La ‘’bagnole’’ niçoise : tout un carnaval…

A Nice, la ''bagnole'' reste sacrée. La mise en place d'une Zone à Faibles Emissions (ZFE) tarde pour ne pas déranger les automobilistes, alors que la pollution de l'air tue des centaines de Niçois chaque année. C. Estrosi préfère ainsi fustiger les poids-lourds que les voitures, tout en soutenant l'extension du trafic aérien. Où est la ''cohérence'' ?

La présentation du nouveau Plan des ‘’Mobilités métropolitaines de demain’’ en avril 2021 aura été un nouveau marqueur du caractère quasiment sacré de la ‘’bagnole’’ niçoise.

Christian Estrosi, maire de Nice et président de la métropole Nice Côte d’Azur, aux commandes du camion depuis 2008, semble s’être réveillé subitement sur la question environnementale, comme pris d’une frénésie communicationnelle autour de nouveaux slogans verdoyants. Non pour le fond de la cause, mais très vraisemblablement pour ne pas rater le train de l’écologie politique. Ce n’est donc pas une révélation de Paul sur le chemin de Damas, mais bien plutôt un calcul politicien de Christian sur celui de possibles opportunités gouvernementales, à l’approche d’échéances électorales régionales et nationales importantes.

Tous les projets du Grand Timonier aménageur, dont aucun n’aura d’ailleurs été remis en cause par les crises majeures vécues dernièrement (inondations de 2019 puis tempête Alex, crise syndémique Covid19), voient donc leur façade ravalée à grands coups de peinture chlorophyllée. L’urbanisation intensive de la basse Plaine du Var ? Elle aura prévenu un développement anarchique, et est un modèle de développement durable (bien que quelques serres et potagers aient bel et bien disparu, comme par enchantement)… Le soutien à l’extension de l’aéroport (+7 millions de passagers chaque année) ? Il n’a vocation qu’à donner ses aises à un tourisme à ‘’haute valeur environnementale’’… La destruction du TNN pour mieux reconstruire un immense Palais des Congrès et des Expositions à l’Ouest, après le transfert du MIN sur les terres agricoles de la Baronne ? Un projet cohérent qui permettra d’allonger la Coulée verte, zone naturellement artificielle, ou l'inverse… Et surtout un projet qui permettra de multiplier le tourisme d'affaires (très générateur de gaz à effet de serre) d'un facteur 4 ! Le maire, auto-déclaré ‘’écologiste’’, poursuit, la main sur le cœur, en déclarant l’urgence climatique, alors qu’il n’a jamais réussi à baisser les émissions de gaz à effet de serre du territoire métropolitain depuis son 1er plan climat en 2012. Aucun label qui puisse lui résister. Dernièrement, alors que Nice souffre d’une dépendance alimentaire très problématique (98%) et que son Projet Alimentaire Territorial (PAT) est toujours au point mort alors qu’il a été annoncé en juin 2019, voilà que le maire visionnaire signe la Déclaration de Glasgow, non pour  placer le système alimentaire au centre de la transition écologique globale et locale, mais pour transformer ses promesses en pseudo-réalité auto-réalisatrice. Comment ? Mais, ma bonne dame, mon bon monsieur, par le miracle de la sainte communication !

Un dernier avatar ? Celui de la ‘’ZFE’’ : la Zone à Faibles Emissions. Imposée par la Loi d’Orientation des Mobilités de 2019 (loi LOM), elle doit être rapidement mise en place dans les grandes métropoles, dont celle de Nice (théoriquement avant fin 2020, mais la Covid aura un peu décalé l'échéance). Son objectif : réduire la pollution de l’air en limitant l’usage des véhicules les plus polluants sur une zone et des créneaux horaires définis par la municipalité, selon leur vignette Crit’Air. Il y a deux ans déjà, les représentants du Collectif Citoyen 06 rencontraient le directeur de la stratégie de la métropole : ‘’Nous travaillons sur la ZFE, mais c’est complexe…’’. Oui, parce que là où d’autres grandes villes ont déjà mis en place une ZFE depuis des années, la ville de Nice éprouve curieusement quelque difficulté à la tâche. Après moult tergiversations, voilà qu’en avril 2021, le projet de ZFE est dévoilé dans le nouveau plan des ‘’Mobilités de demain’’, Gaël Nofri, adjoint à la circulation, se fendant même d’un ‘’grâce à ce projet ambitieux, nous avons un an d’avance’’… On croit s’étouffer. Pourquoi ? Parce que ledit projet prévoit de ne pas toucher à la ‘’bagnole’’ avant 2024, soit 5 ans après le Grand Paris ou Grenoble, des années après Lille ou Strasbourg. Mieux, 247 ZFE (‘’Low Emission Zones’’) existent déjà dans 13 pays d’Europe, et près de 80 communes françaises sont couvertes par un tel dispositif. Mais à Nice, vous comprenez, tout est plus compliqué : il ne faut brusquer personne, car le village gaulois n'est pas en Bretagne, mais dans les Alpes-Maritimes !

Mais comment interpréter cette extrême temporisation, alors que la ville de Nice souffre d’une pollution atmosphérique endémique, et qu’elle reste frappée d’un contentieux européen sur la mauvaise qualité de son air ? Savez-vous que des centaines de citoyens niçois perdent la vie prématurément chaque année de ce fait, et que des milliers d’autres souffrent de pathologies en lien direct avec cette pollution ? En un an, la pollution aura même tué davantage à Nice (500 décès) que la pandémie Covid19 (400)…

Résumons : le maire de Nice veut donner l’image d’un édile intraitable avec l’épidémie, multipliant les gesticulations (drones, haut-parleurs, vaccins Spoutnik V, etc.), alors qu’il lambine depuis tant d’années sur une question majeure de santé publique : la pollution de l’air.

Pourquoi ce triste carnaval ? Allez, ne tournons pas autour du pot. Christian Estrosi aime la moto, mais il aime aussi ce qu’il qualifie lui-même de ‘’bagnole’’. Mais surtout, l’’’animal politique’’ sait très bien que, de nombreux sujets clivants, c’est la voiture du Niçois qui est intouchable. Il sent très bien également que les cerbères du Rassemblement National veillent et aboient dès qu’il est question de ‘’maltraiter’’ les électeurs automobilistes.

La temporisation extrême de la ZFE niçoise est un révélateur puissant du manque d’audace et de courage politique de ce maire amoureux de la croissance et du vieux monde, qui n’a d’yeux que pour son petit mais précieux électorat (34.000 voix en 2020). Certes, il pérore sur le tram et la Coulée verte, mais la ‘’bagnole’’ a toujours de beaux jours devant elle à Nice. Et comme pour faire bonne figure, on détourne les regards en désignant les poids-lourds comme fauteurs de troubles atmosphériques : ‘’ce sont les 1800 PL de la Prom qui génèrent la pollution à Nice’’ (contre des dizaines de milliers de voitures chaque jour) ! La ZFE ne concernera donc que les 1 à 2% de véhicules particuliers de catégorie 5 à partir de 2024, et de ‘’manière très progressive’’ : autrement dit, effet nul. D’autant plus nul, qu’en même temps (marque de la macron-compatibilité), le maire soutient la multiplication des ‘’poids-lourds aériens’’ que sont les avions, les décollages ayant lieu parallèlement aux voies de circulation routières, à quelques centaines de mètres (rappelons que le projet d’extension induira entre 60 et 80 vols supplémentaires chaque jour). Non aux méchants poids-lourds routiers de 30 tonnes, mais oui aux poids-lourds aériens de 200 tonnes, qui, comme chacun le sait, n’émettent aucun polluant… Sentez-vous ce poids-lourd de l’incohérence qui passe sur nos esprits interloqués ?

A Nice, la ‘’bagnole’’ reste sacrée, car La Prom’, sans elle, c’est un peu Hollywood Boulevard sans Cadillac ou Chevy. Christian Estrosi protège donc la voiture, car elle protège son électorat, plus que la santé des Niçois, qui semble bien peu préoccuper ce maire dans les faits (et non dans le merveilleux monde de la communication).

Notre recommandation ? Protégez urgemment les Niçois, non seulement contre les ‘’barbares terroristes’’, mais aussi contre les méfaits reconnus de la pollution de l’air, bien plus assassins. Ayez enfin un peu de courage politique pour changer le modèle de mobilité de la ville de Nice, avec autre chose que de beaux objets (téléphérique, navettes électriques, voitures volantes à l'hydrogène...). La ‘’bagnole’’ thermique doit céder sa place aux mobilités douces.

Alors, chiche pour une ZFE dès 2022 pour les catégories VP de vignettes 4 et 5 ? Chiche pour remettre en question le projet d’extension du T2 de l’aéroport ? Nous vous attendons, Monsieur l’’’écologiste protecteur des Niçois’’…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.