Covid : Un sursaut surprenant

Une irrégularité dans les courbes épidémiologiques de ces deux dernières semaines doit attirer notre attention. Des pistes d'explications sont proposées mais cela doit nous amener à la vigilance.

J'ai été assez constamment depuis trois mois plutôt rassurant parmi les gens prenant l'épidémie de coronavirus au sérieux. Nous n'en sommes toujours pas à une deuxième vague équivalente à la première : la mortalité par jour n'a toujours pas atteint un dixième de la mortalité maximum en avril, cependant, le rebond de la dernière semaine est surprenant.

Mortalité journalière en France (données Santé publique France) © Corentin Barbu Mortalité journalière en France (données Santé publique France) © Corentin Barbu

Vu comme ça, ça ne paraît pas très inquiétant mais il y a toujours un décalage entre cas déclarés et mortalité (de l'ordre d'une semaine) et nous observons aussi un rebond des cas nettement plus inquiétant depuis 10 jours :

Nombre de cas covid par jour (moyenne hebdomadaire), chiffres Santé Publique France © Corentin Barbu Nombre de cas covid par jour (moyenne hebdomadaire), chiffres Santé Publique France © Corentin Barbu

Ce sursaut est visible pour toutes les classes d'âges (diagnostiques PCR) et dans la plupart des départements métropolitains. Quelle pourrait en être la cause alors que la progression de l'épidémie avait tout l'air de s'amortir ?

On peut penser à la météo qui s'est nettement dégradée en France ces dernières semaines. Entre le 22 et le 29 septembre, à Paris par exemple, les températures sont nettement descendues, favorisant les rencontres en intérieur par rapport aux barbecues en terrasse ou aux pauses repas en extérieur. On peut par ailleurs noter que la fin septembre/début octobre (9 mois après le jour de l'an) est une période particulièrement chargée en anniversaires en France métropolitaine, occasions de réjouissances en famille comme entre collègues et amis. Le permier sursaut de cas fin octobre pourrait bien correspondre à cela, avec la traduction de ce sursaut actuellement dans la mortalité. Le sursaut des cas entre le 5 et le 15 pouvant être le fait de contaminations secondaires à l'augmentation de fin octobre et pouvant se traduire dans les jours qui viennent par un nouveau sursaut des décès. Espérons que les mesures prises de fermeture des bars n'aient pas renforcé la transmission en favorisant le déplacement des festivités dans les maisons où la proximité entre les participants pourrait être encore plus importante.

En ce qui concerne les semaines qui viennent, espérons aussi que le creux des anniversaires entre le 10 octobre et le 10 décembre contrebalance dans les semaines qui viennent un temps probablement encore plus morose.

Espérons surtout que tous renforcent l'application des gestes barrières, y compris dans les moments de convivialité, on ne s'en trouvera que plus à l'aise à Noël :-)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.