7 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2019

Appel aux féministes à rejoindre la marche des mamans le 8 décembre

"La marche féministe de samedi dernier est sans conteste un événement historique. Nous y avons vu des lignes bouger, ce que nous constations déjà sur le terrain concernant le racisme et l’islamophobie en particulier. Il faut creuser ce sillon."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, femmes et mamans de Mantes la Jolie, avons vu nos enfants mis à genoux et humiliés pendant plusieurs heures par la police alors qu’ils se mobilisaient contre les réformes dans l’éducation nationale, il y a un an.

Nous, mamans de Mantes la Jolie, sommes en première ligne, en tant que femmes et que mères, face aux discriminations dont sont victimes nos enfants et les quartiers de banlieues en général depuis des dizaines d’années. Nous sommes aussi en première ligne face à la casse des services publics et au manque de moyens, dont nous et nos enfants sont les premières victimes. Nous sommes en première ligne face une école de plus en plus intolérante qui nous discrimine pour port du foulard lors des sorties scolaires.

Heureusement, nos solidarités entre femmes et au sein de nos quartiers sont encore fortes et nous croyons plus que jamais au combat collectif.

Malheureusement, nous assistons depuis quelques années à l’utilisation et au détournement d’arguments féministes au profit d’une islamophobie aujourd’hui assumée.

La marche féministe de samedi dernier est sans conteste un événement historique. Nous y avons vu des lignes bouger, ce que nous constations déjà sur le terrain concernant le racisme et l’islamophobie en particulier. Il faut creuser ce sillon. 

Nous, femmes et mamans de Mantes la Jolie, voulons construire un monde plus juste, plus solidaire, plus égalitaire, libre de toute domination, un monde dans lequel les femmes, les enfants, et spécifiquement les enfants des quartiers les plus défavorisés – nos enfants - pourraient enfin être réellement libres de s’épanouir, en sécurité et avec les mêmes chances et droits que l’ensemble de la population.

C’est pourquoi nous vous appelons à nous soutenir et à nous rejoindre lors de la marche que nous organisons le 8 décembre à Paris, pour la justice et la dignité et pour l’amour de nos enfants, à 14h à Barbès.

Nous espérons vous y retrouver nombreuses afin que la vague d’espoir qu’on voit naître en France et un peu partout dans le monde soit également porteuse de changements pour les enfants de banlieues afin que ni eux ni personne ne soit plus jamais mis à genoux.

Le Collectif de Défense des Jeunes du Mantois

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse