Collectif Vietnam-Dioxine
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

Collectif Vietnam-Dioxine
Abonné·e de Mediapart

Pas de cessez-le-feu pour les victimes des armes chimiques

Le 16 décembre 1969, l’ONU déclarait contraire au droit international l’utilisation de tout agent chimique de guerre. 60 ans après, des États criminels ont employé et continuent d’utiliser ces armes chimiques, ravageant ainsi les populations et les écosystèmes. Les victimes, bien trop souvent oubliées, n’ont cessé de réclamer justice et la reconnaissance de ces crimes.

Collectif Vietnam-Dioxine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas de cessez-le-feu pour les victimes des armes chimiques

Le 16 décembre 1969, l’ONU déclarait contraire au droit international l’utilisation de tout agent chimique de guerre, dans la continuité du Protocole de Genève de 1925. Faisant fi de ces normes internationales visant à mettre un terme aux armes chimiques, des États criminels ont continué d’en utiliser, ravageant ainsi les populations - surtout civiles - et les écosystèmes.

C’est notamment le cas au Vietnam, où les États-Unis ont voulu s’affranchir du droit international : de 1961 à 1971, ils empoisonnent en toute impunité, les sols, les écosystèmes et les populations en épandant 80 millions de litres de défoliants et d’agents chimiques divers, dont 60% d’Agent Orange. L’Agent Orange est un mélange de deux herbicides dont les concentrations excèdent largement celles utilisées dans le secteur agricole.

Si l’Agent Orange fut déversé avec l’aval des gouvernements étasuniens de l’époque  pour débusquer les résistant-e-s vietnamien-ne-s, l’Agent Orange a entraîné, par la dioxine TCDD, une toxicité sur le long terme. Cette toxicité était connue des fabricants. L’Agent Orange toucha ainsi indistinctement plus de 3,8 millions de personnes au moment du conflit et entraîna la destruction de 20% des forêts du Sud du Vietnam et la contamination de 400 000 ha de terres agricoles. Les habitant-e-s des zones touchées par cet écocide sont condamné-e-s à vivre dans un écosystème toxique et transmettent malgré elleux la dioxine à leurs enfants. L’Agent Orange, responsable de cancers (leucémies, myélomes multiples, maladies de Hodgkin, cancers bronchopulmonaires et hépatiques), de maladies organiques (diabète, troubles lipidiques), d’effets neurotoxiques, de malformations congénitales et de diverses autres atteintes, contamine aujourd’hui la quatrième génération de victimes. C’est à l’aune des effets sanitaires et environnementaux multiples, étendus, et durables causés par l’Agent Orange que nous réclamons la reconnaissance du crime d’écocide.

Enfin, à cela s’ajoutent les conséquences psychologiques, c’est-à-dire le traumatisme collectif infligé aux populations - un effet recherché par les gouvernements dans leur usage de l’arme chimique. La guerre  chimique est une guerre sale, une guerre qui ne connaît pas de cessez-le-feu, ni dans les corps, ni dans les mémoires.

Les armes chimiques : des usages criminels et asymétriques

L’efficacité criminelle de ces armes a séduit de nombreux États malgré leur illégalité et l’horreur absolue de leur usage. Entre 1921 et 1926, les Espagnols larguent du phosphène et du gaz moutarde - arme chimique cancérogène avérée - sur les indépendantistes du Rif : aujourd’hui, les taux de cancers sont anormalement élevés dans la région. De 1935 à 1936, l’Italie, bien que signataire du Protocole de Genève, déverse 380 tonnes de gaz moutarde sur l’Éthiopie dans une énième tentative de colonisation. L’Égypte en a également fait l’usage lors de la Guerre du Yémen. Tout comme l’Irak de Saddam Hussein lors de la première guerre du Golfe, dont on retient le massacre de Halabja, où 5000 Kurdes ont succombé sous les attaques au gaz moutarde. Dans la nuit du 7 novembre 2004 en Irak, au cours de l’opération “Phantom Fury”, les États-Unis orchestrent un massacre dans le plus grand silence médiatique : la ville de Fallujah est massivement bombardée au phosphore blanc, une arme incendiaire strictement proscrite si utilisée contre une population civile.

De ces exemples, on retient la criante asymétrie : l’arme chimique est utilisée pour dominer des populations ne “disposant [pas] d’une capacité de riposte similaire”. Son usage vise à mater les révoltes, à obtenir la mainmise sur des territoires et ressources, et s’inscrit parfois même dans un contexte impérialiste et colonial - le cas de l’Agent Orange l’illustre parfaitement.

Enfin, et près de vingt ans après l’entrée en vigueur de la Convention sur l’Interdiction des Armes Chimiques (CIAC, 1997), le régime de Bachar Al-Assad est le dernier auteur de bombardements massifs à l’arme chimique. Non signataire de la CIAC en 2011, il usera d’armes chimiques contre sa population. L’usage du gaz sarin provoque notamment 2000 morts dont 500 enfants lors de la nuit meurtrière du 21 août 2013, dans la Ghouta. L’usage des armes chimiques, considéré comme une ligne rouge par Obama, a été franchi mais aucune sanction ne suivra. Le régime de Damas, forcé d’adhérer à la CIAC en 2013 par crainte de sanctions internationales, continuera pourtant d’user des armes chimiques interdites jusqu’en 2018, dont le chlore.

Malgré les conventions et tribunaux internationaux, le recours à l’arme chimique se poursuit et certains États possèdent encore des stocks d’armes chimiques non déclarés.

Des crimes de guerre ?

Les cas d’usage d’armes chimiques relèvent également de crimes de guerre, qui restent le plus souvent impunis. En effet, dans le cas de l’Agent Orange, les Etats-Unis restent hors de la justice puisqu’ils n’ont pas ratifié le Statut de Rome et ne reconnaissent donc pas la compétence de la Cour Pénale internationale : ils ne peuvent pas être poursuivis.

Bien des acteurs sont pourtant concernés : des gouvernements et États, mais aussi des industries chimiques qui participent activement à la fabrication de ces armes, et qui tirent des profits faramineux de leurs ventes au détriment de millions de victimes. Ces crimes se perpétuent à cause de la complicité de multinationales, de l’impunité dont jouissent les États criminels, et de la faible application du droit international.

Ils se perpétuent également à travers une volonté d’ignorer les revendications de justice des victimes passées et présentes, ouvrant la voie à des victimes futures et à d’autres crimes. Alors que la majorité des victimes des armes chimiques ne sont toujours pas reconnues et que la menace du chimique plane encore : le droit international est-il réellement garant de la sécurité des populations ?

Exiger justice pour toutes les victimes des armes chimiques 

Face au piétinement de leurs droits, de leur dignité, et de leur santé, les victimes continuent de chercher à obtenir justice. En 2004, la VAVA (Association Vietnamienne des Victimes de l’Agent Orange) dépose plainte au Tribunal de Première Instance de la Justice Fédérale, à New York. Dix ans plus tard, c’est Tran To Nga qui porte plainte en France, au Tribunal d’Evry, contre Bayer-Monsanto, Dow Chemicals, Uniroyal, Hercules et consorts, pour que leur responsabilité soit reconnue.

En cette journée internationale du souvenir pour toutes les victimes des guerres chimiques, nous sommons les responsables politiques de faire enfin respecter l’application stricte du droit international en la matière, notamment la CIAC, Convention 1993 sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage, et de l’usage des armes chimiques, et leur destruction, entrée en vigueur en 1997. Nous souhaitons que les utilisateurs d’armes chimiques, tout comme leurs fabricants, ne restent pas impunis, dans le cas de l’Agent Orange au Vietnam, du gaz sarin et du chlore en Syrie, comme dans tous les autres cas.

Aujourd’hui, nous nous souvenons, nous commémorons les victimes. Demain, il faudra leur rendre justice. Par la reconnaissance, la réparation et l’indemnisation de toutes les victimes des armes chimiques. Et surtout, en évitant des victimes futures. Exigeons justice pour toutes les victimes des guerres chimiques.

A l’occasion de la journée du souvenir des victimes des armes chimiques, qui aura lieu le 30 novembre 2021, le Collectif Vietnam-Dioxine se mobilise à leurs côtés et vous propose de participer à une soirée de commémoration et mobilisation le mercredi 1er décembre à partir de 18h30 à la Mairie du 13ème arrondissement de Paris.

Signataires : 

Collectif des ouvrier.e.s agricoles empoisonné.e.s par les pesticides
Collectif PAAF
Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison
Notre Affaire à Tous
Mouvement Utopia
Voix Déterres

Anna Agueb-Porterie, Organisatrice de communautés chez Alliance Citoyenne
Ariane Arghyris, Illustratrice
Alice Aubel, Membre du collectif Voix Déterres
Myriam Bahaffou, Doctorante en philosophie féministe, militante écoféministe et décoloniale
Clotilde Bato, Présidente de l’association Notre Affaire à Tous
Roland Biache, Citoyen
Youcef Brakni, Militant antiraciste
Valérie Cabanes, Juriste internationaliste, autrice de Un nouveau Droit pour la terre, pour en finir avec l'écocide
Philippe Clavière, Citoyen
Marie-Julienne Coeurvolan, Co-fondatrice du Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison
Joao Gabriel, Doctorant en histoire
Chloé Gerbier, Juriste en droit de l’environnement
Thai Truc Mai Hua, Réalisatrice
Amel M'harzi, Etudiante
Odile Maurin, Activiste anti-validisme, élue municipale et métropolitaine à Toulouse
Maïa Missri, Pharmacienne, autrice d’une thèse sur les armes chimiques
Corinne Morel Darleux, Autrice, chroniqueuse et militante écosocialiste
Duy Nghiem, Médecin
Nadia Nguyen Quang, Référente sociale du Réseau Education sans Frontières (RESF)
Mathilde Panot, Présidente du groupe parlementaire LFI
Naéma Rainette-Dubo, Co-fondatrice du Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison
Louis Raymond, Journaliste
Alain Ruscio, Historien
Sandrine Simon, Référente SSR
Yûki Takahata, Autrice, traductrice, journaliste indépendante
Lan Tham, Citoyenne franco-vietnamienne
Marie Toussaint, Co-fondatrice de l’association Notre Affaire à Tous, Députée européenne EELV
Lucie Vegrinne, Co-présidente de l’association CliMates
Emmanuel Vire, Secrétaire général du SNJ-CGT

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy