Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2022

Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

Éducation nouvelle : une biennale résolument engagée

Quatre jours pour mettre l’Éducation nouvelle sur le devant de l’actualité, pour se rencontrer et ensemble découvrir, pratiquer, débattre, échanger, s’empoigner, rêver et revenir au réel, celui de l’avenir pour réinterroger nos projets et nos actions. Quatre jours pour que se diffusent les effluves du manifeste écrit par le collectif « Convergence(s) » pour l’Éducation nouvelle.

Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Calais en juillet 2021 a été fêté le centenaire de la création de la Lien « Ligue internationale de l’Éducation nouvelle ».

Ces cent années n’ont pas suffi à faire entendre le message par le plus grand nombre, elles n’ont pas réussi à ne serait-ce que fissurer la forteresse d’une société où souvent les personnes ne sont considérées que comme des machines à encaisser, à subir, à ingurgiter de la matière savoir et des injonctions dictées par sa majesté marchandisation. Penser à la place de l’individu, et plus encore penser l’individu, c’est le considérer comme l’objet d’une volonté qui n’est pas la sienne et non le considérer comme sujet de son épanouissement.

Que ne s’est-il pas passé ? Que ne s’est-il pas passé pour qu’en 2022 la réflexion officielle sur la situation et le sens de l’éducation et de la coéducation ignore voire méprise ce que défend l’Éducation nouvelle, qui doit se contenter d’un succès d’estime. Pourquoi malgré des principes humanistes, des valeurs idoines, cette vision de l’éducation n’est-elle partagée que par une minorité ? Cette prise en compte réelle des besoins des enfants, des personnes, et de leur singularité, les reconnaissant comme êtres sociaux, tout le monde en a peur. C’est que l’émancipation porte en elle le virus de la résistance, le risque d’en contaminer l’autre et à terme de faire vaciller sur son socle un système qui a besoin de mettre sous l’éteignoir toute tentative d’idées porteuses de novation s’il ne veut pas voir son équilibre menacé. À son origine pourtant l’Éducation nouvelle n’était pas réduite à la portion congrue. Elle avait l’ambition de transformer et de bouleverser le système éducatif. Elle l’a toujours mais force est de constater qu’elle a du mal à être entendue, du mal à convaincre.

Doit-elle se contenter de la marge dans laquelle elle a été poussée puis cantonnée ? l’Éducation nouvelle participe résolument de la dynamique d’éducation populaire. En multipliant les tribunes, en agissant au plus près du terrain, des territoires, en étendant le rayon d’action à tous et toutes. Il n’est pas possible qu’elle se contente d’un succès d’estime. « L’incroyable insolence de nos approches, de nos valeurs, de nos pratiques » comme le dit si bien Jean-Luc Cazaillon, mérite d’être audible afin que la capacité ancillaire d’adaptation change enfin de camp.

Cette troisième biennale magistralement orchestrée par les Ceméa de Belgique et le collectif "Convergence(s) pour l'Éducation nouvelle s’inscrit donc dans une réflexion collective offensive qui conduit à élargir encore plus le champ de l’Éducation nouvelle. En effet, celle-ci trouve sa place au sein de toute la coéducation. Elle a du sens en pied d’immeuble ou en rase campagne, au coeur des territoires et avec tous les publics. Il semble primordial de rappeler que mettre en avant sa légitimité dans les domaines professionnels, de militance et autres espaces sociaux permettra sans conteste d’accroître l’audience au plus grand nombre. Et c’est par ce biais-là que les pédagogies actives (appelons-les comme cela, le terme Éducation nouvelle n’étant pas repris dans toutes les langues) parviendront à toucher des personnes, des structures, des organisations qui n’en connaissent pas l’existence ou n’en perçoivent pas encore la substantifique moelle.

Cette biennale sera aussi l'occasion pour brandir notre manifeste 2022.

Nous ne pouvons laisser passer le siècle prochain sans réussir à inverser le cours des choses. Les cent ans qui viennent n’ont qu’à bien se tenir. Il se pourrait alors que les militant·es de l’Éducation nouvelle cueillent enfin le rayon vert de l’utopie !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost