Il n'y a pas de réelle diminution des contraintes dans les écoles

Il n'y a pas de remplacement de la "règle des 4m2" par "1m latéral" ! Les élèves ne pourront toujours par revenir le 22 juin. Rapide explication de texte.

On lit un peu partout que grâce au remplacement, pour le 22 juin, de la règle des 4m2 par élève par une règle d'1m latéral on va permettre de faire revenir tout le monde. Ce n'est que de la (mauvaise) rhéthorique.  D'abord, le protocole sanitaire actuel ne parle de 4m2 qu'à titre indicatif, la règle, indiquée en page 29 est la suivante : 

respecter une distance d’au moins un mètre entre les tables et entre les tables et le bureau du ou des professeurs(soit environ 4 m² par élève, à l’exception de ceux placés, dans la configuration de la classe, contre un mur, une fenêtre, une bibliothèque, etc.) ;

Le retour à l'école "sans précaution particulière" et "obligatoire" annoncé par le président de la république se transforme donc en un remplacement d'une distanciation de 1m entre les tables à une distanciation de 1m entre les élèves.

On prend donc en compte la largeur des élèves au lieu de prendre la largeur des tables. D'abord, ça ne change rien dans les nombreuses classes où les tables sont doubles : la moitié des élèves ne pourra pas revenir. Ensuite, les tables individuelles faisant 70cm de large et un élève de primaire de l'ordre de 50cm de large de coude à coude installé sur sa table, on va glorieusement passer de 1m entre les tables à 90cm entre les tables, soit une variation de 10% dans le meilleur des cas : celui des tables individuelles. 

Parler d'acceuillir obligatoirement tous les élèves sans lever ce protocole est donc au mieux un déni de réalité. 

Il ne faut cependant pas se tromper de scandale, le vrai scandale c'est de priver aussi longtemps les élèves de l'éducation qui leur est due au nom d'une maladie qui ne les touche pas. Il n'y a en effet aucun effet détectable du virus sur la mortalité infantile, sauf peut-être une diminution de la mortalité liée au confinement (chiffres INSEE). On recensse moins de 10 enfants de moins de 20 ans sur toute la France dont la mort peut être liée au Covid-19 (chiffre en hopitaux Santé Publique France, les morts d'enfants en EHPAD sont rares...), de plus ces morts sont au moins en partie lié à d'autres causes de décès. A titre de comparaison, les noyades causent la mort de 70 enfants, généralement en pleine santé, chaque année chez les moins de 15 ans

Aucun protocole n'est nécessaire pour protéger les enfants puisqu'ils ne sont généralement pas à risque de tomber gravement malade du coronavirus ! Ce qu'il faut c'est continuer de protéger les plus de 70 ans et maintenir les précautions lors de rassemblements de jeunes et d'adultes comme le montre l'historique des clusters dans toute la France

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.