cofslr
Etudiante en geographie
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2017

La Caravane : 450km à vélo pour promouvoir une France terre d’accueil

La Caravane de Terre d'Ancrages, c'est 450 km de vélo pour sillonner la France entre Lyon et Paris et aller à la découverte des initiatives locales en faveur de l'accueil des exilé.e.s.

cofslr
Etudiante en geographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Terre d’Ancrages. Le collectif initié par des étudiant-e-s de l’ENS de Lyon et organisé depuis 2016 en association, affiche un objectif double. D'une part, remédier à des situations humanitaires d’urgence, auxquelles sont confronté.e.s les exilé.e.s arrivant en France. D'autre part, leur donner les moyens de se (re)construire et de s’intégrer. Terre d'Ancrages s'est épanouie dans la réalisation d'activités multiples : collectes alimentaires et vestimentaires, maraudes, mise en place d’un dispositif d’hébergement chez les particuliers, sorties culturelles, organisation d’ateliers (cuisine, peinture, slam, chorale, théâtre…). Aujourd'hui, elle porte le projet d'un voyage à vélo, de Lyon à Paris : la Caravane. A chaque étape, la compagnie se rendra dans des villes, des villages ou des structures qui ont été des lieux d’accueil pour les exilé.e.s (demandeurs d'asile, réfugié, migrant).

Le jeudi 15 juin prochain, le groupe composé de cyclistes, automobilistes et autostoppeurs s'engage dans l'aventure. Certains viennent du Congo, d’Iran, de Côte d’Ivoire, du Soudan, du Bangladesh et d’autres de France. Certain.e.s sont arrivé.e.s ici dans l’espoir de renouer avec une existence digne et sûre. D'autres ont eu la chance de naître avec l’assurance de vivre toujours en sécurité et avec dignité. Tous ont en commun l’envie de montrer qu’un vivre ensemble est possible et même souhaitable.

Tout est parti du constat suivant. Partout en France, des mairies, des associations, des collectifs, des citoyens anonymes se sont mobilisés pour venir en aide aux personnes qui y cherchent un refuge. Ce sont des citoyennes et citoyens ayant compris qu'il était dans notre intérêt à toutes et tous de bénéficier de cette richesse culturelle et sociale, apportée par des personnes venues d’ailleurs. Et qu'il était indispensable, en retour, de les aider à se reconstruire.

Tel est notre projet :

Mettre en valeur, au fil de notre parcours, cette France ouverte, dynamique et engagée, afin de montrer qu’un autre discours que celui du repli est possible.

Mettre en lumière des visages, des voix et des expériences : preuves vivantes d’une société pouvant faire face aux mutations générées par la mondialisation, à l’instabilité croissante de vastes régions du monde, et à l’accélération de la fréquence des désastres écologiques, qui ne feront qu’accentuer l’ampleur des mouvements humains à la surface du globe.

A travers douze étapes, nous sillonneront les routes françaises, allant à la découverte des initiatives locales qui ont su donner un sens fort et concret à l’idée de solidarité.

Montrottier, petite commune près de Lyon, qui a fait le choix en 2016 d’accueillir sept familles syriennes. Belleville, où œuvre Elodie et l’Effet Papillon – boutique gratuite profitant entre autres, aux hébergés des CAO et CADA Lyonnais –. Taizé, communauté religieuse où ont été accueillis des mineurs isolés après le démantèlement de la jungle de Calais. Chalon-sur-Saône, où nous rencontrerons les salariés et hébergés d’un CADA. Thorey-sur-Ouche….Venarey-les-Laumes, Tonnerre, Auxerre et Sens où nous rencontrerons des collectifs soutenant les demandeurs d’asile arrivant dans ces villes. Melun où nous pique-niquerons avec la branche locale d’Amnesty International. Morsang-sur-Orge, où nous ferons partie du cortège, dans le cadre du Carnaval des Fraternités. Savigny-sur-Orge où nous petit-déjeunerons dans un CADA géré par France Terre d’Asile…Et Paris, enfin, Paris, ses grandes avenues, sa majestueuse Tour Eiffel et ses camps où se rassemblent ceux à qui nous devons un accueil digne.

Terre d’Ancrages. C’est aussi et surtout l'écho d'un rêve, un peu réalisé à notre toute petite échelle, d’une société dans laquelle d’autres rapports humains, épurés de la haine et de la peur de l'Autre, deviennent possibles.

Y résonne une certaine idée de la citoyenneté : citoyenneté française, certes, mais de Français.e.s conscient.e.s d’appartenir à un monde dans lequel la France a eu et a un impact – pas toujours positif –. Nous reconnaissons la part de responsabilité qu'ont les Occidentaux face aux difficultés que rencontrent les pays d’où partent ceux que, arrivés sur nos rivages, nous rangeons dans la catégorie « demandeurs d’asile ».

Dans notre engagement s'exprime une certaine idée de la politique. Politique qui serait moins l’affaire des dirigeants – en lesquels nous ne croyons d’ailleurs plus –, que notre affaire, motivée par les choix et les gestes du quotidien. Elle se cristallise dans la manière dont on se comporte envers nos voisins, dont on agit au quotidien et dont on vote conformément à nos idéaux, afin de faire évoluer la société dans la direction que nous souhaiterions. Nous nous reconnaissons dans le message porté par le Sursaut Citoyen : la preuve se fera par nous.

Martelons nos principes:

SENSIBILISER aux problématiques liées à l’immigration et à l’accueil des étrangers en France. Réfléchir ensemble, à travers l’art et l’échange, loin des discours polémiques qui cloisonnent la pensée et renforcent les préjugés.

DENONCER les failles et dysfonctionnements propres à la procédure de demande d’asile en France. Elles mènent de nombreuses personnes, pourtant en situation légale sur le territoire, ayant droit à un accueil respectueux et digne, à des situations de détresse intolérables.

MONTRER QUE C’EST POSSIBLE. La communauté Terre d’Ancrages tente depuis ses débuts de donner l’exemple d’une société riche de sa multiculturalité et de son multilinguisme. Elle porte l'image d'une France accueillante, faite d’identités diverses et en mouvement, à contre-courant du discours ambiant, tendant au repli identitaire et à la fermeture des frontières.

La Caravane – Terre d'Ancrages.

Des images, vidéos et textes seront publiés au fil de notre parcours, vous pourrez suivre tout cela ici : https://www.facebook.com/La-Caravane-Terre-dAncrages-118634068703505/?hc_ref=SEARCH

Si vous pouvez et souhaitez soutenir le projet, voici quelques liens qui vous permettront de le faire. En ce moment, nous avons encore besoin de casques de vélo, de porte-bagages, de sacoches…et de financement, sans lequel il nous sera difficile de partir ! L’idée de la campagne de financement participatif est de lever assez de fonds pour financer le voyage, ainsi que nous permettre de mener à bien un projet de colocation solidaire que nous aimerions mettre en place dès septembre 2017. Donc n’hésitez pas, rien ne sera perdu !

Et pour nous aider : https://www.pikari.fr/c/7jfteo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB