Collectif pour le Futur du Site de Grignon
Association de défense et de protection du site de GRIGNON (78)
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2016

Grignon : Silence, on brade !

Moins d’une minute ! C’est le temps qu’il aura fallu à la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale pour rétablir hier deux amendements au projet de loi Sapin 2, qui masquent un véritable scandale d’Etat : celui de la vente du domaine de Grignon. Au Qatar ou à un investisseur du même acabit. Sur ce dossier, le Gouvernement persiste à refuser toute explication et l'Assemblée s'incline.

Collectif pour le Futur du Site de Grignon
Association de défense et de protection du site de GRIGNON (78)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Moins d’une minute !

C’est le temps qu’il aura fallu à la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale pour rétablir hier les articles 15 et 15 ter du projet de loi SAPIN 2, que le Sénat avait modifié pour le premier et supprimé pour le second.

Deux « petits » amendements qui masquent un véritable scandale d’Etat : celui de la vente du domaine de GRIGNON, berceau de l’agronomie française. Au QATAR ou à un "investisseur" du même acabit.

Sur ce dossier, le Gouvernement persiste à refuser toute explication.

Les multiples démarches entreprises depuis près d’un an par le Collectif pour le Futur du Site de GRIGNON, son avocat et des parlementaires de tous bords se sont toutes heurtées à un silence glacial.

L’Etat ne répond pas aux questions indiscrètes !

Quant au Parlement, il ne les pose pas !

On lui demande de voter des dispositions techniques modifiant le droit des ventes immobilières de l’Etat ?

Elles sont incompréhensibles si elles ne sont pas expliquées ?

Qu’importe ! La Commission des Lois ne vote pas. Elle enregistre !

Habilement ! Car en ayant pris soin de déposer ses amendements de rétablissement à la dernière minute, le Rapporteur du texte s’est assuré des débats sereins : les opposants au texte ont été pris de court et n’ont ainsi pas eu voix au chapitre

Le mépris absolu pour la demande de transparence exprimée par le Collectif pour le Futur du Site de GRIGNON est un véritable déni de démocratie.

Comble de l’ironie, il s’exprime à l’occasion de l’examen d’un texte emblématique sur « la transparence » !!

Face à un déficit démocratique aussi scandaleux, les médias demeurent le dernier rempart du citoyen.

Le Collectif compte donc sur les journalistes, ces « consciences de la Nation » comme l’écrivait Albert Camus, pour obtenir du Gouvernement ce que les représentants de la Nation n’ont pas pu ou voulu lui demander : la fin du secret d’Etat sur la vente en catimini d’un patrimoine national d’exception !

Pour visionner cette minute pathétique … : http://videos.assemblee-nationale.fr/direct.4236885_57e291f941e2e de 00:57’58 à 00’59’.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse