy@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony