Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2022

Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

Une ouverture militante et contrastée

Convergence(s) pour l'Éducation Nouvelle
Éducation nouvelle, Pédagogie active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si les discours des deux représentants de la fédération de Wallonie (Nicolas Naïf Conseiller au cabinet de Caro Désir Ministre de l’Éducation de la fédération Wallonie Bruxelles et David Cordonnier Conseiller auprès de Rudi Vervoort vice-Président de la Région Bruxelles capitale.) ont été percutants et surprenants, si celui de Jean-Luc Cazaillon a tenu ses promesses, si Yvette Lecomte a lancé la biennale avec beaucoup d’humilité, l’intervention de Bernard Charlot a plus divisé l’assistance.

Reprenons l’ordre chronologique

D’emblée la question du sens est posée en tant que leitmotiv, il ne s’agit pas de regarder dans le rétro, mais plutôt d’aller vers un avenir à construire en commun, en bâtisseurs d’un monde que nous voulons meilleur, dans lequel chacun·e puisse développer des solidarités. Le manifeste est le signe vivant de ces potentialités, ces possibles, il va en devenir l’emblème.

Nous sommes en outre dans un lieu en phase avec la raison de notre présence ici. Ce sont un lieu et des espaces dédiés à l’enseignement et à la formation. Pour terminer ce premier temps Mr Naïf ose lancer que l’Éducation nouvelle est un terreau fertile où poussent des graines de subversion pour la résistance. Il fallait oser ce brin de folie ! Merci à lui.

Puis Jean-Luc Cazaillon entame ses propos d’ouverture en mettant l’accent sur des idées force (La culture de la paix, la transformation d’une éducation que nous voulons globale). Il rappelle l’urgence d’agir, et que l’«Éducation est un véritable projet politique. » Il nous invite à nous méfier des contresens, des amalgames, des confusions, des imitations. C’est bien aux personnes d’être autrices de leur vie. « On a l’art des disputes fécondes » assène-t-il avec une verve communicative. Nous devons revendiquer notre qualité d’expert·es même et surtout si nous n’avons ni certitudes, ni dogmes pour réussir le pari de la biennale et de convergence(s). Il ajoute : « Notre capacité d’indignation, notre désir, notre devoir de résister alimentent le défi d’une transformation sociale, mais nous continuons néanmoins à nous étonner, à nous émerveiller. L’Éducation nouvelle ne se contente pas de parole, de palabres, elle se vit ! »

Enfin Bernard Charlot arrive sur scène et un peu à la manière d’un artiste de stand up va et vient avec son micro. Sa conférence aborde un sujet d’intérêt « l’être humain est une aventure », mais est-il vraiment une aventure auquel cas il serait objet d’un verbe inconnu, ou conduit-il son aventure comme sujet de celle-ci ? Il est primordial d’en débattre. La notion de la place du sujet et de l’objet est omniprésente dans l’Éducation nouvelle. Au fil de son intervention il abordera d’autres notions sujettes à discussion. Les débats vont être riches dans les moments formels mais aussi dans les apartés, générateurs de joutes orales où les bretteurs et bretteuses rivaliseront d’arguments, soyons-en certain·es.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette cérémonie (c’en était une) d’ouverture en cliquant sur le lien suivant : La séance d'ouverture de la biennale 2022 à Bruxelles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte