Non, il n'y a pas de deuxième vague en France (et il n'y en aura probablement pas)

Les chiffres publiques démentent l'augmentation des messages alarmistes de ces derniers jours, il faut certes continuer d'appliquer les gestes barrières, masques dans les transports en commun etc. mais il n'y a aucune raison en France de parler d'une deuxième vague. Et il n'y en aura probablement jamais de comparable à la première.

Mise en garde : la santé publique est affaire de réaction collective. Ces lignes ne doivent pas être interprétées comme un encouragement à désobéir aux consignes gouvernementales. Par contre, nous sommes en démocratie et chacun doit remettre en questions les choix gouvernementaux lorsqu'ils ne lui semblent pas fondés. 

On parle beaucoup ces derniers jours de nouvelle vague, y compris en France métropolitaine. Il n'y en a pas et il n'y en aura probablement pas de grande ampleur dans notre pays. 

Voyez plutôt : certes les nouveaux cas détectés ont augmentés depuis fin mai, cependant, ils atteignent visiblement un nouveau plafond malgré les grandes actions de dépistages lancées dans de nombreuses villes de France. Surtout, il faudrait qu'on m'explique comment on pourrait avoir actuellement une deuxième vague d'une maladie mortelle catastrophique alors que le nombre d'hospitalisations, d'admissions en soins intensifs et surtout de morts continuent de baisser rapidemment !

Chiffres quotidiens du Covid-19 en France jusqu'au 10 juillet 2020 © Corentin Barbu Chiffres quotidiens du Covid-19 en France jusqu'au 10 juillet 2020 © Corentin Barbu

 

Voir graphiques à jour sur : https://info.spatcontrol.net/covid19/index.html#chiffres_nationaux_(france) 

Bien sûr qu'en passant d'une situation de pénurie de tests à une sur-abondance nous allions avoir une augmentation des détections, mais elle reste très limitée. Bien sûr que le virus circule toujours et qu'il faut continuer à appliquer les gestes barrières mais il ne faut pas non plus paniquer pour rien : la décroissance du nombre de nouveaux cas réels est très régulière, comme le montrent la courbe des nouvelles hospitalisations ou des décès. 

Plus encore, lorsque l'on regarde la courbe des décès en échelle logarithmique on se rend compte que ça n'est rien moins qu'une droite descendante depuis début avril :

Mortalité par jour en échelle logarithmique en France © Corentin Barbu Mortalité par jour en échelle logarithmique en France © Corentin Barbu
Voir graphiques interactifs et à jour sur https://info.spatcontrol.net/covid19/overallECDC.html 

Est-ce que quelqu'un peut me montrer un effet quelconque du déconfinement sur cette dynamique ? 

J'ai pourtant bien vu dans mon entourage la vie reprendre et les contacts augmenter. Conclusion, jusqu'à maintenant tout se passe bien et il y a toutes les chances que l'épidémie soit en train de s'éteindre pour de bon dans notre pays. 

Si l'on compare les différents pays on peut voir que les seuls endroits où il y a une reprise ou une augmentation de l'épidémie sont des pays initialement très peu touchés : pays qui ont confinés très tôt par rapport à l'avancement de l'épidémie chez eux comme la Serbie en orange ci-dessous, qui reste dans l'ensemble encore très peu touchée : 

 

Mortalité par jour comparée Etats-Unis, France et Serbie © Corentin Barbu Mortalité par jour comparée Etats-Unis, France et Serbie © Corentin Barbu

Il y a aussi quelques rares cas de très grands pays (comme les Etats-Unis en bleu comme la France) où il y a actuellement un très léger sursaut de l'épidémie, mais c'est simplement du au fait que ce pays immense a d'abord vu l'épidémie se développer dans le Nord-Ouest, pour lequel il n'y a pas de deuxième vague, et que le sud est maintenant plus touché, même si ça reste très relatif. 

Alors oui, la prudence est toujours une bonne chose et il faut continuer à appliquer autant que possible les gestes barrières. C'est d'autant plus vrai que les vacances vont entrainer des déplacements de populations vers des régions initialement peu touchées où il pourrait y avoir localement de petites épidémies. Chacun doit donc rester vigilant, mais sans psychose : il ne faut pas pour autant s'empêcher de vivre, les enfants ont besoin de jouer avec d'autres enfants, les adultes de faire la fête (en maintenant les gestes barrières) et il y a toutes les chances que l'épidémie continue de s'éteindre progressivement en France comme en Italie, en Espagne et dans tous les pays qui ont déjà été très touchés ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.