Collectif ICARE
Collectif de salariés de l'aéronautique
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2022

Compensation carbone, l'écoblanchiment du transport aérien

Aujourd’hui, chaque secteur, voire chaque entreprise, communique sur une neutralité carbone à plus ou moins longue échéance et s’affiche comme s'il pouvait à lui seul résoudre le problème du réchauffement climatique. L’aviation ne fait malheureusement pas exception.

Collectif ICARE
Collectif de salariés de l'aéronautique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La neutralité carbone est un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et l’absorption par des puits de carbone et se résume pour l’industrie en deux mots : émissions et compensation. Ainsi les émissions inévitables à la source doivent-elles être compensées par des actions visant à les retirer de l’atmosphère. Dans la vie de tous les jours, la photosynthèse est le processus naturel de fixation du carbone ;  les forêts et les océans participent au cycle du carbone. Mais les océans sont aujourd'hui quasiment saturés de CO2 et sont menacés par leur acidification. D’un autre côté les forêts primaires sont dévastées. L’Amazonie, longtemps considérée comme puits de carbone, est aujourd’hui émettrice nette de CO2. En Russie, le permafrost dégèle et libère des quantités considérables de CO2. En Afrique, la déforestation du bassin du Congo n’a jamais été aussi rapide. Comment lutter ?   « La reforestation » disent les uns ! Elle représente en effet 61% des projets de compensation mais apparaît déjà comme vouée à l'échec à  cause du décalage temporel entre les émissions carbonées immédiates et les décennies nécessaires pour rendre ces nouveaux puits de carbone opérationnels. Qui assure la pérennité de ces arbres ? Les sècheresses à répétition et les méga-feux de plus en plus fréquents remettent en cause le succès de ces plantations ; comment des essences d’arbres à croissance rapide vont elles s’adapter aux zones disponibles ? Qui attribuera les terres nécessaires ? Pourquoi compenser des émissions de français au Brésil ou d’états-Uniens en Ouganda ? Quelles émissions compenser, celles qui nous servent à voler ou celles qui nous servent à nous nourrir ? Que faire du bois une fois mûr ? Que faire une fois toutes les terres disponibles utilisées ?

Cette "solution" inadaptée s’apparente à un droit à polluer.  

Certains veulent « gagner du temps en attendant les solutions technologiques», mais pouvons-nous hypothéquer notre avenir sur de telles incertitudes ?

Le Réseau Action Climat publie les résultats d’une étude de la Commission Européenne montrant que le système de compensation carbone inscrit dans CORSIA sera inefficace pour réduire l’impact climatique du secteur aérien. « L’objectif de “croissance neutre en carbone” via l’utilisation du dispositif Corsia est mis en avant par le secteur aérien et notamment Air France, ainsi que par le Ministère de la Transition Écologique, pour justifier des efforts de transition écologique. » L’étude montre cependant que cet objectif est un leurre car « les programmes labellisés comme éligibles pour CORSIA par le Conseil de l’OACI en mars 2020 ne permettront pas de réductions d’émissions réelles et permanentes ».

Aujourd’hui, chaque secteur, voire chaque entreprise, communique sur une neutralité carbone à plus ou moins longue échéance et s’affiche comme s'il pouvait à lui seul résoudre le problème du réchauffement climatique. L’aviation ne fait malheureusement pas exception.

De son côté, Air France a créé une association qui collecte les dons des passagers afin de les investir dans des programmes de reforestation. L'opération a un double but : faire assumer à ses clients le coût de son programme et leur acheter une conscience pour leur permettre de prendre l'avion avec l’esprit tranquille. Mais qui peut penser que planter trois arbres compensera un aller-retour Paris – Toulouse ? ou 1000 nouveaux passagers à l’aéroport de Montpellier ?

La compensation carbone, sans même parler des effets non CO2, n'est pas une réponse sérieuse à la crise climatique. Elle risque de générer des conflits majeurs pour les droits humains et de menacer la biodiversité tout en laissant penser que le problème est réglé. Seule la réduction réelle et importante des émissions de gaz à effet de serre aura un impact. Selon les scientifiques, la technologie ne suffira pas ; organisons donc une décroissance progressive du trafic aérien car il ne suffira pas de planter des arbres pour prendre l'avion.

Le sommet européen de l’aviation des trois et quatre février sera-t-il la grande fête du greenwashing ou les différents ministres du transport y prendront-ils réellement des mesures efficaces pour que le transport aérien apporte sa juste contribution à la lutte contre le réchauffement climatique ?

Le Collectif PAD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana