Le domaine de Grignon vendu en catimini au plus offrant ? Une menace et un scandale !

Hier, dans L'Humanité, Jean Vincent, président du Collectif pour le Futur du Site de Grignon lançait un nouvel appel à la vigilance alors que le gouvernement s'obstine à agir dans l'ombre pour céder le domaine de Grignon au plus offrant, sans égard pour la valeur inestimable de ce bien commun d'exception. Un appel à la transparence sur un dossier qui concerne tous les citoyens.

Le domaine de GRIGNON vendu en catimini au plus offrant  ? Une menace et un scandale !

a-vendre-2

Un mois après la décision du club de football du PSG de renoncer à installer son nouveau centre d’entraînement à Thiverval-Grignon (Yvelines), le sort du domaine de Grignon demeure incertain.

Le précieux berceau de l’agronomie française, niché au cœur de la plaine de Versailles, est toujours menacé.

Car pour financer le projet de regroupement sur le plateau de Saclay de l’institut Agroparitech et de l’Inra, l’État reste déterminé à céder au premier investisseur venu les patrimoines naturel, historique, scientifique et mémoriel qui font de Grignon, depuis près de deux cents ans, un bien commun unique.

Un « domaine national » d’exception pour reprendre la belle formule créée par la toute récente loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dont le gouvernement s’est empressé d’oublier qu’elle a créé un article L.621-34 du Code du patrimoine ainsi conçu : « Les domaines nationaux sont des ensembles immobiliers présentant un lien exceptionnel avec l’histoire de la nation et dont l’État est, au moins pour partie, propriétaire. Ces biens ont vocation à être conservés et restaurés par l’État dans le respect de leur caractère historique, artistique, paysager et écologique. »

Bien loin de vouloir le conserver et le restaurer, l’État entend vendre Grignon.

Et le vendre dans l’opacité la plus totale, comme hier avec le palais Clam-Gallas de Vienne, joyau du patrimoine national à l’étranger, vendu dans le secret plus absolu au Qatar.

Aujourd’hui comme hier, le gouvernement poursuit en effet ses manœuvres dans l’ombre, y compris au moyen de l’insertion en catimini, dans le projet de loi Sapin 2 (dit projet de loi sur « la transparence » !), de dispositions dérogatoires au droit commun de la propriété immobilière de l’État, destinées à lui permettre de brader plus facilement Grignon.

Aujourd’hui comme hier, il se refuse à informer les citoyens sur l’état exact du dossier de vente de ce patrimoine précieux, et oppose aux demandes officiellement formées par l’avocat du Collectif pour le futur du site de Grignon des fins de non-recevoir en laissant ses lettres sans réponse ou en lui adressant des réponses sans contenu…

C’est dans ces conditions que le Collectif pour le futur du site de Grignon vient de saisir les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat d’une pétition.

Nous espérons une réponse rapide des assemblées afin que l’inacceptable silence du gouvernement cesse devant l’exigence de transparence exprimée par la représentation nationale.

Retrouvez l'intégralité de la tribune et de la pétition aux présidents des assemblées ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.