Stop à l'hypocrisie : pour un plan de protection de l'atmosphère enfin efficace !

Face à la mascarade de plans climat (PCAET) et de plans de protection de l'atmosphère (PPA) inopérants, le Collectif Citoyen 06 saisit le Préfet des Alpes-Maritimes sur la révision de son PPA, en cours. L'objet de cette lettre du 20 mars 2020 est d'intégrer l'ensemble des émissions polluantes de l'aéroport de Nice dans le nouveau plan.

Objet : Plan de Protection de l’Atmosphère (révision PPA)

Monsieur le Préfet,

Nous étions présents, en tant que représentants du Collectif Citoyen 06, à la réunion COPIL du PPA révisé, le 31 janvier 2020, que vous avez présidée. Nous tenons ici à vous remercier de nous avoir intégrés dans ce groupe de travail sur une thématique qui nous tient particulièrement à cœur.

Lors de cette réunion a été présenté notamment le triple ‘’challenge’’ concernant la thématique sectorielle du transport aérien :

  • Réduire les émissions au sol,
  • Atténuer l’empreinte environnementale de l’activité aérienne,
  • Améliorer la connaissance.

Or, comme rappelé dans le compte-rendu adressé ce 12 mars par M. Olivier Marger, nous vous avions souligné toute l’importance d’intégrer les pollutions générées par l’activité de l’aéroport Nice Côte d’Azur dans toutes leurs composantes, au-delà des seules émissions au sol, qui ne représentent qu’une faible part des polluants émis.

Sur ce dernier point, l’ACNUSA indique que les émissions moyennes de polluants sur les aéroports français sont dues pour 75% du NO2, 86% du SO2, et 83% du CO2 (GES), aux cycles LTO des aéronefs fréquentant ces aéroports : décollages et atterrissages dans la zone territoriale de ces derniers, du sol jusqu’à une altitude de 3.000 pieds (915 mètres)[1]

Au-delà même du projet d’extension de l’activité de l’aéroport, liée à l’extension du T2.2 (avec ses 20.000 mouvements aériens annuels supplémentaires), la non-prise en compte des émissions LTO sur un grand aéroport urbain comme celui de Nice nous apparaît comme un facteur pouvant clairement mettre en échec la politique publique de lutte contre la pollution atmosphérique, fléau de santé publique. Or l’Etat, que vous représentez sur notre territoire, a le devoir supérieur de protéger les populations, quelles que soient les causes de pollutions. Le compte-rendu rappelle à cet égard que 700.000 personnes sont exposées à des valeurs de PM2.5 au-delà des lignes directrices de l’Organisation Mondiale de la Santé. La problématique est donc extrêmement préoccupante, d’autant que les seuils réglementaires européens pourraient être bientôt alignés sur ces lignes OMS. 

En conséquence, nous tenons à vous alerter sur le fait que le projet de révision du PPA 06, tel que défini pour l’heure, ne peut définitivement pas être limité aux seuls polluants émis au sol (cf. les actions 6, 7, 9). A défaut, le challenge ‘’Atténuer l’empreinte environnementale de l’activité aérienne’’ ne peut clairement être raisonnablement atteint.

La référence à l’Airport Carbon Accreditation (ACA 3+) nous paraît d’ailleurs notoirement insuffisante lorsqu’il est établi que cette labellisation ne concerne que 1% des émissions de l’aéroport, dans sa réalité physique (ex. pour le CO2 : 1.500 tonnes contre 155.000 tonnes LTO inclus).

Par ailleurs, l’action n°11 précise : ‘’Suivre et diffuser les mesures de la station installée sur l’aéroport de Nice’’. Or, comme vous le savez, ladite station est située au nord-ouest de la plateforme, en amont des vents dominants du secteur 340° (nord-ouest). Cette station AtmoSud unique ne peut donc mesurer les effluents polluants que lors des périodes de vents en provenance du sud. Cet état de fait devrait inciter les autorités à augmenter le nombre de stations de mesures sur la plateforme aéroportuaire de Nice, tant à l’ouest qu’à l’est, vers le centre-ville. Comme nous l’avons rappelé lors de la réunion du 31 janvier, les citoyens devraient initier des campagnes de mesures assez prochainement (réseau de capteurs). L’autorité publique devrait donc, selon nous, anticiper ce point. 

Ce courrier évoque bien entendu le projet de PPA révisé, au-delà de l’horizon de l’actuelle crise sanitaire du Covid-19. 

Comptant sur votre écoute, veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations respectueuses. 

Airy Chrétien et Thierry Bitouzé

Représentants du Collectif Citoyen 06

 

[1] https://www.acnusa.fr/fr/la-pollution-de-lair/pollution-atmosphérique-et-activites-aeroportuaires/113

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.