7 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2019

Priscillia Ludosky, figure des GJ, se désolidarise des mamans de Mantes-la-Jolie

En tant que mères de famille, traumatisées par la violence policière subie par nos enfants le 6 décembre 2018 et portant un combat pour la justice et la dignité, nous tenions à lui adresser ce mot.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chère Priscillia Ludosky,

Par un message envoyé au collectif de défense des jeunes du Mantois, organisateur de la marche des Mamans pour la justice et la dignité, le 8 décembre prochain, vous nous demandez de retirer votre nom de la liste des signataires au prétexte que notre appel serait "contesté par des locaux" et qu’il serait "à l'initiative du PIR". Vous ajoutez ne pas avoir "souhaité" faire de commentaire public sur notre page facebook, préférant, on le comprend, vous retirer en catimini. Dont acte.

Nous ne sommes pas des mendiantes et nous refusons de quémander un quelconque soutien d'autant plus qu'un acte de solidarité nécessite et exige des convictions fortes qui visiblement vous font défaut. Nous tenions cependant à rendre public votre retrait d’une part car cette désolidarisation a de véritables implications dans un contexte politique de tension extrême avec les forces répressives, ensuite parce qu’il nous importe que vous en preniez toute la responsabilité. L’heure est, pour nous et pour l’ensemble des classes populaires, suffisamment grave pour ne pas compromettre nos chances de réussite et nos fragiles efforts d’unité sous des prétextes fallacieux.

Revenons sur vos justifications :

- Nous serions contestées ? Qui ne l'est pas ? Vous-même  qui vous apprêtez à rencontrer, Emmanuel Macron, maitre d’œuvre de la répression brutale de vos camarades de lutte qui a fait tant de blessés et tant d’éborgnés, sans parler de la mort de Madame Zineb Rédouane et de Steve Maia Canico, n'êtes-vous pas très contestée et très contestable ?

- Le PIR serait à l'initiative de cette marche ? Quelles sont vos preuves ? Qui vous renseigne ? Qui vous intoxique ? Mais quand bien même il le serait, en quoi un compagnonnage avec le PIR serait-il infamant ? Auriez-vous préféré le patronage de la FI ou de Génération S plutôt que celui d’une organisation autonome ? Quelle est la bonne tutelle selon vous ?  Madame Ludosky êtes-vous capable de nous fournir les critères de respectabilité qui trouveraient grâce à vos yeux quand on sait que les organisations issues des luttes de l’immigration ou des quartiers sont plus spontanément à nos côtés que les organisations de gauche ?

Vous serez sans doute heureuse de l'apprendre de notre bouche – et peut-être rassurée ? - de savoir que les mamans de Mantes-la-Jolie, parmi lesquelles Yessa Belkhodja, militante au sein de l'antiracisme politique, engagée dans le soutien des listes autonomes depuis de longues années, Myriam Ayad, dont la famille était mobilisée contre les crimes policiers et organisée au sein du MIB, Fadila, Soad, Hanane, Koumba, Rachida, Diénaba, Malika, Khadija, Nassera…sommes toutes impliquées dans la vie associative, culturelle, cultuelle et sociale de la ville. Nous sommes seules à l'initiative de cette mobilisation et seules responsables de cette marche. Vous dites que nous serions « contestées localement » ? Peut-être pourriez-vous venir à Mantes-La-Jolie et mettre vos préjugés à l’épreuve de notre réalité de terrain ? Vous apprendriez que si la plupart d’entre nous sommes des mères au foyer, au chômage ou en activité, vivant parfois dans la précarité, une partie d’entre nous est engagée dans la vie de la cité. A ce titre, nous n’avons besoin de personne pour distinguer nos amis de nos ennemis, et pour identifier qui mérite notre confiance ou pas.

Il est profondément regrettable pour ne pas dire pathétique que l'une des principales figures du mouvement des gilets jaunes se désolidarise de l'un des événements les plus marquants de ce mouvement insurrectionnel auquel nos enfants ont participé : celui d'adolescents agenouillés, mains sur la tête, humiliés, frappés. Cette violence n'est pourtant pas anodine. Alors que des lycéens avaient bloqué leurs établissements sur tout le territoire national, seuls les enfants considérés comme illégitimes, parce que habitants des cités d’immigration, parce que Musulmans ou Noirs, ont été humiliés, menottés et mis en garde à vue. Madame Ludosky, ne pensez-vous pas qu’il s’agisse là d’un motif suffisamment choquant pour venir marcher à nos côtés ?

Les "événements" de Mantes-la-Jolie, qui sont à la jonction du mouvement des Gilets jaunes et des habitants des banlieues ainsi que leur commémoration ne sont-ils pas un ciment sur lequel pourrait se construire cette convergence providentielle que tout le monde fantasme, feint d’espérer mais sabote dans les faits ?

Il est tellement pathétique et rageant d'entendre les leaders de la gauche radicale et des Gilets jaunes déplorer l'absence de "quartiers" et de constater en même temps avec amertume ou ironie qu'il suffise d'une rumeur ou d'une calomnie pour faire battre en retraite des militants pourtant aguerris et sacrifier ainsi les fondements d’une véritable fraternisation politique.

Pour autant, les « évènements » de Mantes-la-Jolie, leurs répercussions dans le monde, ainsi que notre détermination à faire valoir la vérité nous montre qu’on peut être de simples « mamans » et être capables de mobiliser autour de nous. C’est la démonstration que nous faisons depuis presque un an dans notre bras de fer avec l’IGPN. Vous retirez votre signature, peut-être d’autres le feront, influencés par des oiseaux de malheur, mais sachez qu’ils sont aussi nombreux ceux qui se maintiendront à nos côtés, ceux qui prennent la mesure de ce qu'ont représentées les violences extrêmes dont on été victimes nos enfants. Puisque nous n’avons pas, jusqu’ici publié la liste de nos soutiens, vous nous donnez l’occasion de la faire connaître ici. Libre à chacun de se retirer ou de nous rejoindre. Chacun prendra ses responsabilités. Pour ce qui nous concerne, nous serons le 8 décembre à Barbès, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il « grève », seules ou soutenues, dignes et déterminées, pour l’amour de nos enfants, pour la justice et la dignité. Si vous nous rejoignez, vous serez la bienvenue, si vous confirmez votre retrait, libre à vous !

Le comité de défense des jeunes du Mantois

Mantes-la-Jolie, le 1er novembre 2019

Nos soutiens :

Comités Police/Justice :

UNPA, Collectifs des mères solidaires, Famille Koumé, Collectif Justice pour Angelo, Collectif justice et vérité pour Babacar Gueye, Collectif justice et vérité pour Wissam El Yamni, Réseau international des Mères antifascistes, Mamme in piazza per la libertà di dissenso (collectif de mères italiennes), Famille Ait Omghar, Arago22Mai, Libérons-les, Omas gegen Rechts (Allemagne et Autriche)

Organisations antiracistes :

ATMF, Rosa Parks, PIR, Fondation Frantz Fanon, BAN, UJFP, CUAP 31, Collectif ACIDE, Filles et Fils de la République, Bruxelles Panthères, MTE (Mamans Toutes Egales), AFA

Mouvements sociaux :

Collectif Ni Guerres Ni états de Guerre, Assemblée des Blessés, l’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie-  L'ACORT, Marche des solidarités, AFD International, Femmes Égalité, Femmes Plurielles, Gilets Jaunes de Rungis, Comité Montreuil Palestine, Association Les Oranges - Montreuil, Gilets Jaunes du Loiret, Gilets Jaunes d’Orléans, Actit, FASTI, La Maison du peuple de Saint Nazaire, Action Antifasciste NP2C, CLAQ, Association des Familles des Prisonniers et Disparus Sahraouis - AFAPREDESA, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Union des Tunisiens pour l'Action Citoyenne (UTAC)

Syndicats et partis politiques :

Réseau syndical international de solidarité et de luttes (www.laboursolidarity), NPAsection CGT de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, ASSO-Solidaires, Union communiste libertaire, Ensemble Villeneuve-Saint-Georges, POI, SNES-FSU 93, PEPS (Pour une écologie Populaire et Sociale)

Personnalités :

Gilbert Achcar (universitaire), Norman Ajari (philosophe), Simon Assoun (coordination nationale UJFP), Ariella Azoulay (Etas-Unis), Ludivine Bantigny (historienne), Miguel Benasayag (philosophe), Amal Bentounsi (UNPA), Olivier Besancenot (NPA), Judith Bernard (enseignante, metteure en scène), Eric Bezou (Intergares, Révolution Permanente), Amzat Boukari-Yabara (Ligue panafricaine - UMOJA), Alima Boumediène-Thiery (avocate), Houria Bouteldja (PIR), Henri Braun (avocat), Monique Brioudes (militante associative), Ismahane Chouder (enseignante et formatrice), Angela Davis (militante antiraciste et féministe), Christine Delphy (sociologue), Vikash Dhorasoo (footballeur), Francis Dupuis-Déri (professeur science politique, Québec), Rokhaya Diallo (journaliste), Mireille Fanon Mendès-France (FFF), Georges Franco (artiste peintre), Alain Gresh (journaliste), Nacira Guénif (universitaire, mère de famille, militante féministe antiraciste), Georges Gumpel (UJFP), Jessica Koumé (compagne d’Amadou Koumé tué par la police le 6 mars 2015, UNPA), Fabienne Lauret (Attac 78), Olivier Le Cour Grandmaison (Universitaire), Monique Lellouche (militante antiraciste), Gustave Massiah (économiste altermondialiste), Philippe Mangeot (enseignant et scénariste), Daniel Mermet (journaliste), Hassane Mezine (réalisateur), Meta Mutela (Charentes), Dominique Natanson (UJFP), Ndella Paye (Militante afrofeministe et antiraciste, Membre du collectif Mamans Toutes Égales), Gaël Quirante (SUD PTT), Milady Renoir (poétesse solidaire auprès des Sans Papiers en Belgique), Jérôme Rodrigues (Gilets Jaunes), Nadine Rosa Rosso (Belgique), Catherine Samary (économiste), Jean-Marc Schiappa (historien), Raphaël Schneider (cofondateur de Hors-série), Michèle Sibony (UJFP), Danielle Simonnet, Eyal Sivan (cinéaste), Azzedine Taibi (Maire de Stains), Julien Théry (historien), Marie-Henriette Timmermans (Bruxelles), Françoise Vergès (militante féministe antiraciste), Benedikte Zitouni (Bruxelles) …

Artistes :

Kery James, Soprano, Kader Attia, Yvan Le Bolloch, Sidi Wacho, Bakary Diombera, Wesley Weigel, MMZ…

Attac et La Fondation Copernic, Solidaires se joignent à la marche à partir de leur propre appel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse