Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 oct. 2021

BOITE À OUTILS #1 COMMENT GAGNER LA BATAILLE MÉDIATIQUE ?

Cette guerre de l'information est devenue un véritable champ de bataille culturelle qui contamine les esprits et nous dirige vers le fascisme et la guerre civile. Il va vraiment falloir qu’on s’explique ! + Une liste de nos contre-pouvoirs médiatiques

Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contre Pouvoir - Annexe #1


Cette guerre de l'information est devenue un véritable champ de bataille culturelle qui contamine les esprits et nous dirige vers le fascisme et la guerre civile. Notre première mission est donc de dénoncer le prisme bourgeois et identitaire que l’on nous impose sur la quasi totalité des médias comme une conséquence logique de leur concentration entre les mains des ultra-riches : cette vision fataliste du capitalisme, de l’austérité dictée par l’Union Européenne pour payer la dette, de la croissance et de la flexibilité

, etc, mais aussi ces concepts confus qui apparaissent depuis quelques années, de laïcité islamophobe, de République Pétainiste ou Bonapartiste, de Démocratie anti-gauchiste ?! Il va vraiment falloir qu’on s’explique !

Ce travail passe forcément par la promotion des médias indépendants de cette emprise des grands groupes, c’est à dire hors de la logique concurrentielle, publicitaire et de censure, grâce aux dons solidaires, comme à Mediapart (qu’on ne présente plus). Avec le Canard enchaîné, ils sont trop souvent seuls à révéler des dossiers qui ont pourtant réussi à faire tomber plusieurs ministres. C’est bien du fait du sérieux de leur travail, de la menace qu’ils représentent, que ces médias restent trop souvent ignorés du reste de la presse, parfois directement discrédités par des éditorialistes et systématiquement diabolisés par l’extrême droite et les membres du gouvernement.

Mediapart, le Festival - Ce qui (nous) arrive : l'anti-intellectualisme en campagne
https://youtu.be/vSWNd9VD2go

Cette diabolisation fonctionne efficacement auprès d’une grande partie de la population poussée inconsciemment à s’auto-convaincre, et parfois à avouer bêtement un anti-gauchisme primaire et une servitude volontaire, pire, un anti-intellectualisme. Lutter contre l’idiocratie qui s'installe et essayer d’inverser la tendance en imposant le travail des médias libres dans le débat public et dans la bataille politique doit être un de nos axes principaux de réflexion et d’action pendant cette campagne, à l’image du Média qui lance une Contre-Matinale tous les matins à 7h afin de déconstruire et contrebalancer le prisme bourgeois durant les élections.
https://www.youtube.com/playlist...

La télé fait partie du problème, et le meilleur moyen de faire décrocher les gens autour de nous c'est de populariser nos propres médias audiovisuels ! Pour ceux qui préfèrent la vidéo au texte on peut encore citer la nouvelle chaine Blast de Denis Robert dans un style plus offensif, qui prépare de belles surprises pour la campagne et qui semble avoir besoin de plus de soutien pour se stabiliser financièrement.
https://www.youtube.com/watch?v=OVhH5r52BBw
La Rédaction de Mediapart qui décrypte l’actualité tous les soirs à 19h dans son émission "À l’air libre"
https://www.youtube.com/playlist...

L’équipe de Back Seat qui cible un public plus jeune
https://www.youtube.com/channel/UC2ijB3_Fg2pIW1g6FeIiYKA

Tout comme son chroniqueur politique Usul qui fait déjà ce travail chaque semaine chez Médiapart dans "Ouvrez l'Élysée"
https://www.youtube.com/watch?v=9fQ2FOp_j1o...

Ou sur sa chaine Twitch
https://www.twitch.tv/usul2000

Et un excellent travail de vulgarisation depuis plusieurs années avec Mes chers Contemporains
https://www.dailymotion.com/zulmastr/videos

Dans la vulgarisation on peut aussi citer Le Canard Réfractaire
https://www.youtube.com/channel/UCWGsN59FON3vOtXCozQPsZQ

Également la revue Regards qui propose de très bons entretiens sur Youtube
https://www.youtube.com/c/RegardsFr

ou encore Civicio qui suit beaucoup les manifestations mais pas que...
https://www.youtube.com/channel/UCKydJwfkJMRlZFi5M-6sZvQ

Autre champ de bataille, celui de la critique des médias, car pour pouvoir se libérer de la matrice télévisuelle bourgeoise et identitaire, ou pour avoir les bons arguments qui nous permettent de libérer nos proches de cette addiction, il faut déjà savoir comment décortiquer ses nombreux stratagèmes. Qui de mieux que les "boeufs-carottes" des médias, Arrêt sur Images, pour nous aider depuis une vingtaine d’années à repérer les grosses ficelles ou déconstruire les éléments de langage de la classe dominante ? Une de ses nouvelles émission se consacre d'ailleurs à mettre en lumière la presse indépendante, c'est le

Club Indé dont voici le dernier épisode :

La presse indépendante peut-elle influencer la conversation nationale et lutter contre la bollorisation-zemmourisation en cours ? Nos invités : François Bonnet, de "Mediapart", Agnès Rousseaux, directrice de "Politis" et coordinatrice de "Basta!", Latifa Oulkhouir, directrice du "Bondy Blog", et Nicolas Barriquand, rédacteur en chef de "Médiacités Lyon"
https://www.arretsurimages.net/.../club-inde-bollore-des...

L'abonnement à 4euro vaut vraiment le coup pour ses nombreuses archives d’émissions devenues cultes, comme l'excellente avec Pierre Bourdieu confronté à Jean-Marie Cavada et Guillaume Durand sur le plateau d'Arrêt sur images, produit par Daniel Schneidermann et présenté par Pascale Clark, une télé qui nous manquent...
https://www.youtube.com/watch?v=WvEr36AB524

Dans une version plus militante, Acrimed, l’Association de Critique des Médias, participe à la relance du débat public sur des propositions concrètes de transformation de ce qu’elle nomme l’"ordre médiatique existant", notamment celle de dissoudre le CSA pour le remplacer par un Conseil National de tous les Médias.

Transformer les médias : Nos propositions
https://www.acrimed.org/-Transformer-les-medias-Nos...

Dans la bataille médiatique on compte également avec Pierre Rimbert qui propose depuis plusieurs années dans le Monde Diplomatique son Projet pour une presse libre, et avec l’économiste Julia Cagé et son essai "L’information est un bien public", dans lequel elle plaide pour une gouvernance démocratique dans les médias, impliquant tant les journalistes et salariés que les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. 

Un financement des médias et des partis par le vote est aussi ce que nous propose le projet Méthahodos
https://metahodos.fr/.../un-financement-des-medias-et.../

Projet pour une presse libre
https://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/RIMBERT/51030

Julia Cagé. La clé pour produire une information de qualité
https://raymondcombaz.wordpress.com/.../julia-cage-la.../

Le FLP (Fonds pour une Presse Libre) a été créé en septembre 2019 à l’initiative des fondateurs et de l’ensemble de l’équipe de Mediapart. À l'origine, il s’agissait de rendre irréversible l’indépendance de ce journal, en sanctuarisant l'intégralité de son capital dans une structure à but non lucratif. Mediapart est devenu ainsi le 1er média national français non cessible, non achetable et non spéculable. Aujourd'hui, ce fond est complètement indépendant de Mediapart dans son action et son fonctionnement. Reconnu d'utilité publique, le FPL s'ouvre désormais à l'ensemble de la presse indépendante, pour offrir aides financières, expertise et accès aux avantages dont ces médias sont privés. Collecter des dons en leur nom et offrir aux donateurs une réduction d'impôt de 66%, c'est le point de départ de sa mission.

Pour découvrir leurs projets et les soutenir :
https://www.kisskissbankbank.com/.../pro.../fondspresselibre

En ce moment il "appelle à la mobilisation d'une communauté de donateurs.trices conscient.e.s de l’urgence de refonder un système médiatique abîmé, compromis et décrédibilisé. Finançons ensemble le journalisme libre de demain. Cette liberté ne peut être reconquise qu’avec vous, lectrices et lecteurs, qu’avec votre implication directe. Ils ont jusqu'au 15 novembre pour réunir 100.000 euros. S'ils n'atteignent pas cet objectif, l'intégralité de l'argent collecté sera restituée.

Les enquêtes de Disclose sont pensées pour susciter un maximum d’impact dans le débat public. L’objectif : transformer l’indignation en action. https://disclose.ngo/fr

C’est aussi pour cette raison qu'ils ont mis en ligne un guide du lanceur d’enquêtes. En accès libre, ce manuel rédigé par les journalistes de Disclose a pour vocation de faire connaître au plus grand nombre des outils et des méthodes utiles à tous pour faire valoir le droit à l’information des citoyens

Télécharger le guide du lanceur d’enquête : https://mcusercontent.com/297e02afc8a45258519496b62/files/2b8a7488-ad45-4449-9f28-770868cb15f1/Guide_Lanceur_Enquete.pdf

Dans un tout autre style militant, le projet Sleeping Giants (les géants endormis) nous montre comment organiser le boycott des chaînes vecteurs de haine en interpellant les entreprises qui diffusent leurs publicités dans ces organes proches de l’extrême droite et en jouant sur leur image de marque.
Sleeping Giants : Couper les vivres aux vecteurs de haine
https://www.politis.fr/.../sleeping-giants-couper-les.../
L'une de nos revendications doit aussi être la possibilité de dissoudre un média quand il y a récidive d'appels à la haine comme c'est le cas pour Cnews. Le racisme doit devenir une priorité d'État ! Comment la République et ses valeurs peuvent-elles perdurer si à longueur de journée les principaux médias sont saturés par un discours anti-républicain ?

De quoi Zemmour est-il le symptôme morbide ?
https://www.contretemps.eu/zemmour-fascisme-racisme.../?

Il est également possible d'effectuer des signalements ou d'aller faire beaucoup de bruit directement devant ces médias, ce qui avait suscité beaucoup d'attention médiatique lors des manifestations contre la propagande islamophobe déployée par Éric Zemmour sur Cnews, sans pour autant provoquer son départ de l'antenne.

Manifestation contre Eric Zemmour devant le siège de CNews
https://www.facebook.com/RTFrance/videos/410693399868978/

Occuper un gros média, tenir le plus longtemps possible pour y dénoncer l'invisibilisation médiatique, interpeller le grand public et diffuser nos messages est l'un de nos nombreux objectifs. Un autre objectif est celui de rompre la paix du bourgeois qui doit devenir notre fil rouge pour que la peur change progressivement de camp, comme cette interpellation de Léa Salamé devant Radio France. S'ils ne nous laissent pas rêver, ne les laissons pas dormir.

Léa Salamé reçoit son Doigt d'Or du "Meilleur chien de garde"
https://www.youtube.com/watch?v=hpqzDknaEJc

Retirer les journaux pro-système des kiosques ou y insérer des tracts sur nos luttes, détourner leurs affiches de pub ou les retirer systématiquement, spammer leur zones de commentaires sur les réseaux sociaux avec des articles sur la manipulation médiatique, les idées ne manquent pas et les plus expérimentés d'entre nous en hacking disposeront d'un panel d'action plus développé...
https://antipub.org/

Manuel anti-pub :
https://lepressoir-info.org/spip.php?article1082

Récupérons également les murs de nos villes avec des brigades par quartier, grâce à notre réseau de comités locaux par exemple, qu'il est important de constituer et renforcer, mais aussi de l'affichage percutant. Notre groupe de travail propagande projette pour bientôt une série d'affiches, tracts et fanzines à distribuer en manifestation par exemple.

Le Fil Stratégie, pour rejoindre notre communauté ou y inviter des personnes :
https://t.me/joinchat/RojcfZbiol8yNmRk

Comme vous le voyez, les idées d'actions ne manquent pas. Les propositions concrètes en la matière non plus mais on voit bien que la classe politicienne actuelle n’a aucun intérêt à les mettre en œuvre. Ce "quatrième pouvoir" médiatique est depuis déjà plusieurs siècles le principal outil de la classe dominante pour assoir son règne permanent, comme nous le prouvent les actuelles manœuvres de Xavier Niel qui cherche à consolider une dynastie. Notre caste politicienne est ravie de jouer sur ce terrain de jeu déjà conquis, où tous les arbitres sont de droite et où la légitimité de leur idéologie ne sera jamais contestée.

La gauche sur les chaînes d'info : "On se place en position de combat"
https://www.arretsurimages.net/.../la-gauche-sur-les...

Le Monde : avènement d’une dynastie Niel ? Par Julia Cagé et Benoît Huet
https://www.arretsurimages.net/.../le-monde-avenement...

Il nous faudra donc dénoncer et continuer de dénoncer. Dénoncer systématiquement la supercherie de notre système politico-médiatique, complètement soumis à la classe dominante, en particulier des programmes très populaires faussement de gauche comme TPMP ou Quotidien ; dénoncer aussi systématiquement l’aspect déloyal de la compétition électorale, preuve à l’appui, et l’absence presque totale de pluralité dans les médias ou de contre-pouvoirs institutionnels ; amener cette critique vers de nouveaux publics pour ne pas prêcher devant que des convaincus ; imposer cette critique et ces propositions concrètes aux différents candidats lors de la campagne qui vient, tout cela doit faire partie de nos priorités et de nos premières victoires, nous y œuvrerons ici en tout cas. Cette victoire est l'une des conditions essentielles pour obtenir par la suite toute la légitimité de contester le résultat des élections et le futur président élu !

Contre Pouvoir #2 Organiser le Boycott
https://blogs.mediapart.fr/.../strategies-unitaires-face...

Il s’agit d’une guerre d’information, d'une véritable bataille culturelle, et ce qui est en jeu est tout simplement l'âme de la France ! Chacun d’entre nous, qu’il le veuille ou non, est engagé dans ce conflit intellectuel et représente déjà un média à lui-seul, c'est à dire un vecteur d’information auprès de son entourage. Certains d’entre nous ne sont peut-être plus motivés à descendre militer dans la rue, d’autres n’ont peut-être juste plus le temps, mais dans ce cas précis, l’index reste toujours la meilleure arme et des dizaines de partages peuvent être réalisées chaque jour en quelques secondes. Il n'y a pas de secret, pour qu'une information perce le plafond de verre médiatique, il faut la partager massivement sur les réseaux sociaux.

Retrouvez et partagez toutes nos tribunes :
https://www.facebook.com/contrepouvoir2022

De notre côté, en dénonçant au quotidien les incohérences et les failles démocratiques de ce système politique qui régit toujours plus de détails de nos vies, ces mensonges et scandales, cette corruption systémique, ce glissement autoritaire, mais également en promouvant ces nombreuses alternatives qui existent, notre Revue 100% Apartisane cherche depuis plus de dix ans à politiser les consciences vers cet éveil citoyen nécessaire à la révolution démocratique. Nous vous invitons, à travers nos différents canaux mais aussi au-delà, à partager et participer à ce travail de contre-propagande qui déconstruit le prisme bourgeois et identitaire, et à multiplier ce type de laboratoire d'idées en amont des prochaines élections, à travers des agoras sur les places publiques, des forums sur les réseaux sociaux, des lives, des tribunes comme celles-ci…

L'info 100% Apartisane sur notre revue de presse :
https://www.facebook.com/larevueapartisane

Le meilleur média à promouvoir est sans aucun doute celui de la rue et de la parole publique qu'il nous faut récupérer pour pouvoir l'emporter. Grâce à nos relais locaux, organisons des assemblées populaires sur les places ou en visio-conférence au sujet des thématiques que nous portons pour les populariser tout au long de cette campagne et les confronter aux avis contradictoires. Notre conviction la plus intime est bien celle de la nécessité de nous unir localement dans un grand mouvement populaire destituant et constituant.

Nouveau Groupe Facebook : Abstention Citoyenne, Vote Blanc et Nul même Boycott !
https://www.facebook.com/groups/boycott2022

Où bien s'informer, comment analyser l'information dominante et identifier les fake news... ? Un très bon exercice pour développer notre sens critique est d'organiser des petites rencontres "revue de presse collective", en direct ou en visio, pour analyser ensemble l'actualité de la semaine, un atelier intéressant à réaliser auprès de la jeunesse ou des personnes âgées. N'oublions pas que c'est une guerre culturelle et qu'elle s'attaque en premier aux plus faibles d'entre nous. L'information et l'investigation sont des biens communs qu'il nous faut partager en toute solidarité car ils font grandir notre société.

Parce que l'information indépendante et de qualité a un prix, le site La Presse Libre permet de s’abonner à plusieurs sites de presse en ligne en un seul paiement et à un tarif préférentiel.
https://beta.lapresselibre.fr/

La Coordination Permanente des Médias Libres propose une carte des médias libres et des outils pour créer son propre média. Là aussi, dès qu'on le peut, il est important d'organiser des ateliers pour partager les savoirs et permettre à un maximum de gens de développer ses propres outils de diffusion (page internet, édition de vidéo, rédaction, graphisme...).
https://medias-libres.org/les-medias-libres/

Exemple de média participatif
https://ricochets.cc/

Exemple de web-TV indépendante
https://telemouche.com/

Développer des systèmes de radio à très petite fréquence
https://www.framboise314.fr/le-raspberry-pi-comme.../

Et pour regrouper et retrouver les sites d'info alternatifs locaux il y a
https://reseaumutu.info/

Nous vous invitons d’ailleurs à participer à ce document en partageant vos liens dans les commentaires ou par message pour que nous les rajoutions à la liste. Nous vous invitons également à partager ce document avec vos proches, tout comme l’ensemble de nos tribunes.

FOCUS SUR LES MÉDIAS QU’ON AIME !

Frustration Magazine

https://www.frustrationmagazine.fr/

Si la matinale de France Inter vous étrangle, BFM vous oppresse, la pensée sociale d’Anne-Sophie Lapix vous donne des boutons et l’écharpe de Christophe Barbier régulièrement envie de le pendre avec, vous êtes ici chez vous. On assume un journalisme engagé mais pas militant, subjectif et honnête. Vous y trouverez de la critique média construite et enragée, sans viser certains et certaines journalistes dans leur individualité, car parfois de bonne volonté en rédaction (et oui, ça existe !). Nous réfléchissons ainsi pour l’essentiel aux structures sociales, politiques et économiques qui les dépasse bien souvent et les empêche d’approfondir ou d’enquêter correctement. Nous cherchons à comprendre leurs réflexes parfois primaires, formatés et bêtifiants (tel que le sacro-saint devoir de « neutralité »), en se demandant d’où ils parlent, quelles sont leurs formations ainsi que leur classe sociale.

Si vous souffrez à votre travail, détestez votre patron, doutez des bons sermons sur votre potentiel à fonder une boîte et « innover dans le secteur du digital », on est entre amis. Si vous vous sentez discriminés, jugés sur ce que vous êtes, infériorisés pour ce qu’on vous attribue, mais que la seule chose qu’on vous répond c’est « République et Universalité », vous pourriez trouver ici de quoi vous réchauffer. Pas d’antiracisme moral à la sauce SOS racisme chez nous : il est politique et vise essentiellement nos institutions et le système capitaliste dans son ensemble. Nous ne défendons pas “les minorités” mais la majorité des gens qu’on infériorise parce qu’il ne correspondent pas au canon bourgeois.

Si vous voulez changer le monde, ou du moins inverser le cours capitaliste des choses, mais vous ne croyez pas au potentiel salvateur des petits gestes individuels écolos du quotidien transposé dans des tribunes superficielles et dépolitisantes, pas plus que vous ne faites une confiance aveugle dans les partis politiques et en notre chère Ve République monarcho-gaulliste, ne bougez surtout plus : vous êtes au bon endroit.

Contre Temps
https://www.contretemps.eu/

La création en 2001 de la revue Contretemps prolongeait le renouveau des mouvements sociaux et l’amplification de l’audience de la gauche radicale de la fin des années 1990. Depuis, la revue s’est inscrite dans le paysage comme un point de rencontre des univers intellectuels et militants, un « carrefour des radicalités ». En tant que revue d’idées, Contretemps ambitionne d’être à la fois une caisse de résonance aux résistances et un lieu d’élaboration. Ouverte sur les pensées critiques, elle n’en assume pas moins un solide ancrage marxiste et entend contribuer au renouveau contemporain des recherches d’inspiration marxiste en langue francophone. A ce titre, elle se pense pleinement comme une revue de théorie sociale.

Contretemps est une revue engagée mais non partisane. En ce sens, elle ne saurait être l’instrument d’un appareil mais elle est au service d’un camp social, celui des exploité-e-s et des opprimé-e-s, et d’une cause, celle de l’émancipation sociale. Elle ne se situe pas en surplomb des pratiques militantes mais entend contribuer à armer idéologiquement ceux et celles qui œuvrent à la formation d’une alternative de gauche au capitalisme. Il s’agit également de dé-provincialiser les débats politiques et théoriques hexagonaux en les ouvrant sur les expériences, les luttes et les controverses internationales. Un travail conséquent de traduction est ainsi une marque de fabrique de la revue.

Acta Zone
https://acta.zone/

Le projet que nous portons traduit un processus de recomposition politique en cours. Nous sommes pour la plupart issu-e-s des mouvements de ces dernières années (des luttes contre les violences policières au mouvement contre la Loi Travail en 2016, du soutien à la grève des cheminots en 2018 aux mobilisations antiracistes et antifascistes en passant par les occupations d’universités, les actions contre la « mascarade présidentielle » en 2017, la participation au soulèvement des Gilets Jaunes depuis novembre 2018) et avons donc en partage une expérience commune, tout en appartenant à des groupes, réseaux ou collectifs différents. À travers la coordination qui donne naissance à ce média, nous entendons dépasser certaines frontières internes au milieu militant – qui n’apportent que dispersion et faiblesse pratique : partir de la diversité de nos parcours et de nos sensibilités pour nous rassembler autour de perspectives affirmatrices.

Un média partisan. Nous voulons assumer cette conviction qu’il n’y a de politique qu’organisée. De toute évidence nos outils d’intervention ne sont pas aujourd’hui à la hauteur du mouvement réel. Et notre désorientation stratégique se vérifie à chaque nouvelle explosion sociale. Or pour inverser durablement le rapport de forces, il nous faut un horizon commun, et des forces susceptibles de l’exprimer. Il nous faut un plan de bataille. Reposer la question de l’organisation, c’est anticiper l’étape qui vient, sortir du règne exclusif de la tactique, élaborer une temporalité indépendante, plus longue et plus maîtrisée, qui ne soit pas dans la seule réaction aux initiatives de l’adversaire. C’est produire des formes qui subsistent et résistent à la nécessaire finitude des mouvements.

Un média autonome. La politique d’émancipation se pratique à distance de l’État et des institutions officielles. Qu’il n’y ait plus rien à attendre de la sphère moisie de la représentation et du parlementarisme, c’est là une évidence de plus en plus partagée. Il nous faut en déplier les conséquences. Si l’autonomie comme orientation politique est de nouveau à l’ordre du jour, c’est notamment de ce qu’elle réunifie deux dimensions trop souvent disjointes du combat révolutionnaire : faire émerger de nouvelles formes de solidarité et de coopération sociale, expérimenter au présent les prémices de la société que l’on désire, préfigurer le communisme dans les luttes elles-mêmes d’une part, saboter le contrôle étatique du territoire, désarticuler le commandement capitaliste, affronter les oppressions qui structurent notre monde, nourrir la révolte contre l’intolérable d’autre part. L’unité de ces deux moments se donne dans la construction et la diffusion du contre-pouvoir populaire.

Un média internationaliste. La réalité du prolétariat aujourd’hui, en France et dans le monde, est déjà une réalité internationale – qu’il nous faut assumer politiquement. Cette réalité détermine un nœud insécable entre différents fronts : guerre de classes, antiracisme et anti-impérialisme. Lutter ici même contre le racisme structurel (qui frappe d’abord la fraction des classes populaires la plus exposée à l’exploitation, celle issue de l’immigration post-coloniale), donc mettre en avant la nécessité d’une liaison effective entre les militant-e-s des centres-villes et le prolétariat précaire, largement racisé, des quartiers et des périphéries urbaines

Floraisons
https://floraisons.blog

Lancé en 2019, Floraisons est un média autonome, autogéré par des stagiaires. Notre problème est que la culture dominante est en train de tuer la planète. La civilisation industrielle détruit, exploite, aliène et transforme le monde vivant en zones mortes, marchandises, en déchets. Nous devons radicalement y mettre un terme. Voilà pourquoi notre objectif est de démanteler la civilisation industrielle, sa structure, ses hiérarchies, son idéologie et ses valeurs, pièce par pièce. Pour cela nous avons besoin de stratégies complémentaires, de tactiques diversifiées et d’actions efficaces. Mais nous avons aussi besoin d’analyses structurelles, de courage, de défiance, d’imagination et de rage. Bref, nous avons besoin d’une culture de résistance écologiste, libertaire, féministe, antiraciste, et c’est cette histoire que Floraisons cherche à promouvoir.

Qu’est-ce que résister ? Ce n’est pas simplement dénoncer le réchauffement climatique, ou la mauvaise volonté des dirigeants. Résister, c’est s’opposer directement aux systèmes d’oppressions, à la civilisation industrielle. C’est comprendre que ces systèmes ont un début historique et une fin. Résister c’est vouloir démanteler ces systèmes, accélérer leur fin. Comment donc résister ? Grâce à des actions organisées qui se passent en dehors des institutions existantes du pouvoir, qui visent à les renverser en en construisant d’autres dans un même mouvement.

Le Monde Diplomatique
https://www.monde-diplomatique.fr

Fondé en 1954, Le Monde diplomatique est à la fois le journal français le plus diffusé dans le monde — il est traduit en dix-neuf langues dans une trentaine de pays — et celui qui, le premier, assura sa présence sur Internet. Il conjugue une large ouverture sur les questions internationales avec une vision critique de ce qui demeure le plus souvent dans l’angle mort de la presse : l’idéologie et le fonctionnement global du capitalisme, les conséquences écologiques et sociales du libre-échange, les dangers du « choc des civilisations », l’arrière-plan des alliances militaires, les utopies nécessaires, les perspectives des nouvelles formes de démocratie à l’ère des grands basculements géopolitiques. Le journal de référence de tous ceux qui veulent comprendre le monde — mais aussi le changer.

Le Grand Soir
https://www.legrandsoir.info

Une information militante, dans un lieu indépendant de toute structure politique et syndicale. Un journal des luttes. Un journal qui ne croit plus aux "médias de masse"... Un journal radicalement opposé au "Clash des civilisations", c'est certain. Anti-impérialiste, c'est sûr. Anticapitaliste, ça va de soi. Un journal qui ne court pas après l'actualité immédiate (ça fatigue de courir et pour quel résultat à la fin ?). Un journal qui croit au sens des mots "solidarité" et "internationalisme". Un journal qui accorde la priorité et le bénéfice du doute à ceux qui sont en "situation de résistance". Un journal qui se méfie du gauchisme (cet art de tirer contre son camp). Donc un journal qui se méfie des critiques faciles à distance. Un journal radical, mais pas extrémiste. Un journal qui essaie de donner à lire et à réfléchir (à vous de juger). Un journal animé par des militants qui ne se prennent pas trop au sérieux mais qui prennent leur combat très au sérieux.

Là-bas si j'y suis
https://la-bas.org/

« LÀ-BAS SI J’Y SUIS », créée et animée par Daniel Mermet, est une des plus grandes émissions de l’histoire de la radio. Magazine de grand reportage radiophonique né en 1989 lors de la chute du mur de Berlin, diffusé quotidiennement sur France Inter jusqu’en 2014, récompensé par de nombreux prix, rencontrant un grand succès populaire, l’émission se développe aujourd’hui avec succès sur le net, en radio toujours mais aussi en vidéo, en images et en textes.

Macron Watch
https://macron.watch/

Cette liste est une tentative de recensement des mesures et prises de parole du gouvernement Macron portant atteinte aux avancées sociales et/ou écologiques. Elle est maintenue aussi à jour que possible (et aussi fréquemment que possible par quelques copains sur leur temps libre). Une revue de presse sur l'action néfaste du gouvernement est publiée toute les semaines.

Cairn https://www.cairn.info/

Ballast https://www.revue-ballast.fr/

Basta Mag https://basta.media/

Les Jours https://lesjours.fr/

La Relève https://lareleveetlapeste.fr/

Lundimatin https://lundi.am/positions

Bella Ciao http://bellaciao.org/fr/

Politis https://www.politis.fr/

Reporterre https://reporterre.net/

La Décroissance http://www.ladecroissance.net

Marxistes https://www.marxiste.org/

Siné Mensuel https://www.sinemensuel.com

LVSL https://lvsl.fr

Hiya ! https://hiya.fr/

CND https://cerveauxnondisponibles.net/


Médias locaux

Média Cités https://www.mediacites.fr

Paris-luttes https://paris-luttes.info/

Rebellyon https://rebellyon.info/

Nantes Révoltée https://www.nantes-revoltee.com

Le Poing (Mtp) https://lepoing.net/

Lille Insurgée https://www.facebook.com/LilleInsurg/

Bretagne Noire https://www.facebook.com/BretagneNoire/

Camé (Toulouse) https://came2016.wordpress.com/


Réseaux Sociaux

https://t.me/cerveauxnondisponibles

https://t.me/peuplerevolteinfos

https://t.me/lepeupleuni

https://t.me/LilleInsurgee

https://t.me/lyoninsurrection

https://t.me/actiontoulouse

@La_Horde

@TaranisNews

@Desarmons_les


Contre Pouvoir -


... et sortons de Facebook !

Discord : https://discord.gg/Cf6xVVf7bP

Telegram : https://t.me/contrepouvoir

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch