Les nouveaux chiens de garde

Si vous ne l'avez pas encore vu, cher Médiapartiens ce film est pour nous. Il s'agit du film "Les nouveaux chiens de garde" de Gilles Balbastre et qui traite, 90 ans  après l'essai de Nizan, de la délicate relation entre hommes de pouvoir et homme de pensée pour distiller la bonne parole au bon peuple. Le film d'aujourd'hui révèle les relations entre politiques, journalistes et industriels qui se retrouvent le dernier mercredi de chaque mois à l'Automobile Club de France à Paris au sein d'un cercle de "gens bien pensant". Je ne vous en dirais pas plus sur le film qu'il faut aller voir, c'est édifiant. Et tous les médias sans exception se font gravement épinglés. Il faut dire que vu le noyautage savamment orchestré par certains puissants, on comprend mieux le chant à l'unisson qui émane de nos postes radio, tele en général.

Mais le propos de ce texte est d'interpeller Edwy Plenel qui apparait dans ce film mais dont les auteurs ne disent rien. On le voit rapidement sur une séquence en compagnie de Colombani et Minc lors de sa vie de directeur de la publication du Monde. Nous savons qu'il s'est désolidarisé de la ligne éditoriale voulue par les propriétaires du journal et ce qui se comprend parfaitement à la vue  du film.

Par contre, les auteurs ont présenté au générique de fin, un ensemble des réactions (négatives...)  des différents acteurs de ce film que sont entre autres Laurent, Joffrin, Alain minc, PPDA, Michel Field..et Edwy Plenel. Ce qui m'a surpris c'est que la réaction d'Edwy Plenel est dans la même veine que les autres. Elle vise à discréditer ce film alors que j'aurais plutot imaginé des éloges de sa part. Il est vrai que l'argumentaire avancé par Edwy se défend, car aucun droit de réponse n'est accordé dans le film aux acteurs mis en cause. Mais quand même, il me semble que les faits présentés sont suffisamment probants pour accréditer la thèse des auteurs à savoir une connivence étroite entre détenteurs d'intérêts économiques et journalistes à leur solde pour distiller dans les esprits du peuple les bonnes idées qui servent leurs intérêts. C'est donc sur ce point précis que je souhaiterais qu'Edwy précise l'esprit de cette réaction. Et je pense que je ne suis pas le seul et ne serait pas le seul dans un proche avenir à m'interroger sur cette position.

Alors Edwy, pourquoi cette charge contre le film ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.