Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 avr. 2022

Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

CETTE CLARIFICATION DONT LA FRANCE A BESOIN

Depuis plusieurs décennies, notre vie politique française est gangrénée par un poison bien plus pernicieux que celui de l'extrême droite. Ce dimanche 10 avril, nous avons une opportunité unique de le mettre à jour aux yeux de tous, et il se pourrait que ce soit tout ce dont la France ait besoin aujourd'hui...

Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant même l’extrême droite, le principal cancer de notre politique française c'est cette droite si plurielle qui se dit de gauche et qui occupe une place majeure dans l’espace politico-médiatique. Ce flou qui sclérose la vie démocratique du pays est volontairement entretenu pour maintenir l’illusion, pour maintenir l’ordre bourgeois, mais offre un véritable boulevard au camp réactionnaire. Qui pourrait le contester ?

Tout d’abord ces grands bourgeois qui se mêlent de politique, qu'ils soient neo-philosophes comme BHL, Onfray ou Enthoven, pseudo-journalistes comme Joffrin ou Salamé, ces animateurs télé comme Naullau ou Ruquier, ces artistes comme Goupil ou Arditi, ne sont pas de gauche comme ils le prétendent, ce sont même des militants du camp d’en face payés très cher pour nous enfumer. Ils ne seraient pas là où ils sont s’il en était autrement et nous n’en serions pas là sans leur travail quotidien.

Ensuite, le Parti Socialiste, avec ses Hollande, Valls, Faure, Castaner, Borne, Delors, ou Julien Drey et finalement Macron, n’est plus un parti de gauche. C’est un parti de droite soumis au patronat, à l’Europe et à la finance qui n’est plus son ennemi depuis longtemps. Il en est de même pour EELV, du bricolage et du jardinage qui est loin d'enthousiasmer les écologistes, chaque jour plus nombreux. Et que dire d’En Marche, ou devons nous dire maintenant Avec Vous, cette entité fantoche au service du banquier d'affaire.

Le capitalisme ne fait plus rêver comme dans les années 80 et confrontés à leurs incohérences qui s’associent à leur chute dans les sondages, ces nombreux usurpateurs ont choisi de provoquer en permanence la vraie gauche que représente aujourd’hui Mélenchon, sur le terrain glissant des "valeurs de la République". Ce vivier à polémiques leur permet depuis des mois d’empêcher notre camp social de se poser les bonnes questions, celles qui nous séparent du camp libéral : quel projet de société souhaitons-nous mettre en place pour sortir du capitalisme ? Un tel débat face à une gauche de rupture telle que la France Insoumise les mettrait rapidement à nu et provoquerait leur évaporation quasi instantanée, et c'est ce qu'ils redoutent le plus.

Cette technique politique serait vieille comme le monde explique Simon Persico, professeur à Sciences Po Grenoble à Arrêt sur Image : « Les politistes anglo-saxons appelle ça les “wedge-issue”. Cela consiste pour un camp politique à enfoncer les coins chez ses adversaires pour diviser le camp d’en face. C’est ce qu’il s’est passé par exemple avec les réunions non mixtes, un sujet dont les gens n’ont, dans la vraie vie, absolument rien à faire ! ». Ils auront donc tout fait ces derniers mois pour éviter le débat de fond en surfer sur des polémiques stériles et si Fabien Roussel remporte quelque chose cette année, ce sera peut-être la palme de celui qui aura le mieux excellé dans cet art, et obtenu le meilleur résultat...

Non seulement ces tartuffes font le jeu de la classe dominante et son extrême droite en utilisant les mêmes ressorts nauséabonds et en sautant sur tous les plats qui leur sont tendus pour continuer d'exister, mais en plus, en concentrant leurs attaques sur la gauche de rupture, beaucoup abandonnent le combat contre le fascisme qui vient. Beaucoup d’ailleurs ont abandonné le combat tout court et ne pensent qu’à tirer profit de cette possible débâcle afin de mieux se positionner pour la suite. Ces derniers se conduisent en véritables paillassons et collaborent avec l’ennemi à nos portes. Une histoire qui n’est pas nouvelle et qui se rejoue à chaque fois que notre camp social cherche à répondre présent au tocsin de l'Histoire.

Quoi que l’on pense du candidat Jean-Luc Mélenchon, jamais une gauche de rupture n’a été aussi proche du pouvoir et c’est bien pour cela qu’il est la bête noire de toute la classe politico-médiatique et pas Marine le Pen ou Éric Zemmour, comme on aura pu le constater. Seul un deuxième tour avec la France Insoumise peut permettre au pays cette grande clarification. Seul un vrai duel face à une gauche anti-libérale obligera tous ces menteurs professionnels à se démasquer. Où sont les Hammoneurs ? Les Montebourgeois ? Les Taubiriens ? Combien de temps perdu, de coups infligés, de blessures indélébiles ? Et si ça n'avait été que cela le projet depuis le début ?

Cette campagne a été scandaleuse en de nombreux points et des comptes devront être réglés très prochainement. Cependant, chaque électeur a aujourd’hui entre ses mains le pouvoir de forcer notre classe politico-médiatique pourrissante à clarifier enfin les choses ! Soutiendront-ils la gauche face à la droite anti-sociale de Macron ? En appelleront-ils au "Front Républicain" contre l’extrême droite ? Peu importe le résultat, il en va de la santé de notre vie démocratique, une œuvre de salubrité publique nécessaire si l’on veut se reconstruire par la suite, face à l’extrême droite, la droite extrême ou même la gauche si elle l’emporte et doit réunir largement.

À nous maintenant de le provoquer !

Rejoins nous sur contrepouvoir.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol